Patrice Bergeron est le président de BELT.
Patrice Bergeron est le président de BELT.

Bioénergie La Tuque: le projet progresse

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — La pandémie a bouleversé plusieurs projets dans les derniers mois y compris celui de Bioénergie La Tuque (BELT), mais les dirigeants assurent que le projet n’est pas menacé et qu’il continue de progresser. Les rencontres citoyennes auront lieu dès que possible et on attend l’ouverture des frontières avec grande impatience.

«C’est certain que ç’a ralenti le projet comme la plupart des autres. Par contre, je peux dire que le projet progresse et qu’on est encore dans le processus de financement de la phase deux. On espère avoir de bonnes nouvelles prochainement», a indiqué le président de BELT, Patrice Bergeron.

La phase 2 consiste principalement à faire des essais de démonstration afin de préciser et valider les études technico-économiques sur les deux technologies sélectionnées par BELT.

«Les frontières sont fermées donc c’est un peu problématique parce que ça doit se faire à l’étranger. C’est un peu problématique pour nous dans ce sens-là. On ne l’avait pas prévu…»

Ce dernier martèle que le projet doit continuer d’avancer, et ce, même si la menace d’une deuxième vague de COVID-19 continue de planer.

«Peut-être que les frontières n’ouvriront pas bientôt, et ça risque de retarder encore un peu le projet. On se doit quand même d’aller de l’avant et de débuter quand même les travaux de la phase deux du projet. On continue, on planifie et on y va dans un scénario optimiste. On espère que ça va débloquer», note Patrice Bergeron.

«Quand on va pouvoir repartir comme avant, je vous garantis qu’on va y aller avec la pédale dans le plancher. On va être prêt, on a le temps de se préparer en masse», ajoute-t-il.

Au début de l’année, les dirigeants de BELT avaient indiqué qu’ils voulaient rencontrer la population lors de consultation publique afin d’être «plus blanc que blanc». Ils voulaient faire le point après que le directeur de l’usine WestRock, Pierre Pacarar, ait soulevé de grandes inquiétudes par rapport à l’implantation d’une bioraffinerie. Ces rencontres pourraient avoir lieu dès l’automne.

«On veut planifier ça dans les prochaines semaines, mais on a beaucoup de travail dans la préparation de la phase deux du projet et tant qu’on n’a pas la confirmation du financement de la phase deux, c’est peut-être prématuré de faire ces rencontres. On veut être bien engagé dedans pour rencontrer les gens», a conclu Patrice Bergeron.

Rappelons que le projet de Bioénergie La Tuque (BELT) consiste en une bioraffinerie alimentée par les résidus forestiers qui pourrait produire annuellement plus de 200 millions de litres de carburant totalement renouvelable. Un projet ambitieux qui pourrait créer près de 500 emplois en Haute-Mauricie. Les dirigeants de BELT visent l’implantation pour 2023.