Dans l’ordre habituel, on retrouve Ginette Bellemare, mairesse suppléante de Trois-Rivières, Sonia LeBel, ministre de la Justice et députée de Champlain, Mario De Tilly, directeur général d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Sabrina Roy, conseillère municipale, Pierre-Luc Fortin, conseiller municipal, et Dr Claude Morissette, de la clinique d’implantologie.

Coup de barre au Bas-du-Cap

Trois-Rivières — Un quartier simple et charmant qu’on n’a plus jamais le goût de quitter une fois qu’on s’y est installé, voilà l’essence de la nouvelle image qui sera déployée au cours des prochains mois dans le Bas-du-Cap, un nom qui sera mis en valeur dans un nouveau logo jeune et moderne.

Il s’agit d’une des nombreuses actions déjà entreprises par un comité de travail formé d’une quinzaine d’intervenants bien décidés à faire bouger les choses pour redynamiser le territoire. Et pour ceux-ci, l’implication des citoyens dans la démarche est une priorité.

Ainsi, le 26 mars dernier, près de 70 commerçants et citoyens ont participé à une consultation publique au Centre culturel Pauline-Julien afin de jeter les bases d’un futur plan d’action. Et les citoyens sont également invités au même endroit, le 14 mai, pour un atelier de co-création en vue de la réfection du boulevard Sainte-Madeleine, prévue pour 2021.

«C’est un secteur particulier qui a sa propre couleur», a déclaré la mairesse suppléante de Trois-Rivières, Ginette Bellemare, dans les locaux de la clinique d’implantologie du Dr Claude Morissette. La bâtisse de la rue Fusey a bénéficié du programme de subvention de la Ville qui peut atteindre un maximum de 150 000 dollars, selon la superficie de la façade rénovée.

Déjà, deux programmes de subvention administrés par Innovation et Développement économique Trois-Rivières et par la Ville ont été mis en place. D’abord, le Programme d’aide à la création d’emploi dans le Bas-du-Cap accorde aux entreprises admissibles une aide financière pouvant atteindre 1500 dollars pour chaque nouvel emploi créé dans la zone ciblée, essentiellement la rue Fusey et le boulevard Sainte-Madeleine, aux prises avec «un taux de vacance très élevé», dira le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly, qui a souligné au passage le succès de la revitalisation du centre-ville de Trois-Rivières avec 36 nouvelles entreprises et quelque 325 nouveaux emplois en 18 mois.

Ensuite, le programme Revitalisation des artères commerciales des premiers quartiers, adopté par la Ville de Trois-Rivières, comporte trois volets, soit la rénovation de façades commerciales, la construction de logements locatifs ainsi que la revitalisation et le développement des commerces de proximité.

D’autres programmes offerts par la Ville de Trois-Rivières ou IDE Trois-Rivières peuvent également s’appliquer. Les citoyens et les promoteurs intéressés sont invités à contacter l’une des deux organisations pour vérifier leur admissibilité.

Finalement, la ministre de la Justice et députée de Champlain, Sonia LeBel, a évoqué l’éventuelle réhabilitation du site de l’ancienne usine Aleris comme autre atout à la revitalisation du Bas-du-Cap. «La décontamination va aller de l’avant, avec le début des études de caractérisation du sol», a-t-elle conclu.