Jean Boulet, ministre du Travail, espère mener rondement les négociations avec les syndiqués de la construction.
Jean Boulet, ministre du Travail, espère mener rondement les négociations avec les syndiqués de la construction.

Construction: Boulet espère des négos menées rondement

MONTRÉAL — Bien que des frictions soient récemment apparues entre les syndicats de la construction, le ministre du Travail, Jean Boulet, croit toujours possible que les négociations avec les associations patronales en vue du renouvellement des conventions collectives se déroulent rondement.

Il veut surtout éviter un autre conflit de travail dans l’industrie de la construction, a-t-il réitéré lors d’une entrevue avec La Presse canadienne, mercredi.

Il a d’ailleurs l’intention de rencontrer de nouveau les parties, l’été prochain, pour discuter des moyens qu’il peut mettre à leur disposition pour faciliter les échanges.

Récemment, d’importantes dissensions sont apparues au sein des cinq organisations syndicales de la construction, au point où elles ne sont pas parvenues à conclure entre elles un protocole de négociation. Or, ce protocole est un prérequis pour débuter les négociations face aux associations patronales.

Les quatre plus importants – la FTQ-Construction, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), le Syndicat québécois de la construction et la CSD-Construction – ont signé le protocole. Toutefois, le plus petit des cinq, la CSN-Construction, a refusé de le faire et a demandé l’arbitrage.

Les autres syndicats craignent que ce qu’ils appellent l’«obstruction» de la CSN-Construction retarde le processus de négociation. Mais le ministre Boulet ne le croit pas. «Je n’anticipe pas que ça retarde le début des pourparlers», a-t-il réagi.

Il fait valoir que comme les conventions collectives n’arrivent à échéance qu’en avril prochain, les parties auront amplement le temps de négocier, de toute façon.

Il espère tout de même que ces négociations se dérouleront rondement. «Je veux éviter le scénario des négociations précédentes», a-t-il commenté.

Maraudage paisible

Par ailleurs, le ministre s’est réjoui du bon déroulement de la période de maraudage intersyndical qui a eu cours jusqu’au 31 mai. Le scrutin syndical, qui concerne 192 000 travailleurs, est maintenant commencé et a cours jusqu’au 20 juin.

Le ministre Boulet a souligné le fait que seulement quatre des 33 signalements portés à l’attention de la Commission de la construction ont eu lieu pendant la période de maraudage proprement dite. Et c’était pour de la sollicitation au travail, des objets promotionnels ou de l’affichage.

Et ces quatre se comparent à huit en 2016 et 22 en 2012. Le ministre y voit donc «un beau succès».

«C’était une première dans l’histoire de la construction un maraudage sanitaire avec des consignes» qui touchaient par exemple les rassemblements. «Je suis très fier de la façon dont les syndicats se sont comportés», a commenté le ministre du Travail.

Ce maraudage paisible aidera, espère-t-il. «La perception n’a pas toujours été hyper positive. J’espère que ça va contribuer à donner une meilleure image de l’industrie de la construction.»