Yvan Caron, président et directeur général d’Edward Intelligence d’affaires, a présenté CATHIA au DigiHub, mardi matin.

Cathia: en hommage à une neurochirurgienne

SHAWINIGAN — Ce n’est pas tous les jours qu’un homme d’affaires décidera d’honorer la neurochirurgienne qui lui a sauvé la vie, en associant son prénom à son nouveau projet. Yvan Caron, président et directeur général d’EDWARD Intelligence d’affaires, a expliqué pourquoi il avait eu cette délicate attention en présentant CATHIA, mardi matin au DigiHub de Shawinigan.

Son entreprise n’est pas tellement connue. Elle se spécialise dans l’automatisation des processus d’affaires. Des secteurs comme la vente, la comptabilité, les ressources humaines et l’inventaire peuvent être supportés par EDWARD, un acronyme pour Electronic Documents Workflow Automatic Remote Diagnostic.

En juin 2018, M. Caron soupçonne un problème de santé à la suite d’engourdissements persistants aux orteils. Après plusieurs mois de questionnement, le verdict tombe au tout début de l’année 2019: tumeur à la moelle épinière. L’homme d’affaires doit être opéré d’urgence le 16 janvier à Trois-Rivières et heureusement pour lui, tout se déroule à merveille grâce à l’expertise de sa neurochirurgienne, Cathy Gendron. Sa reconnaissance est infinie et il lui promet que son prochain projet porterait son nom.

«Si je n’avais pas subi cette opération d’urgence, je serais paraplégique aujourd’hui», raconte-t-il, un peu ému. «Même avec la chirurgie, je risquais de devenir paraplégique. À part quelques petites séquelles qui ne paraissent pas, j’ai retrouvé mon autonomie.»

«À mon réveil le 16 janvier après l’opération, quand j’ai senti mes orteils, j’ai dit à Cathy que mon prochain projet va s’appeler... Cathy», ajoute M. Caron. «Quand je l’ai revue un mois plus tard, je lui ai dit que mes employés étaient avisés et que dans six mois, je ferais une conférence de presse pour annoncer mon nouveau produit. C’est ce qui se passe aujourd’hui!»

CATHIA représente, en quelque sorte, l’environnement technologique pour supporter l’adjoint électronique automatisé EDWARD. Une partie des serveurs seront installés au centre de données Watts Illimités de Shawinigan, dès qu’il sera prêt. Cette nouvelle marque représente aussi un acronyme, pour Centre Automatisé de Technologies Hybrides en Intelligence Artificielle.

«Nous pouvons ainsi offrir aux petites entreprises les capacités d’avoir cette technologie», se réjouit M. Caron. «Souvent, elles n’ont pas l’environnement ni les moyens pour cela.»

Créée en 2016 à Trois-Rivières, EDWARD Intelligence d’affaires s’est installée au DigiHub en novembre 2018. Depuis près d’un an, le nombre d’employés est passé de deux à dix. Cette équipe s’occupe d’une soixantaine de clients. Martin Côté, le premier client d’EDWARD Intelligence d’affaires, vient de s’associer à cette entreprise.

«Présentement, nous avons une demande incroyable», mentionne M. Caron. «On peut s’adresser à n’importe quel type d’entreprise. Nous en avons dans les transports, nous avons de gros fabricants qui travaillent avec nous. Même Desjardins et Hydro-Québec sont venus nous rencontrer. On passe tous les processus d’une entreprise, des ventes à l’après-vente, en passant par la comptabilité et l’administration.»

«Nous avons créé EDWARD pour les petites entreprises, mais ce sont de gros clients qui nous approchent», s’étonne l’homme d’affaires. «Nous avons fait zéro publicité depuis trois ans. Ce n’est que du bouche-à-oreille et on ne fournit pas à la demande!»

M. Caron considère que l’environnement du DigiHub favorise le recrutement de programmeurs, mais il reconnaît qu’il s’agit d’un important défi pour soutenir la croissance de son entreprise. «C’est difficile à trouver», convient-il. «Je dois les prendre sur les bancs d’école!»