Une aide de près de 900 millions de dollars sera octroyée à l'industrie forestière

Bois d'oeuvre: Ottawa annonce un appui de près de 900 M$

Le gouvernement fédéral vole au secours de l'industrie forestière avec un plan d'aide contenant des mesures atteignant près de 900 millions $.
Exportation et développement Canada disposera de 500 millions $ pour offrir des «solutions de gestion du risque et de financement commercial», y compris des garanties de prêts et d'emprunts, précise le communiqué publié jeudi par le gouvernement.
La Banque de développement du Canada mettra quant à elle 105 millions $ de financement commercial à la disposition des entreprises forestières «admissibles dans l'immédiat et à moyen terme», peut-on lire dans le même document.
À ces montants s'ajoute une enveloppe de 260 millions $ visant à appuyer les travailleurs de l'industrie canadienne du bois d'oeuvre, notamment des bonifications à l'assurance-emploi.
Trois ministres du gouvernement fédéral ont été mobilisés pour annoncer ce programme élaboré en réaction à la décision américaine de frapper les importations canadiennes de droits compensatoires à la frontière.
Il a été présenté en conférence de presse à Ottawa par le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, et ses collègues aux Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et au Commerce international, François-Philippe Champagne.
L'annonce faite par Ottawa était attendue dans le Haut Saint-Maurice. Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, estime que c'est une bonne nouvelle.
«Cela s'ajoute à l'aide déjà annoncée par Québec. Par contre, il ne faut pas oublier que les 900 millions sont répartis dans 10 provinces. Le gouvernement provincial lui, a annoncé 300 millions seulement pour la province de Québec», a-t-il souligné.
Ce dernier ne cache pas que les montants auraient pu être plus élevés, mais il assure qu'il s'agit d'une annonce positive pour l'industrie.
«On va commencer par ça. J'espère que cet argent-là va être bien investi. Ce ne serait pas une mauvaise idée d'investir dans la fabrication pour qu'on puisse avoir de la machinerie plus performante qui va aidé pour les droits compensatoires», a-t-il lancé.
Le département américain du Commerce a imposé le 28 avril dernier des droits compensatoires allant jusqu'à 24 % sur les importations de bois d'oeuvre canadien.
L'administration américaine estime que le Canada subventionne injustement son industrie en maintenant les prix artificiellement bas.
Historiquement, le gouvernement canadien a toujours réussi à défendre sa cause avec succès devant divers tribunaux internationaux, comme l'a souvent rappelé la ministre Freeland.
Dans un rapport publié mercredi, le Conference Board du Canada conclut que les producteurs canadiens de bois d'oeuvre seraient durement affectés par une nouvelle guerre commerciale.
Avec Audrey Tremblay