Dans l’ordre habituel, on retrouve Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Marco Champagne, président de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières, Sonia LeBel, ministre de la Justice, Mathieu Lacombe, ministre de la Famille, et Andréanne Guilbert, directrice générale par intérim de la Chambre.

Conciliation famille-travail-études: Québec injecte plus de 520 000 $

Trois-Rivières — Pour favoriser un meilleur équilibre entre les responsabilités familiales et celles du monde du travail ou des études, le gouvernement du Québec a annoncé mardi, à Trois-Rivières, une aide financière totale de 523 584 $ pour la réalisation de projets dans le cadre de deux programmes distincts. Et près du quart de l’enveloppe se retrouve en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Dans la région, c’est la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières qui recevra le montant le plus important, soit 40 000 dollars, ce qui lui permettra d’embaucher une ressource. Appui Mauricie se voit remettre une somme de 20 580 dollars, l’entreprise FAB 3R, 16 275 dollars, et la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, 14 386 dollars. Sur la rive sud, la Commission scolaire de la Riveraine dispose d’un budget de 18 218 dollars.

D’abord, une somme de 427 503 $ est attribuée à 16 organisations pour l’instauration d’une politique de conciliation famille-travail ou la production et la diffusion d’outils sur les meilleures pratiques d’affaires en matière de conciliation famille-travail, grâce au Programme de soutien financier en matière de conciliation famille-travail destiné aux milieux de travail.

Ce programme vise à soutenir l’adoption de bonnes pratiques en vue d’améliorer la qualité de vie des travailleuses et des travailleurs qui ont des responsabilités familiales.

Il permet aussi d’accompagner les employeurs dans le développement d’une politique de conciliation famille‑travail.

Ensuite, une somme de 96 081 $ est octroyée à trois commissions scolaires et à deux universités dans le cadre du Programme de soutien financier en matière de conciliation famille-travail-études destiné à certains milieux d’enseignement pour les parents-étudiants.

Ce programme a pour but de soutenir financièrement les commissions scolaires qui offrent des services de formation professionnelle et de formation aux adultes ainsi que certains établissements d’enseignement supérieur. Il favorise l’adoption de bonnes pratiques en matière de conciliation famille-travail-études au bénéfice des parents-étudiants, notamment par l’élaboration d’une politique interne de conciliation famille-travail-études.

«Le bien-être des familles et l’amélioration de leurs milieux de vie sont des priorités pour notre gouvernement. C’est pourquoi il est important pour nous de soutenir des projets qui favorisent un meilleur équilibre entre les différentes responsabilités liées à la famille, au travail ou à la poursuite d’études. Je tiens à remercier les organisations et les établissements d’enseignement qui ont présenté des initiatives en ce sens et je les invite à poursuivre leurs efforts, dans l’intérêt de toutes les familles du Québec», a déclaré le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, qui dit comprendre les parents ayant besoin de flexibilité dans leur horaire après avoir vécu une panne d’électricité.

Pour le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, cette annonce est essentielle dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre pour accommoder la nouvelle génération de travailleurs, que ce soit par du télétravail, ou encore, des congés adaptés.

«Je salue le projet de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières qui permettra l’instauration de nouvelles mesures faisant en sorte que les travailleuses et les travailleurs au sein des entreprises puissent mieux concilier le travail et la vie familiale. Je tiens également à remercier la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, l’Appui Mauricie ainsi que FAB 3R qui recevront aussi une aide financière pour favoriser la conciliation famille-travail dans notre région. Ces initiatives témoignent du dynamisme de la Mauricie et j’en suis particulièrement fier», a commenté celui qui prône un marché du travail moderne et inclusif.

D’ailleurs, le président de la Chambre, Marco Champagne, se dit convaincu que les retombées que généreront les mesures de conciliation famille-travail «seront bénéfiques pour nos entreprises, notamment sur le plan de la rétention de la main-d’œuvre, un des axes d’orientation sur lesquels nous concentrons nos actions».

«La ressource qui sera embauchée prochainement accompagnera les entreprises dans le déploiement de moyens concrets favorisant le développement de pratiques innovantes en matière de conciliation famille-travail», a-t-il précisé. La Chambre sensibilisera ainsi les employeurs aux avantages d’adopter des mesures de conciliation famille-travail et pour les accompagner dans chacune des étapes de ce processus.

«Je me réjouis d’une telle annonce qui confirme que des organismes et des entreprises de partout au Québec, y compris de la région de la Mauricie, ont également à cœur le bien-être de leurs employés. Les initiatives lancées en sont la preuve», a conclu la ministre de la Justice, Sonia LeBel, évoquant l’expertise de l’UQTR dans le domaine... et la préparation des lunchs pour ses enfants.