Auto

EV World Tour: un tour du monde pour changer les choses

CHRONIQUE / En France, il n’est pas illégal de convertir un véhicule à essence à l’électricité. Sauf qu’il est illégal de l’immatriculer, alors qu’il est tout à fait légal de le faire dans les pays européens voisins.

C’est pour cette raison que Rémi Pillot, ingénieur, et Alexandra Perfettini, architecte, entreprendront un voyage autour du monde qui les mènera dans 30 pays sur une distance de plus de 50 000 kilomètres.

Auto

Essai-éclair: Lexus IS 350 AWD 2018

Cette berline compacte de luxe n’a pas à rougir devant ses concurrentes allemandes, américaines ou japonaises. Dynamique, confortable et précise, on y trouve les mêmes qualités que dans des modèles équivalents chez BMW, Mercedes-Benz ou Audi.

Jumelez ça avec la légendaire fiabilité des produits Toyota, il s'agit d'un produit très compétitif.

La traction intégrale — la IS 250, elle ne compte que sur la propulsion — confère à l’IS 350 une assurance à la conduite.  

En termes de motorisation, trois options s'offrent sur la IS : soit un quatre-cylindres turbo de 2,0 litres de 241 chevaux sur la IS 250 à propulsion; un V6 de 3,0 litres de 255 chevaux sur la IS 300 à traction intégrale; et enfin le V6 de 3,5 litres de 306 chevaux sur la IS 350, comme nous avons essayé.  Même avec un tel moteur, on ressent quelques lenteurs lors d’accélérations un peu plus musclées.

Malgré tout, on peut prétendre que la IS est une excellente routière.

Quatre adultes y trouveront leur compte aisément, malgré un accès à l’arrière quelque peu ardu pour les grandes personnes. Une troisième personne à l’arrière risque d’être un peu inconfortable, en raison de la bosse du rouage d’entraînement.

Quant à son allure générale, on aime ou on n’aime pas. Elle a l'avantage de bien se démarquer de la concurrence avec sa calandre en forme de sablier, signe distinctif de la marque. 

Évidemment, un modèle de ce calibre se doit d'être pourvu de caractéristiques de sécurité active, telles que le système de précollision, le régulateur de vitesse dynamique à radar (ou adaptatif) et le système d'avertissement de sortie de voie avec assistance à la direction. Prochaine étape? La conduite autonome ou semi-autonome? Attendez-vous à ce que ça arrive d'ici quelques années. 

Enfin, la souris du système d’infodivertissement nous laisse pantois. Elle peut faire rager un peu, car elle est très sensible. La manipulation pour choisir ses options dans le système — que ce soit pour choisir sa musique, la navigation, etc. — requiert un certain doigté qui risque nuire à la concentration lorsqu'on conduit.

Auto

Enspire: un premier VUS tout-électrique pour Buick?

La division chinoise de Buick a annoncé le 8 avril qu’un nouveau concept de VUS tout-électrique, l’Enspire, sera lancé mondialement lors de la Nuit de la marque Buick, le mardi 17 avril, à Wuzhen, dans la province du Zhejiang.

Le Buick Enspire fera également son apparition au Salon de Pékin, qui se tiendra plus tard ce mois-ci. Très peu d’information au sujet de ce modèle à part d’une photo de l’arrière du véhicule trouvée dans le site chinois de Buick pour les médias. 

Buick a vendu plus de 9 millions de véhicules en Chine depuis son arrivée en 1998.

Auto

Bentley électrifie son Bentayga

Le constructeur britannique Bentley entre dans l’électrification de ses modèles en proposant la version hybride rechargeable de son VUS de grand luxe, le Bentayga.

La principale différence par rapport aux autres versions du Bentayga, c’est la mise sous le capot d’un moteur V6 suralimenté de 3,0 litres, alors que le moteur W12 et les V8 à essence ou diesel avaient droit de cité dans ce VUS. 

Peu d’informations ont filtré quant au moteur électrique et la capacité de la batterie, mais Bentley promet une autonomie de 50 km en mode électrique en cycle NEDC (pour Nouveau cycle européen de conduite). 

Ne laissant rien au hasard au chapitre du design, Bentley a aussi fait appel au célèbre designer Philippe Starck pour concevoir l’unité de recharge destinée aux clients du Bentayga Hybrid, le Power Dock Bentley by Starck. 

