Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’endroit où sera aménagé le projet de Mercier 40.
L’endroit où sera aménagé le projet de Mercier 40.

Ambitieux projet de 30 M$ de l'entreprise Mercier en bordure de l’autoroute 40

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Champlain — L’entreprise Mercier 40 est ambitieuse et souhaite réaliser un projet de 30 millions de dollars sur une période de 10 à 15 ans à la hauteur de la sortie 220 de l’autoroute 40 ouest dans le secteur de Champlain, projet qui engendrerait entre autres une halte routière, un parc industriel et un carrefour énergétique sur un terrain de plus de 10 millions de pieds carrés.

Bien que la COVID-19 ait ralenti certains processus, le président de l’entreprise, Pierre Mercier, soutient que le projet continue à progresser de façon satisfaisante.

«On avance bien. Nous avons quatre ou cinq partenaires pétroliers qui font leurs devoirs actuellement et on devrait pouvoir avancer à court terme», explique-t-il d’entrée de jeu. Ces partenaires souhaiteraient être la bannière qui s’installerait éventuellement à la halte routière.

«On jase avec différentes personnes dans les ministères. Les terrains sont achetés. On espère commencer le projet au printemps», affirme M. Mercier, qui souligne que plusieurs dossiers sont menés de front en même temps dans ce projet.

Pour l’instant, l’entreprise tente de déterminer dans son plan de match lequel des éléments elle réalisera en premier entre la halte routière, le parc industriel et le carrefour énergétique.

«Les deux premières années, on investira 10 millions $. On souhaite que la halte se fasse en premier», confie le président.

Pierre Jr. Mercier et son père Pierre Mercier se réjouissent de l’expansion de l’entreprise.

Ce dernier souhaite profiter du vide de services entre Champlain et Trois-Rivières pour répondre à un besoin.

«Il manque un gros dépanneur dans ce secteur et quelque chose qui viendrait soutenir l’offre de Trois-Rivières. On veut démarrer quelque chose d’équilibré et vite.»

Selon une étude commandée par l’entreprise, 427 emplois seraient créés par la mise sur pied du projet, un chiffre qui pourrait enfler encore davantage, selon Pierre Mercier.

«Si on pouvait en plus mettre en place un système de bornes de recharge dans notre projet, ce serait magique», rêve M. Mercier qui avoue travailler sur le dossier depuis plus de quatre ans déjà.

La MRC des Chenaux a fourni un bon coup de main à Mercier 40 en effectuant des démarches auprès de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) pour permettre à l’entreprise d’abattre des arbres à l’endroit où la halte routière prendra racine.

Par ailleurs, la compagnie spécialisée en récupération de produits commerciaux et industriels investira également un million $ cette année pour porter son terrain actuel situé sur le boulevard de la Visitation à 2,4 millions de pieds carrés.

L’entreprise a été fondée en 1960.