La Grande tournée des maisons neuves de l’APCHQ est l’occasion pour les entrepreneurs de faire visiter leurs maisons modèles à de nombreux acheteurs potentiels. Sur la photo, Pierrette Montplaisir, représentante pour le Groupe Arvisais, présente justement l’une de ces résidences à des visiteurs.

APCHQ: un départ en force pour la tournée des maisons neuves

TROIS-RIVIÈRES — C’était le jour J pour plusieurs constructeurs de la région, samedi, alors que débutait la tournée des maisons neuves de l’APCHQ dans la région. Cette tournée qui se déroule sur deux fins de semaine est l’occasion pour les entrepreneurs de montrer leurs maisons modèles à davantage de personnes en quelques jours qu’en une année complète. Alors que l’an dernier, une tempête avait limité le nombre de visiteurs lors de la première fin de semaine de l’événement, cette année, ils étaient en grand nombre, selon l’APCHQ.

«C’est parti en lion, cette année! On s’y attendait un peu, puisque cette semaine, on a eu un nombre de visiteurs sur notre site internet vraiment supérieur à celui des années passées. Des constructeurs m’ont appelé aujourd’hui (dimanche) et m’ont dit qu’ils étaient vraiment contents, que les visiteurs étaient au rendez-vous», indique Maxime Rodrigue, directeur général de l’APCHQ - région Mauricie-Lanaudière.

Selon lui, toutes les conditions sont d’ailleurs réunies pour que 2020 soit une année faste pour le marché de la construction neuve. «La confiance des gens envers l’économie, les bas taux d’intérêt, le plein-emploi: tout fait en sorte que ça puisse être une belle année», prédit M. Rodrigue.

Un district qui se remplit

Le District 55, qui se développe près du futur Colisée de Trois-Rivières, se remplit d’ailleurs de plus en plus de nouvelles constructions résidentielles. Après un départ timide, les ventes semblent avoir atteint une bonne vitesse de croisière, selon Pierrette Montplaisir, représentante aux ventes pour le Groupe Arvisais.

«Le District se remplit bien, beaucoup de terrains ont été vendus. Il en reste encore, mais on achève», indique-t-elle.

Le Groupe Arvisais présente d’ailleurs comme modèle une maison jumelée sur la rue Jacques-Plante. Il semble que ce type de construction a la cote en ce moment, pour diverses raisons.

«Notre clientèle pour ce type de maison, ce sont surtout des baby-boomers, des gens qui ne veulent plus une maison avec plusieurs étages, mais de plain-pied, avec un accès au garage directement, sans escaliers non plus. Les gens veulent vivre le plus longtemps possible dans leur maison, qui est même conçue pour qu’ils puissent recevoir des soins à domicile lorsque cela deviendra nécessaire», explique Mme Montplaisir.

Le District 55 attire par ailleurs davantage de gens venant de l’extérieur de Trois-Rivières, selon ce que constate Mme Montplaisir. «C’est entre Montréal et Québec, à la croisée des autoroutes 40 et 55, pour le même immeuble, le coût est trois fois moins élevé ici qu’à Montréal et le prix des terrains est très avantageux», résume-t-elle.

Le condo toujours en vogue

Si la maison jumelée semble avoir la cote, le marché du condominium est loin d’être mort. Du moins, pas à Shawinigan, d’après Dany Boulanger, copropriétaire du Groupe JGB - Construction Inno-V.

«La tendance est plus à la vente de condos que de maisons à Shawinigan. Le débit de vente des condos est très bon alors que pour les maisons, c’est plus tranquille: on en vend trois ou quatre par année», soutient-il.

Comme les maisons jumelées dans le District 55, les condominiums attirent traditionnellement une clientèle retraitée, ou, à la limite, de couples sans enfants. «Les gens qui vendent leur maison le font parce qu’ils ne veulent plus avoir à s’occuper de l’entretien, comme le gazon. Et puis, ils ne veulent pas du bas de gamme: on nous demande d’avoir la thermopompe incluse, on fait de plus grandes terrasses et des plafonds à neuf pieds. Les gens ne veulent pas se sentir comme dans un logement», résume M. Boulanger.

Fini, la grosse maison?

Du côté de l’APCHQ, Maxime Rodrigue le confirme également: la tendance n’est plus aux grosses résidences, mais aux petites, ce qui explique l’attrait des maisons jumelées et des condos.

«Les gens ne veulent plus immobiliser leur argent dans l’immobilier, ils veulent vivre, explique-t-il. Il y a encore un marché pour les grosses maisons plus coûteuses, on a un entrepreneur qui en présente pendant la tournée. Mais pour le reste d’entre eux, ce n’est pas exactement ça qui se vend.»

La Grande tournée des maisons neuves de l’APCHQ se poursuit les 22 et 23 février. Il est possible de voir les maisons modèles ouvertes aux visiteurs et de planifier son itinéraire sur le site grandetournee.com.