Luc Arvisais, directeur du Service de développement économique de la Ville de Shawinigan.

Arvisais demeurera président du Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins

SHAWINIGAN — Même si ses fonctions de directeur du Service de développement économique impliquent la gestion du Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan, Luc Arvisais demeurera président du conseil d’administration de cet organisme à but non lucratif.

Au printemps 2017, Denis Morin quittait la direction générale du CEADS. Son poste n’a jamais été remplacé. Le mandat a plutôt été attribué à M. Arvisais dans le cadre de ses fonctions de directeur du Service de développement économique de la Ville.

Or, ce dernier assume également la présidence du conseil d’administration de cet organisme depuis son ouverture, en 2012. Questionné sur ce double rôle en 2017, M. Arvisais avait avoué un certain inconfort.

«Nous allons faire des modifications au conseil d’administration», confiait-il au Nouvelliste, en juillet 2017. «Ça ne peut pas être comme ça. Le président du conseil d’administration doit être quelqu’un d’autre et non pas moi, qui assume la gestion du centre d’entrepreneuriat. Les modifications se feront sans doute à l’automne. Ça a même été annoncé verbalement en conseil d’administration pour ne pas mêler les cartes.»

Le maire, Michel Angers, corroborait ces propos, estimant que ce n’était qu’une question de temps avant qu’un nouveau président soit nommé.

Or, M. Arvisais occupe toujours la présidence du conseil d’administration du CEADS et gère encore cet organisme dans le cadre de ses fonctions professionnelles.

«Nous sommes en statu quo pour le moment et je n’ai pas de problème avec ça», indique-t-il, sous l’œil approbateur du maire.

«Dans le fond, mon travail est évalué par la direction de la Ville», ajoute M. Arvisais.

Pas d’ambiguïté

À l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques, le directeur général, Michel Nadeau, ne croit pas que M. Arvisais se place en situation de conflit d’intérêts dans ce cas précis. Selon lui, il ne retire aucun bénéfice personnel de cette double fonction.

«Les rôles convergent», explique M. Nadeau. «La mission, c’est la croissance des entreprises, le développement industriel de Shawinigan. C’est un peu normal, afin qu’il y ait une bonne coordination entre le service de développement économique de la ville et le centre d’entrepreneuriat. Les deux visent à peu près le même objectif et il n’y a pas d’intérêt personnel là-dedans.»

Du même souffle, M. Nadeau se permet toutefois de suggérer qu’un entrepreneur préside le conseil d’administration du CEADS.

«Que le président soit un fonctionnaire, ce n’est pas ce qu’il y a de plus souhaitable», opine-t-il. «L’organisme est là pour aider les entrepreneurs. Si celui qui préside le conseil d’administration a son chèque hebdomadaire de la Ville, il est moins crédible. Un entrepreneur serait plus crédible pour parler au nom des entrepreneurs.»

«La situation actuelle n’est pas optimale, mais en terme d’intégrité et de gouvernance, c’est tout à fait acceptable», termine M. Nadeau.