Une rare bonne nouvelle par les temps qui courent dans le parc industriel et portuaire de Bécancour, soit un investissement chez Air Liquide.

Air Liquide investit à Bécancour

BÉCANCOUR — Rare bonne nouvelle par les temps qui courent dans le parc industriel de Bécancour alors qu’Air Liquide vient d’annoncer la construction du plus grand électrolyseur PEM (Membrane Échangeuse de Protons) au monde, d’une capacité de 20 mégawatts (MW) pour la production d‘hydrogène décarboné. Un projet qui va permettre de consolider les 17 emplois actuels.

«C’est sûr qu’il va y avoir de la création d’emplois chez les fournisseurs qui vont venir nous aider à faire la construction de l’usine, mais par la suite, ce que va surtout contribuer à faire, c’est maintenir nos emplois là-bas», a fait savoir un porte-parole, David Asselin. «On va amorcer la construction dès cette année et on prévoit finir au courant de l’année prochaine», a-t-il précisé.

Cet investissement, dont l’ampleur n’a pas été divulguée, permet au Groupe de réaffirmer son engagement à long terme dans les marchés de l’hydrogène énergie et son ambition d’être un acteur majeur dans la fourniture d’hydrogène décarboné.

D’ici l’an prochain, Air Liquide installera donc un électrolyseur de 20 MW, augmentant ainsi de 50 % la capacité actuelle de son site de production d’hydrogène située à Bécancour. Ce nouvel électrolyseur PEM, doté de la technologie de Hydrogenics, sera le plus grand au monde et permettra de répondre à la demande croissante en hydrogène décarboné.

La proximité de Bécancour avec les principaux marchés industriels au Canada et aux États-Unis contribuera à assurer l’approvisionnement en hydrogène bas carbone de l’Amérique du Nord, que ce soit pour des usages de l’industrie ou la mobilité.

«C’est beaucoup un investissement pour soutenir la transition énergétique qui est en cours. On a une grande demande à travers l’Amérique du Nord pour avoir de l’hydrogène décarboné. C’est exactement ce qu’on va faire avec l’hydroélectricité qu’on a d’Hydro-Québec et l’électrolyseur nous permet de produire un hydrogène qu’on peut qualifier de complètement vert», explique M. Asselin.

Cette nouvelle unité de production réduira significativement l’intensité carbone, par rapport au procédé de production d’hydrogène traditionnel. L’émission de près de 27 000 tonnes de CO2 par an - ce qui équivaut aux émissions annuelles d’environ 10 000 voitures berlines - sera ainsi évitée.

«Cet investissement permettra de continuer d’assurer l’approvisionnement en hydrogène décarboné pour les marchés industriels et de la mobilité d’Air Liquide en Amérique du Nord. Il s’ajoute à l’investissement récemment annoncé dans l’hydrogène pour les marchés de l’énergie dans l’ouest des États-Unis. Ces investissements sont en ligne avec les objectifs climat du Groupe visant à réduire l’intensité carbone de ses activités, agir avec ses clients pour une industrie durable et favoriser l’émergence d’une société bas carbone», a commenté Michael J. Graff, directeur général adjoint et directeur de Air Liquide S.A. ainsi que président et Chef de la direction d’American Air Liquide Holdings, Inc.

Depuis 50 ans, Air Liquide maîtrise l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en hydrogène, de la production au stockage, à la distribution et au développement d’applications pour les utilisateurs finaux. Le Groupe contribue par son expertise à la généralisation de l’utilisation de l’hydrogène comme source d’énergie propre, notamment pour la mobilité.

À ce jour, le Groupe a conçu et installé plus de 120 stations hydrogène dans le monde. La direction rappelle que l’hydrogène est une solution pour répondre au défi du transport propre et contribuer ainsi à l’amélioration de la qualité de l’air.

Air Liquide est implanté au Canada depuis 1911 et compte plus de 2500 employés et plus de 200 000 clients et patients. Présent d’un océan à l’autre dans les principales régions industrielles du pays, Air Liquide Canada offre des solutions innovatrices — gaz, équipement et services — à ses clients des secteurs de l’aéronautique, de l’automobile, de l’agroalimentaire, de la chimie, de la défense, de l’énergie, de la métallurgie, de l’exploitation minière, de la fabrication des métaux et de la santé.

À Bécancour, l’usine est entrée en service en 1987 sous le nom d’Hydrogenal avant de devenir Air Liquide en 2009.