L’usine ATrahan compte quelque 1000 travailleurs.

Coronavirus: de l’inquiétude chez Olymel

YAMACHICHE — Des employés de l’usine ATrahan de Yamachiche sont inquiets par rapport au coronavirus. Alors qu’ils estiment que leur employeur pourrait en faire un peu plus pour contrôler les risques de propagation dans leur milieu de travail, Olymel assure qu’elle met en place les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ses travailleurs.

Avec quelque 1000 employés, l’usine ATrahan de Yamachiche fait partie des industries comptant le plus de travailleurs dans la région. En début de semaine, des travailleurs ont contacté Le Nouvelliste pour dénoncer la présence de centaines de personnes dans la cafétéria de l’usine.

Certaines personnes laissaient entendre que des travailleurs étrangers revenant d’un voyage aux Philippines durant la semaine de relâche étaient rentrés au travail sans respecter l’isolement de 14 jours. C’est sans compter que ces gens vivent avec d’autres travailleurs d’Olymel et que ceux-ci ne seraient pas placés en isolement.

«À la quantité de monde, on peut ramener ça chez nous. On a des travailleurs à Shawinigan, à Trois-Rivières, dans Maskinongé. Ça inquiète nos familles. Olymel prend ça un peu à la légère», raconte un employé de l’usine.

Richard Vigneault est le porte-parole d’Olymel.

Si Olymel reconnaît devoir ajuster les plages horaires réservées aux dîners et aux pauses, l’entreprise mentionne qu’elle suit les directives de la santé publique.

«On n’a aucun cas de coronavirus chez Olymel. Un travailleur philippin revenait de l’étranger et il a été mis en isolement. On lui a communiqué toutes les mesures sur les règles d’hygiène et de distanciation avec ses colocataires. Ce travailleur n’a pas de symptôme. Ça a été validé avec nos experts médicaux. Les colocataires n’ont pas de symptôme. Le travailleur philippin n’a pas travaillé à son retour de voyage. On comprend que les gens ont des inquiétudes, et c’est normal, mais on est en train de replanifier les horaires pour le dîner pour ne pas avoir trop de monde à la même place», observe le directeur des communications corporatives d’Olymel, Richard Vigneault.

En raison de ses activités de découpe et de transformation de produits de porc, ATrahan doit nettoyer chaque nuit ses installations. L’usine accentue les mesures de désinfection, comme le nettoyage plus fréquent des poignées de portes, des vestiaires et des toilettes, afin de réduire au minimum les risques de problèmes reliés au coronavirus. Olymel demande aussi la collaboration de ses employés.

«La température corporelle est la responsabilité de chacun, avance M. Vigneault. Un employé doit nous dire s’il fait de la fièvre.»

Selon M. Vigneault, la compagnie informe ses travailleurs concernant les mesures à prendre pour éviter la contamination et la propagation. D’autre part, il rappelle que l’interdiction gouvernementale des rassemblements de 250 personnes dans un même lieu ne s’applique pas aux entreprises.

«On gère une situation unique. C’est un défi. Mais avec la collaboration des employés et les efforts de la direction, on tente d’y arriver.»