Le président-directeur général de l'APTR, Gaétan Boivin.

Chantier de 14,8 millions $ à Trois-Rivières

Un important chantier de construction de près de 15 millions de dollars se déroulera cet été à proximité des bureaux de l'Administration portuaire de Trois-Rivières (APTR) et sera visible du centre-ville. Le projet consiste à prolonger de 132 mètres vers l'est le quai 10.
Ce prolongement viendra remplacer l'actuel quai 9 dont la construction remonte aux années 1930 et dont la désuétude et la configuration ne permettaient plus d'accueillir des navires depuis de nombreuses années. Ce projet fera passer l'espace d'entreposage extérieur à cet endroit de 3000 à 12 000 mètres carrés.
Cette initiative nécessite des investissements de 14,8 millions de dollars, financés par l'APTR (6,3 M$), Québec (4,8 M$) et Ottawa (3,6 M$). Des investissements privés sont aussi à prévoir pour les équipements de manutention, mais la valeur n'a pas encore été établie.
«Ce nouvel espace de 12 000 mètres carrés facilitera particulièrement la manutention des produits de marchandise générale hors norme, au bénéfice de nos entreprises manufacturières régionales», a déclaré le président-directeur général, Gaétan Boivin.
Celui-ci souligne que les quais utilisés pour les navires marchands ayant une durée de vie de plus de 60 ans, il est donc rare d'assister à leur construction. «En 2016, le quai 13, situé plus à l'ouest, a été refait à neuf, mais les travaux de construction étaient peu visibles par la population. Cette année, elle pourra suivre de près tous les travaux, dont l'installation des pieux de la façade, le remplissage et la compaction», fait-il remarquer.
L'entreprise Hamel construction, qui a obtenu le contrat de réalisation, a déjà commencé à préparer le chantier pour l'exécution de ces travaux. Dans les premières semaines, l'entrepreneur procédera aux travaux de démolition et d'excavation. En juin débutera la mise en place de la pierre de remblai.
«Les travaux les plus spectaculaires se dérouleront vers la mi-juillet alors que les pieux et palplanches du mur de façade seront enfoncés dans le lit du fleuve», a conclu M. Boivin.