Yannick Daviault, de Concept Ludus.

Concept Ludus: le plaisir de s’entraîner

Trois-Rivières — Pouvoir s’entraîner dans un gymnase, mais en petit groupe, sans avoir la pression de la compétition. Et le tout dans le plaisir tout en retirant les bénéfices de l’entraînement. Voilà ce qu’offre Concept Ludus depuis le début de l’année, dans les locaux de l’Institut secondaire Keranna à Trois-Rivières.

Il faut dire que son fondateur, Yannick Daviault, évolue dans ce domaine depuis cinq ans. Orthothérapeute de formation, il a travaillé avec plusieurs types de clientèle, que ce soit pour la remise en forme ou dans le but de performer. Son mandat a toujours été de faire évoluer les jeunes et moins jeunes à travers l’entraînement avec comme objectif premier la santé.

Après avoir complété ses études en orthothérapie, il a suivi plusieurs formations en lien avec l’activité physique pour parfaire ses connaissances dans l’éducation posturale, histoire d’enseigner comment bien bouger dans le quotidien et dans les sports.

En cinq années, il aura côtoyé plusieurs personnes évoluant dans différents domaines et avec des objectifs variés, que ce soit des professionnels de la LNH désirant performer au maximum ou un couple de personnes âgées désirant garder la santé, en passant par des jeunes désirant s’initier à l’activité physique.

Ce parcours fait de lui un professionnel capable de cibler les forces et faiblesses d’un client et de l’apporter à un autre niveau en tenant compte du quotidien et des objectifs visés par celui-ci.

«J’ai toujours voulu être propriétaire de mon entreprise, une fois mon expérience acquise. Mais il me fallait une opportunité. Avec les World Gym et Éconofitness de ce monde, les choses semblaient se corser. Ce sont des gyms avec des budgets énormes qui peuvent facilement écraser la compétition. J’allais devoir me démarquer pour pouvoir faire ma place», explique-t-il.

Concept Ludus en chiffres


7

Personnes par groupe

5


Stations d’entraînement

2018

Année de fondation

100


Abonnements

Au cours des cinq dernières années, celui-ci aura été le préparateur physique de Keranna pour tous les sports interscolaires. C’est d’ailleurs la directrice générale de l’Institut, Julie L’Heureux, son ancienne enseignante, qui lui a proposé de louer un local dans l’école pour l’exploiter. «L’opportunité de travailler enfin à mon compte était réelle. Donc, la machine à idées pour avoir un produit différent était partie», raconte l’entrepreneur sportif.

Dans son parcours professionnel, il avait remarqué que la demande pour de l’entraînement moins compétitif que le crossfit était présente. «Certaines personnes aiment l’aspect de gang qui est très présente en crossfit, mais pas l’aspect de toujours devoir faire plus. Mon créneau allait s’établir dans l’entre-deux. Je ne suis pas un gym de crossfit, ni un gym conventionnel. Je suis exactement entre les deux. Les entraînements sont en petits groupes de sept personnes et j’utilise des poids libres, des barres olympiques et des barres de traction. Tout le matériel que l’on peut utiliser pour être fonctionnel dans son quotidien», se plaît-il à décrire.

Et, dit-il, l’aspect plaisir prend une grande place dans ses entraînements. «Les gens doivent venir chez Concept Ludus et ne pas sentir qu’ils rentrent dans un gym, mais dans leur gang. L’aspect difficulté est quand même présent durant les entraînements. Les clients ont des super progressions et plusieurs me mentionnent les améliorations qu’ils remarquent dans leur quotidien», poursuit M. Daviault.

Son entreprise se distingue également par son gym mobile, une remorque modifiée qui se déplace dans les entreprises ou pour des entraînements extérieurs. «Le Ludus Mobile permet aussi d’offrir des activités de team building», précise son propriétaire, qui se veut également promoteur d’événements sportifs dans la région grâce au soutien de l’Institut secondaire Keranna.

Frôlant la centaine d’abonnements en moins d’un an d’existence, Yannick Daviault envisage déjà une expansion, en plus de rêver à faire bouger les jeunes plus défavorisés dans les parcs au cours de la période estivale.

Au fait, pourquoi Concept Ludus? «Nous avons choisi le mot Concept pour définir l’entreprise qui œuvre non pas seulement dans l’entraînement, mais surtout dans la santé à travers le choix d’un mode de vie sain et actif. Quant au mot Ludus, il est d’origine latine et signifie l’amusement à travers les sports et l’entraînement. C’est une définition qui colle bien aux valeurs de l’entreprise. S’entraîner et rester actif peut être amusant tout en étant bénéfique pour la santé», conclut-il.