Le lieutenant politique des conservateurs au Québec, Alain Rayes, en entrevue au Nouvelliste, à la suite de son passage à Trois-Rivières où il a rencontré le maire Yves Lévesque.

Appui au TGF et aux médias écrits

Trois-Rivières — Le lieutenant politique des conservateurs au Québec, Alain Rayes, appuie le projet d’un train à grande fréquence sur la rive nord et soutient la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) dans son combat pour que le gouvernement fédéral vienne en aide à la presse écrite au pays.

Voilà deux positions que l’ancien maire de Victoriaville a confirmées en entrevue au Nouvelliste, en marge d’une visite à Trois-Rivières.

Même si ses anciennes fonctions l’avaient amené à participer aux différents enjeux entourant le TGF, alors que la Mauricie et le Centre-du-Québec se livraient, dit-il, à une partie de bras de fer, celui-ci se réjouit du consensus pour un tracé rive nord. D’ailleurs, en raison de cette action concertée et de l’enthousiasme de Via Rail, le député fédéral de Richmond-Arthabaska croit que la réalisation de ce «projet structurant et porteur» devrait précéder l’idée d’un monorail.

«En plus, Via Rail projette d’augmenter la fréquence sur la rive sud. C’est un projet gagnant-gagnant-gagnant tandis que dans le cas du monorail, qui est très spectaculaire, il n’y a pas un début de démo», fait-il remarquer.

Par ailleurs, celui-ci se plaît à souligner qu’il a rencontré les représentants de la FNC-CSN le 29 novembre dernier pendant que la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, refusait de le faire.

«J’ai eu le privilège de rencontrer l’organisation et on veut se reparler avant les Fêtes. Il y a des discussions qu’on veut faire avec le Sénat pour les aider dans leur combat très légitime pour la population», a fait savoir M. Rayes.

La tournée des représentants syndicaux coïncidait cette semaine avec l’annonce de la fermeture de 35 journaux et de la mise à pied de quelque 300 personnes par les grands groupes de presse que sont Torstar et Postmedia. 

Sans vouloir promettre d’aide financière, «n’étant pas au gouvernement», le député conservateur se dit prêt à travailler pour trouver des solutions. «Je ne sais pas par où ça va passer. Ça peut être des crédits d’impôt ou en élargissant le Fonds des médias. Le support est en deux temps. Il y a une urgence à maintenir la structure en place et il y a une réflexion en profondeur pour offrir une alternative dans le futur. Tout le monde a intérêt que ça marche, syndiqués, employeurs et la population», poursuit-il.

Par ailleurs, ce dernier a profité de son passage à Trois-Rivières pour y rencontrer le maire Yves Lévesque. Dans les échanges, il aura évidemment été question du TGF.

Mais qu’en est-il d’une éventuelle candidature conservatrice? «Il commence un nouveau mandat à la mairie et il veut se rendre à la fin. Ce serait une erreur de ma part de le pousser dans ses derniers retranchements. Mais il peut être un allié pour nous», a indiqué M. Rayes tout en se montrant prêt à écouter «en temps et lieu». À ce sujet, le premier magistrat n’a pas voulu commenter l’hypothèse d’un saut en politique fédérale.