Une cinquantaine de personnes ont assisté au déjeuner de la CCIHSM. Patrice Mangin, directeur général de BELT, Dany Chilton, membre de conseil d’administration, Karine Rochette directrice générale de la CCIHSM et Patrice Bergeron, président de BELT.

«C’est du concret »

La Tuque — Les dirigeants de Bioénergie La Tuque (BELT) ont rencontré les membres de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut Saint-Maurice, mercredi, pour faire le point sur l’important projet d’implantation d’une bioraffinerie alimentée par les résidus de coupe forestière pour la production de carburants renouvelables.

«La phase un est terminée. On a fait notre travail. Il reste à mettre les rapports ensemble, mais le travail clé est fait. Le gros message c’est que ce n’est plus un rêve, c’est du concret. C’est réalité. On a un investisseur qui est Neste, on parle d’un plan B également, mais je peux vous dire que d’autres (investisseurs) frappent à notre porte. Pourquoi ? Parce qu’ils ont vu le sérieux de notre projet […] On sait exactement quoi faire dans la phase deux, sur quoi concentrer nos efforts», a affirmé Patrice Mangin, directeur général de BELT.

Une importante rencontre s’est tenue récemment avec les investisseurs en Finlande. Les résultats des études ont été présentés et on attend une réponse d’ici la fin de l’année.

Le président du conseil d’administration, Patrice Bergeron, a également profité du rassemblement pour présenter les vidéos de promotion du projet. Une version courte alimente les réseaux sociaux depuis quelques semaines et elle a été vue 21 000 fois. La version longue a été présentée en primeur.

Pour la Chambre, recevoir les dirigeants était incontournable puisqu’il s’agit d’un projet à saveur économique important.

«Ils pourraient créer 490 emplois sur notre beau territoire, qui est d’ailleurs le mieux placé pour répondre à ce type de projet avec nos 30 000 km2. C’est un projet qui sera positif pour l’environnement et qui implique nos communautés autochtones, quoi demander de mieux pour notre développement économique. Nous avons hâte de les recevoir à nouveau pour d’autres belles annonces et d’autres avancements», a indiqué Karine Rochette, directrice générale de la CCIHSM.