«Minimaliste et élégant, le Power Dock vise à protéger et organiser les câbles de recharge. Grâce à cette œuvre d’art fonctionnelle qui s’intègre parfaitement à tous les intérieurs, recharger sa voiture hybride devient un geste luxueux», peut-on lire dans le communiqué de Bentley, qui précise que la vente dans certains marchés se fera à partir du second semestre de 2018.

Auto

Recul des ventes d'automobiles en mars

TORONTO — Les ventes de véhicules automobiles au Canada ont diminué de 0,6 pour cent en mars par rapport au même mois l'an dernier, a indiqué mardi la firme spécialisée DesRosiers Automotive Consultants.

Le nombre total de véhicules vendus s'est établi à 186,4 millions, ce qui est près d'un sommet historique pour le mois de mars, mais inférieur à celui de 187,5 millions de l'an dernier.

Auto

Essai-éclair: Ford Explorer Platinum 2018

D’abord lancé dans l’année-modèle 2011 sous cette plate-forme, l’Explorer a subi une mise à jour en 2016, auquel on l’a raffiné pour cette année. La dernière sous l’actuelle plate-forme.

La version Platinum essayée est de loin celle qui profite de la motorisation la plus puissante pour ce modèle. Dans les versions moins coûteuses de l'Explorer, un moteur à quatre-cylindres de 2,3 litres EcoBoost d'une puissance de 280 chevaux (280 kW) et 310 lb-pi de couple (420 N.m) et un V6 atmosphérique de 290 chevaux (216 kW) et de 255 lb-pi (345 N.m) sont aussi offerts.

Avec son moteur V6 de 3,5 litres biturbo EcoBoost de la version Platinum, ce mastodonte décolle lorsque cela est requis. Mais hélas! La consommation de carburant en prend pour son rhume. 

Au moins, l’Explorer fait partie des véhicules ciblés par Ford dans sa stratégie d’hybridation de ses modèles de camions et de VUS. Il faudra toutefois attendre en 2020. En souhaitant que l’Explorer, un excellent véhicule familial, puisse moins consommer de carburant bientôt…

Car pour être un bon véhicule familial, c'en est un. De l'espace, il n'en manque pas, tant avec la troisième rangée de sièges rabattus ou déployés. Lorsqu'elle est déployée, le creux dans le plancher où les sièges vont se loger une fois rabattus devient disponible pour du chargement.

Et en parlant de cette troisième rangée de sièges, elle peut accueillir deux adultes de taille moyenne, sans néanmoins être le grand confort. Mais on a déjà vu pire dans les VUS qui prétendent pouvoir asseoir sept (ou six, dans ce cas-ci) occupants. En pivotant les jambes vers le centre du véhicule, on peut arriver à trouver son compte. Mais c'est loin d'être parfait.

Auto

Le 49e Salon Auto Sport, plus vaste et diversifié

CHRONIQUE / S’il n’en tient qu’à Martin D’Anjou, président des événements Festidrag, le deuxième Salon Auto Sport de Québec sous sa gouverne sera «le plus gros en Amérique du Nord».

Le volubile organisateur a dévoilé pendant une heure jeudi dernier les grandes lignes (et il est «sûr d’en avoir oublié») de son nouveau bébé qui gagnera en surface d’exposition et en diversité.

Auto

GM rappelle et suspend la livraison des Bolt

General Motors (GM) a annoncé jeudi dernier qu’il rappelle et qu’il suspend immédiatement la livraison des Chevrolet Bolt EV, en raison d’un problème avec le moteur des essuie-glaces.

«GM rappelle certaines Chevrolet Bolt EV des années-modèles 2017-2018, vendues au Canada, dont le moteur d’essuie-glaces pourrait s’arrêter lorsque la voiture ne serait plus en stationnement, durant des conditions météorologiques froides et neigeuses. GM remplacera les moteurs d’essuie-glaces avec des conceptions mises à jour, sans frais pour les clients», a répondu par courriel au Soleil, Philippe-André Bisson, porte-parole de GM.

Auto

Campagna Motors dévoilera un T-Rex électrique

Campagna Motors lèvera le voile sur un prototype d’une version électrifiée de son tricycle légendaire T-Rex, le 20 avril prochain lors du Salon du véhicule électrique de Montréal. Le constructeur québécois intégrera la technologie 100 % électrique de Zero Motorcycles.

«Zero est reconnu comme un leader pour sa technologie de batteries et de motorisation simple, efficace et abordable, offrant autonomie et performance dans le marché des motos électriques», peut-on lire dans le communiqué publié la semaine dernière. «De plus, ses batteries lithium-ion dernier cri ne requièrent aucun entretien.» 

