Mieux informé et plus exigeant, sans doute. Le consommateur, on peut l'affirmer sans ambages, sait qu'il a des droits. Lesquels? Là ça peut parfois se gâter un tout petit peu. Les consommateurs peinent parfois à avoir une idée précise de leurs droits, recours et obligations en cas de problème ou de situation conflictuelle avec un commerçant.

Consommation: test éclair en 10 questions

CHRONIQUE / Idée reçue: le consommateur est aujourd'hui mieux informé et par conséquent plus exigeant qu'autrefois.
On le dit aussi plus averti et rompu aux règles du commerce grâce à l'accès accru à une grande diversité de sources de renseignements (Internet, revues et émissions spécialisées, chroniques dans les journaux, etc.) sans compter la source d'information que constituent de plus en plus les réseaux sociaux.
Mieux informé et plus exigeant, sans doute. Le consommateur, on peut l'affirmer sans ambages, sait qu'il a des droits. Lesquels? Là ça peut parfois se gâter un tout petit peu. Les consommateurs peinent parfois à avoir une idée précise de leurs droits, recours et obligations en cas de problème ou de situation conflictuelle avec un commerçant.
Vous vous targuez d'être un consommateur averti et aguerri? Testez vos compétences en consommation en répondant aux questions suivantes par vrai ou faux: 
1. Lors de l'achat d'une automobile d'occasion, la Loi sur la protection du consommateur (LPC) prévoit que vous pouvez exiger que la partie restante de la garantie du constructeur de l'automobile vous soit transférée. Dans la mesure où la demande lui est formulée dans un délai ne dépassant pas 3 mois suivant la transaction, ce dernier est tenu de transférer la garantie au nouvel acquéreur et ne peut exiger de frais pour ce faire. 
2. La responsabilité de l'application de la garantie légale prescrite par la LPC, qui prévoit notamment qu'un bien doit avoir un bon fonctionnement et une durabilité raisonnable, incombe au fabricant et non au détaillant.
3. Dans le cadre d'un contrat de financement d'une automobile, la LPC stipule que l'institution prêteuse peut, en cas de défaut de paiement du consommateur, exiger le paiement immédiat du total de toutes les mensualités à écouler jusqu'à la fin du contrat et mettre ainsi fin au privilège du consommateur de rembourser le prêt sur la période convenue au contrat. 
4. En vertu de la LPC, un commerçant qui annonce un article en solde est tenu de rembourser au consommateur qui le demande, l'écart entre le prix payé antérieurement par ce dernier et le prix du solde lorsque moins de dix jours se sont écoulés entre l'achat et la date du début du solde.
5. En vertu des dispositions de la LPC, le commerçant qui conclut un contrat de rénovation domiciliaire avec un consommateur ne peut demander un acompte de plus de 5% avant le début de l'exécution des travaux prévus au contrat.
6. Les consommateurs qui font des achats par Internet auprès de commerçants situés à l'extérieur du Québec ne peuvent bénéficier des protections prévues à la LPC. 
7. Vous avez un solde de 10 000 $ sur votre carte de crédit dont le taux d'intérêt avoisine les 20 %. Chaque mois, vous remboursez le montant minimal exigé, soit 200 $, mais tout en effectuant scrupuleusement et sans retard tous vos paiements, vous mettrez un peu plus de 80 ans à rembourser votre dette. 
8. Pour perdre les quelques kilos qui vous séparent d'un corps sculptural, vous désirez vous abonner à un centre de conditionnement physique. Le message publicitaire d'un nouveau gym situé à proximité de votre domicile retient votre attention: pour une durée limitée, le centre offre un abonnement d'une durée d'un an au prix modique de 135 $ tout compris à condition de payer le montant total au début de l'abonnement. Cette pratique est interdite par la LPC.
9. Selon la LPC, toute automobile d'occasion vendue à un consommateur par un vendeur titulaire d'un permis de commerçant de véhicules routiers est sujette à une garantie obligatoire couvrant l'ensemble du véhicule pour une durée ne pouvant être moindre que 30 jours et/ou 1700 km.
10. Dès lors que le consommateur se procure une garantie supplémentaire ou prolongée, le commerçant détaillant est libéré de ses obligations eu égard à la garantie légale de bon fonctionnement et de durabilité raisonnable prévue à la LPC. 
Réponses: 1-F 2-F 3-V 4-F 5-F 6- F 7-V 8-V 9-F 10-F
Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur