Yanick Bournival et Réjean Duchesneau fabriquent des visières de protection, un équipement recherché en cette période de pandémie de coronavirus.
Yanick Bournival et Réjean Duchesneau fabriquent des visières de protection, un équipement recherché en cette période de pandémie de coronavirus.

«C’est la folie»: deux entreprises de Saint-Étienne s’unissent pour fabriquer des visières de protection 

Saint-Étienne-de-Grès — Deux entreprises de Saint-Étienne-des-Grès unissent leurs efforts pour se lancer dans la fabrication de visières de protection, un produit si recherché dans le milieu de la santé que les quelque 1500 unités qui seront produites cette semaine ont toutes été réservées.

Yanick Bournival affirme avoir eu l’idée de fabriquer ces écrans faciaux la semaine dernière après avoir appris par les médias que des commandes de produits médicaux auraient été détournées par le gouvernement américain en pleine pandémie de coronavirus. Le propriétaire de Découpage FAB, une entreprise spécialisée dans la découpe numérique et la gravure au laser, a alors contacté Réjean Duchesneau, propriétaire d’Équipement RD, une compagnie spécialisée dans la fabrication d’orthèses.

«Je savais qu’avec nos deux expertises, on arriverait à quelque chose de bien», raconte M. Bournival, dont l’entreprise continue de fonctionner étant donné qu’elle produit des pièces pour la fabrication de camions de pompiers, un service essentiel.

Découpage FAB s’occupe de tailler du plastique et la mousse qui sert d’appui entre le front et la visière, tandis qu’Équipement RD découpe et coud la bande élastique, installe la mousse et fait le montage de la visière.

«C’est la folie, confirme Yanick Bournival. Quand j’ai partagé la visière (sur les réseaux sociaux), ça a été vu par plein de monde. Le mot a circulé avant qu’on soit capable d’en fabriquer. Des infirmières se paient leur visière, il y en a une qui est venue en chercher 15 hier (lundi, premier jour de production). Ce sont des travailleurs dans les CLSC et dans les foyers de personnes âgées, des ambulanciers. J’ai des gens de Saint-Étienne qui ont de la parenté à Montréal qui travaille dans la santé et c’est un produit qui est dur à trouver.»

«J’ai la machinerie pour faire la bande élastique et le montage, il a la machinerie pour faire le reste, on s’est réuni pour être capable de fournir. Et il y a de la demande. Le besoin est là et notre produit est durable et de qualité. On veut quelque chose de beau, d’aéré, qui tient bien», déclare Réjean Duchesneau.

Tant que du plastique et de la mousse pourront être trouvés, les deux compagnies seront en mesure de fabriquer ce produit qui vient rehausser leur niveau d’activités. Équipement RD a l’habitude de produire une centaine d’orthèses par semaine. La production a chuté à deux ou trois depuis les dernières semaines.

«C’est normal, les gens ont peur de la COVID-19 et ne se déplacent pas. Avec les visières, l’idée est de partager le travail», mentionne M. Duchesneau.

Du côté de Découpage FAB, le niveau d’activité se situe à 40 % depuis le début de la crise, ce qui a entraîné le départ de trois des cinq employés. La compagnie avait diversifié son marché en fabriquant une trentaine de panneaux protecteurs anti-postillons qu’elle a écoulés dans des commerces du coin. Avec la production de visières, un troisième employé se joindra à l’équipe.

«Environ 95 % de notre production actuelle est la visière, dit M. Bournival. On va retomber à des semaines normales avec un bon chiffre d’affaires. C’est un marché qu’on risque de garder et ça pourrait représenter 10 % de notre production.»