Par le passé, Campagna a établi des partenariats avec BMW et Harley-Davidson pour l’approvisionnement des groupes motopropulseurs du T-Rex et du V13R. Un autre prototype de T-Rex électrique plus perfectionné sera dévoilé l’été prochain.

Auto

États-Unis: des normes antipollution plus souples

WASHINGTON — La décision de l’administration Trump lundi d’assouplir les normes à venir de pollution pour les voitures particulières menace de déclencher une bataille politique et juridique avec la Californie, qui entend pour sa part maintenir des objectifs plus ambitieux.

Surnommées «CAFE» (Corporate Average Fuel Economy), les normes pour la période 2022-2025 avaient été fixées par la précédente administration démocrate de Barack Obama peu avant l’arrivée du républicain Donald Trump à la Maison-Blanche.

Elles prévoyaient des augmentations graduelles de l’autonomie des véhicules pour atteindre un objectif de 54,5 miles pour un gallon d’essence (4,32 litres aux cent kilomètres) en 2025.

«Les conclusions de l’administration Obama étaient erronées», a affirmé lundi dans un communiqué le responsable de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) Scott Pruitt.

«Sous l’administration Obama, le processus d’évaluation des normes a été mené trop rapidement pour des raisons politiques et a été établi sur des références qui ne correspondent pas à la réalité, fixant des normes trop élevées», a-t-il accusé.

«L’exemption californienne est actuellement en cours d’examen par l’EPA», ajoute le communiqué de l’agence.

La Californie peut, grâce à une exemption, fixer des normes encore plus dures que le reste du pays en la matière, ce qu’elle fait depuis plusieurs décennies, incitant les constructeurs automobiles à s’adapter sur les siennes plutôt que les normes fédérales pour pouvoir y vendre leurs voitures.

Xavier Becerra, le procureur général de Californie, un État traditionnellement démocrate, a immédiatement réagi à l’annonce de l’EPA, affirmant dans un communiqué que «l’offensive de l’administration Trump contre les normes de pollution des voitures met en danger notre capacité à protéger la santé de nos enfants, lutter contre le changement climatique et permettre aux Américains d’économiser de l’argent».

«Nous sommes prêts à aller en Justice pour préserver ces normes essentielles et pour répondre à la guerre déclarée par l’administration contre l’environnement», a-t-il menacé.

Normes nationales 

«Le fédéralisme ne veut pas dire qu’un État peut dicter les normes pour le reste du pays», a affirmé de son côté M. Pruitt. «Il est dans notre intérêt d’avoir des normes nationales et nous travaillerons avec tous les États, y compris la Californie, pour y parvenir», a-t-il poursuivi.

Le président américain avait annoncé dans les mois qui ont suivi son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2017 qu’il demanderait à l’EPA d’examiner les normes établies pour la période 2022-2025 avec pour objectif de les revoir.

Cette décision faisait partie de son intention de démanteler la majeure partie du «plan climat» établi par son prédécesseur. M. Trump a également décidé de retirer les États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, estimant qu’il nuit aux intérêts économiques américains.

L’Alliance Automobile, qui réunit les 12 constructeurs les plus importants aux États-Unis, n’a pas réagi directement à la décision de l’EPA, mais a affirmé sur son site qu’elle avait déjà atteint en grande partie les objectifs fixés par les accords de Paris en matière de pollution automobile.

Les normes CAFE ne sont pas établies par voiture, mais pour l’ensemble de la gamme de chaque constructeur. C’est-à-dire que, pour chaque modèle consommant beaucoup d’essence, doit également y figurer un modèle en consommant peu ou pas du tout (comme les voitures électriques) et c’est la moyenne qui doit répondre à la norme en vigueur.

L’Alliance affirme que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) sont déjà de 21 % inférieures pour les automobiles neuves vendues aux États-Unis à ce qu’elles étaient en 2005 pour un objectif de 26 % à 28 % fixé par l’accord de Paris.

Mais les normes établies pour les seuls États-Unis pour la période 2022-2025 auraient porté cette réduction à 50 %, souligne l’alliance.

Avec le recul des prix de l’essence ces dernières années, les consommateurs américains ont recommencé à racheter des véhicules plus gros et plus polluants, les SUV et les «pickup» représentant désormais plus de 60 % du marché.