Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un supermarché Carrefour, à Nantes.
Un supermarché Carrefour, à Nantes.

Alimentation Couche-Tard a amorcé des discussions «exploratoires» avec Carrefour

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
LAVAL — Le géant québécois des dépanneurs Alimentation Couche-Tard confirme son intérêt d’acquérir la chaîne d’épiceries française Carrefour SA.

Dans un bref communiqué publié mardi soir, Couche-Tard affirme avoir amorcé des «discussions exploratoires» avec la société française «en vue d’un potentiel rapprochement amical entre les deux entreprises».

L’entreprise québécoise précise que rien ne garantit pour l’instant que ces pourparlers mèneront à un accord.

Dans une très courte déclaration, Carrefour a indiqué avoir été approché «dans une démarche amicale, par le groupe Alimentation Couche­-Tard pour un projet de rapprochement».

«Les discussions sont très préliminaires», a ajouté l’entreprise.

Carrefour, qui a été fondé il y a plus de 60 ans, exploite près de 13 000 hypermarchés, supermarchés et dépanneurs en France, en Espagne, en Italie, en Belgique, en Pologne, en Roumanie, au Brésil, en Argentine et à Taïwan.

La société a réduit son dividende de moitié l’année dernière alors que la pandémie de COVID-19 commençait à se propager.

Couche-Tard exploite des dépanneurs principalement sous la marque Circle K au Canada, aux États-Unis et en Europe. L’entreprise a récemment pris des mesures pour s’étendre en Asie.