À l’avant-plan, la présidente du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, Nicole Coutu, accompagnée du commissaire industriel de la Ville, Pierre Michel Auger, et du maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.
À l’avant-plan, la présidente du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, Nicole Coutu, accompagnée du commissaire industriel de la Ville, Pierre Michel Auger, et du maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Bécancour inaugure son incubateur industriel: «C’est un beau grand moment»

BÉCANCOUR — Pandémie oblige, c’est sans tambour ni trompette que le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, a inauguré jeudi l’incubateur industriel, situé dans le Parc PME Jean-Demers. Réalisé au coût de 3,5 millions de dollars, la structure de 15 000 pieds carrés accueillera dès lundi prochain un premier locataire qui occupera deux espaces sur trois.

«Enfin, notre incubateur est arrivé, j’en suis très fier, c’est un beau grand moment pour Bécancour», a-t-il lancé en présence du commissaire industriel de la Ville, Pierre Michel Auger, et de la présidente du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, Nicole Coutu, qui a annoncé une contribution de 225 000 dollars au projet. 

Le premier magistrat a parlé d’un accouchement qui survient après six ans de grossesse. «Elle a commencé en janvier 2014 quand on a tenu notre chantier économique et elle s’est poursuivie avec le Fonds de diversification économique qui avait été lancé à l’époque à cause de la fermeture de la centrale nucléaire. L’idée de l’incubateur s’est développée dans la douleur, ayant changé de place souvent», a raconté M. Dubois.

Les incubés se partageront des entrepôts de production, une salle commune, des espaces de travail, une salle de rencontre munie d’une cuisinette et auront accès aux technologies courantes de télécommunication. 

«C’est en lien avec nos intentions, ni trop gros, ni trop petit, et ça respecte aussi l’intérêt qu’on avait envers les technologies environnementales. Ça répond à notre virage économique vers la moyenne entreprise», a ajouté le maire de Bécancour.

La structure est une réalisation de l’architecte locale Michelle Côté et sa construction a été effectuée dans le respect des échéanciers et ce, malgré un léger retard causé par l’arrêt du secteur de la construction industrielle dû à la crise de la COVID-19.

Sa concrétisation a été rendue possible grâce à la participation financière du ministère de l’Économie et de l’Innovation, du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables et de la Corporation de promotion et de développement de Bécancour qui opère les lieux.

Les entreprises locataires pourront ainsi disposer d’un endroit physique dans lequel pratiquer leurs activités courantes et y développer de nouveaux produits et de nouveaux procédés. Et les divers acteurs économiques du territoire seront interpellés en toute complémentarité à l’offre de l’incubateur.

En créant cette nouvelle structure, Bécancour emboîte donc le pas comme plusieurs autres villes de la région telles que Trois-Rivières, Shawinigan et Drummondville qui ont mis en place des infrastructures d’accueil pour stimuler l’entrepreneuriat et regrouper des entreprises en prédémarrage et démarrage, et ce, afin de leur offrir des espaces et des services communs. 

«Il s’agit d’ailleurs du premier grand investissement de la Ville et de la Corporation de promotion et de développement et d’une série de plusieurs afin de positionner Bécancour comme pôle d’accueil important pour les PME. De belles choses sont à venir pour Bécancour», a indiqué Pierre Michel Auger.  

Pour sa part, la présidente du Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, Nicole Coutu, croit que cet incubateur saura nourrir la fibre entrepreneuriale de la communauté et que des entreprises florissantes y naîtront. 

«Cette nouvelle infrastructure favorisera sans aucun doute l’innovation, la culture entrepreneuriale et la vitalité économique chez nous. Dans le contexte actuel, c’est important plus que jamais de soutenir et de supporter nos entrepreneurs. On doit relancer l’économie», a conclu la directrice générale de l’Aluminerie de Bécancour, devenue tout récemment la nouvelle PDG d’Alcoa Canada.