Dans l’ordre habituel, on retrouve Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, les cofondateurs de Climate City, Yves Tourre et Laurent Husson, et le commissaire industriel chez Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Boris Tellier.

Climate City à Trois-Rivières: investissements potentiels de 50 M$ à partir de l’aéroport

Trois-Rivières — La start-up française Climate City a confirmé jeudi sa décision de s’implanter à Trois-Rivières et de contribuer ainsi à l’émergence d’une grappe d’envergure internationale dédiée à l’adaptation des villes au changement climatique: la Cité des trois climats. Et ses débuts dans le bâtiment Lindbergh, près de l’aéroport, pourrait ouvrir la voie à des investissements potentiels de 50 millions de dollars et la création de «plusieurs centaines d’emplois» d’ici cinq ans.

L’équipe de Climate City et ses partenaires ont développé une solution pour rendre opérationnelle et permanente l’observation du climat urbain, soit un réseau de ballons captifs, les Climate Birds. 

Évoluant à 450 mètres d’altitude au-dessus des villes, ils sont actuellement le véritable chaînon manquant dans les infrastructures d’observation du climat à l’échelle micro-urbaine. La cueillette de données locales permettra de modéliser le climat des villes et les risques associés à moyen et long terme. Ces ballons seront au cœur de la valeur ajoutée des solutions Climate City d’anticipation et d’adaptation face aux impacts locaux du changement climatique et d’accentuation de phénomènes majeurs tels que les inondations, les îlots de chaleur et la pollution. 

Unique au monde, le projet est porté par une équipe de chercheurs dynamiciens du climat, de Geo-Data Scientists, d’experts des technologies et applications aérospatiales et d’urbanistes. 

Soutenu par le professeur et climatologue Yves Tourre, la Cité des trois climats bénéficiera du réseau de partenaires de Climate City et notamment de coopérations avec des laboratoires issus de l’Université de Columbia (comme le CWC – Columbia Water Center) à New York, et de la NASA, comme le laboratoire du chercheur et expert des îlots de chaleur Jeff Luval du Marshall Space Flight Center d’Huntsville en Alabama. 

Cette grappe profitera également du soutien stratégique des équipes innovation et prospective de l’agence spatiale française (le CNES), qui accompagne les créateurs de Climate City depuis la COP 21.

L’implantation de la Cité des trois climats est un projet sur lequel l’équipe d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières travaillait activement depuis deux ans.

Pour le président et cofondateur de la start-up, Laurent Husson, le Canada se veut un choix stratégique puisqu’il lui permet d’être plus près de son réseau de chercheurs nord-américains. 

«Votre pays présente une image positive au niveau international face à la lutte au changement climatique, un aspect auquel nous sommes très sensibles. Quant à Trois-Rivières, son économie se positionne très favorablement au Québec. Ce sera également un territoire idéal pour réaliser nos expériences aériennes d’observation de l’atmosphère», a-t-il expliqué en conférence de presse.

«Climate City représente une opportunité de réinventer les modes de consommation et de production urbaine et une source nouvelle d’innovation pour tous les acteurs de la ville», renchérit Yves Tourre.

Soutenues par des partenaires scientifiques et technologiques, les équipes de Climate City engageront en 2020 le déploiement des démonstrateurs du réseau Climate Birds, que l’on prénomme les C Birds-One. 

C’est dans ce contexte et avec l’intention de s’implanter au plus vite à Trois-Rivières que les équipes de Climate City et ses partenaires vont engager les études liées à la création d’un Centre de recherche et de développement, qui fédérera tous les acteurs clés du projet, et sera la première étape vers l’émergence de la Cité des trois climats. 

En plus des activités de R&D, ce centre accueillera l’intégration des Climate Birds, le développement de plateformes logicielles, un centre de données ainsi que le développement des applications et des services associés. 

Alors que la Ville de Trois-Rivières est engagée activement vers une économie plus verte et plus innovante, l’implantation de Climate City cadre parfaitement dans la vision du maire Jean Lamarche.

«Nous avons déjà, à Trois-Rivières, un créneau en émergence dans le domaine des technologies environnementales, et nous travaillons activement à le développer davantage. La Cité des trois climats est un projet de grande envergure qui créera des opportunités exceptionnelles pour nos PME, en plus de contribuer à l’avancement de la recherche sur le climat urbain», a-t-il déclaré.

Climate City a pour ambition finale de devenir le portail mondial de la modélisation des risques climatiques urbains et le cœur stratégique de la Cité des trois climats, qui devra œuvrer sur toutes les composantes de la chaîne de valeur d’un marché en plein essor : l’adaptation des villes aux évolutions du climat.