Selon le Syndicat des Métallos, Alcoa et Rio Tinto perdent des millions de dollars chaque mois depuis le lock-out à l’ABI.

Alcoa et Rio Tinto perdraient des millions $

BÉCANCOUR — Selon les analyses réalisées par le Syndicat des Métallos, Alcoa et Rio Tinto perdraient 26 millions de dollars de profits chaque mois depuis le lock-out de l’Aluminerie de Bécancour décrété en janvier dernier.

Les données utilisées par le syndicat sont celles du Commodities Research Unit (CRU), qui indiquent également que le conflit prive les deux entreprises de 85 millions de dollars en revenus mensuellement.

Selon Clément Masse, président de la section locale 9700 du Syndicat des Métallos, tous les Québécois paient le prix du lock-out qui dure depuis plus de six mois.

«Hydro-Québec a été privée jusqu’à ce jour de 114 millions de revenus en électricité et le compteur tourne», a affirmé M. Masse. «Les résultats du lock-out sont désastreux».

Ces chiffres tiennent compte de la diminution de production des deux tiers, du prix de l’aluminium et celui de la prime Midwest. Par contre, le calcul ne prend pas en considération l’arrêt de production de billettes et de plaques de métal.

Le lock-out a été décrété en janvier par la partie patronale alors que les négociations entre l’employeur et le syndicat concernant le financement du régime de retraite et le respect de l’ancienneté s’apprêtaient à se régler, selon le syndicat.

L’ABI, qui appartient à 74,9 % à Alcoa et à 25,1 % à Rio Tinto, est en lock-out depuis le 11 janvier dernier. Ce conflit touche directement 1030 travailleurs de la région.