Chantal Sioui, la propriétaire de la boutique Chantalita de Trois-Rivières.

Boutique Chantalita: en pleine croissance

Trois-Rivières — Fondée il y a cinq ans, la boutique Chantalita de Trois-Rivières connaît une belle croissance depuis. Spécialisée dans la vente de vêtements adaptés aux besoins des personnes en perte d’autonomie, cette boutique comble d’importants besoins auprès d’une partie de la population.

«Le chiffre d’affaires de la boutique est en augmentation d’année en année», affirme Chantal Sioui, la propriétaire de la boutique Chantalita de vêtements adaptés. «Dès les premiers mois, j’ai vu tout de suite qu’il y avait un besoin. J’avais déjà un très bon chiffre d’affaires.»

Les clients de cette boutique de la rue Champflour sont des personnes qui n’arrivent plus, pour de multiples raisons, à se vêtir seules. Ces vêtements adaptés permettent à ces personnes ayant d’importantes limitations physiques ou cognitives de conserver leur dignité. Chantal Sioui est ravie d’aider comme elle le peut et que sa boutique soit plus qu’un simple magasin de vêtements.

«J’ai des clients qui viennent ici depuis que je suis ouverte pour leurs parents. Au fil du temps, on développe des liens plus cordiaux. Ils prennent des nouvelles de mes petits-enfants et moi aussi je m’informe de leurs proches», précise la propriétaire de Chantalita. «Des clients se confient à moi sur ce qu’ils vivent par rapport à leurs parents et des problèmes qu’ils peuvent avoir dans des résidences. Ils se confient beaucoup. [...] Les clients me remercient beaucoup et certains m’ont déjà appelé après le décès d’un parent pour me remercier de mon bon service.»

Chantal Sioui a eu l’idée de créer cette boutique à l’automne 2013, alors qu’elle devait trouver des vêtements adaptés pour sa mère malade. La commerçante se souvient de tout le mal qu’elle avait eu. Incapable de trouver des vêtements adaptés pour la condition de sa mère, elle a dû demander à une couturière de faire les modifications nécessaires, ce qui a fait considérablement augmenter la facture.

Se disant qu’elle n’était sûrement pas la seule à être confrontée à un tel problème, Chantal Sioui a pris le pari d’ouvrir elle-même une boutique de vêtements adaptés.

«Ça s’est fait vite, en l’espace de deux mois. Ça faisait deux ans que j’étais de retour au Québec et je me cherchais une idée de commerce», mentionne Chantal Sioui. «Je n’avais pas droit à des subventions pour lancer un commerce, car j’avais vécu sept ans à l’étranger. J’ai donc pris de l’argent personnel pour ouvrir la boutique.»


« Je n’avais pas droit à des subventions pour lancer un commerce, car j’avais vécu sept ans à l’étranger. J’ai donc pris de l’argent personnel pour ouvrir la boutique.  »
Chantal Sioui

L’entrepreneure a alors trouvé un local sur la rue Champflour, à Trois-Rivières, de l’équipement ainsi qu’un gros lot de vêtements adaptés. Depuis, le commerce est en constante progression et la situation démographique n’y est pas étrangère.

«La Mauricie est la région du Canada où il y a le plus de personnes âgées per capita. C’est un service qui va être de plus en plus demandé», affirme Chantal Sioui.