Les propriétaires de la Microbrasserie La Pécheresse, Marc-André Ayotte et Michael Martineau, ont lancé la bière Monsieur Martinet en compagnie de Simon Parent, propriétaire du San–Station Boréale.

Bière Monsieur Martinet: «On est très fier»

LAC-ÉDOUARD — Le Martinet ramoneur est devenu un emblème pour le site touristique du San-Station Boréal de Lac-Édouard. Une nouvelle bière artisanale appelée «Monsieur Martinet» fera son entrée sur le marché dans le but de faire découvrir la réalité de cet oiseau migrateur. Il s’agit d’un projet en collaboration entre la Microbrasserie La Pécheresse et le San–Station Boréale.

«Ça faisait longtemps qu’on voulait faire cette collaboration! On voulait faire découvrir les produits du San et le martinet ramoneur. […] Depuis les dernières années, on prend la Pécheresse comme véhicule pour la culture, les produits locaux… On voudrait aussi toucher des causes humanitaires. La bière, c’est un prétexte de rencontres et ça permet de faire rayonner la communauté et les producteurs locaux. Ce n’est jamais plate la bière», lance d’entrée de jeu Marc-André Ayotte, copropriétaire de la microbrasserie La Pécheresse.

Le martinet ramoneur est une espèce d’oiseau menacée au Canada depuis 2007. Aux alentours de 5 % de la population des martinets ramoneurs du Québec a choisi le Lac-Édouard, notamment en raison de la grande cheminée qui s’y trouve.

«On est très fier de voir que La Pécheresse met en valeur nos produits, c’est-à-dire la fraise et la framboise, à travers le projet de la sauvegarde du martinet ramoneur qui est un peu l’âme du Sanarotium», souligne Simon Parent, propriétaire du San-Station Boréale.

Outre la sensibilisation au martinet ramoneur, cette bière collaborative brassée par la Microbrasserie La Pécheresse a été fermentée à partir de fraises et de framboises cultivées directement sur le site San–Station Boréale à Lac-Édouard. Il s’agit d’une bière de type berliner weisse. Elle sera bientôt sur les tablettes des dépanneurs de bières spécialisées et des épiceries de la Mauricie.

«La première fois qu’on l’a fait, c’était seulement des framboises, ensuite on voulait la faire seulement avec des fraises», raconte Michael Martineau, copropriétaire de la Microbrasserie La Pécheresse.

Une erreur de commande dans la quantité de fruits est toutefois à l’origine de ce mélange de fruits «très désaltérant».

«On a fait wow avec le mélange des deux! C’est vraiment un beau hasard», insiste Micheal Martineau.

Le design autour de la bière a été conçu par Carolane Godbout à partir d’une peinture commandée pour l’occasion sur le thème de la situation particulière de cet oiseau.

C’est l’artiste Jean-François Alarie qui est derrière cette toile. Ce Latuquois d’origine est connu à l’international et a, depuis quelques mois, ouvert sa propre galerie à Rimouski. Jean-François Alarie n’en est pas à sa première collaboration avec La Pécheresse. Il est également à l’origine de l’image qui se retrouve sur la bière qui avait été lancée pour le Festival de chasse. Par ailleurs, c’est Carl Charland, un employé de la microbrasserie, qui s’est occupé de la rédaction du texte explicatif. «Il fait un très bon boulot avec une petite touche poétique. Il y a une description de bière qui décrit également le personnage. Il fait aussi un beau clin d’œil au martinet ramoneur», note M. Martineau.

Rappelons que les propriétaires de la Microbrasserie La Pécheresse ont annoncé récemment des investissements majeurs au sein de leur entreprise. Au total, une somme de 250 000 $ a été nécessaire pour acquérir une sertisseuse automatique et une étiqueteuse rendant possible la mise en cannette. La microbrasserie s’est également dotée de nouveaux équipements de brassage. Ils ont également procédé à l’automatisation et la commande à distance de l’équipement, permettant d’accroître l’efficacité et la production de manière significative.

En tout, une dizaine de produits différents, incluant la nouvelle bière Monsieur Martinet, seront distribués en format canette de 473 ml un peu partout au Québec en commençant par le Haut Saint-Maurice et la Mauricie.

Des recherches sur le martinet ramoneur

Des équipes de chercheurs sont présentement à Lac-Édouard afin d’en apprendre plus sur l’habitat naturel des martinets ramoneurs au Québec. On aimerait arriver à protéger l’espèce. «Le projet du Zoo de Granby consiste, entre autres, à installer des émetteurs sur les oiseaux pour les localiser par la suite. C’est un projet de deux ans. […] On est super contents. Notre objectif depuis le départ, c’était d’intéresser des chercheurs ou des biologistes afin qu’ils viennent étudier le martinet», affirme Simon Parent.

L’équipe de conservation et de recherche du Zoo de Granby, en collaboration avec plusieurs partenaires, tente notamment de connaître les endroits où ils peuvent nicher dans le milieu naturel pour protéger ces habitats, mais aussi pouvoir les mettre en valeur.