Aide totale de 6,9 M$ pour la fibre optique

BÉCANCOUR — Pendant que sur la rive nord, on célébrait lundi les investissements de 290 millions de dollars annoncés par les gouvernements pour le déploiement d’Internet haute vitesse dans les régions rurales du Québec, on se mordait les lèvres dans la MRC de Bécancour, du moins en apparence, face à l’absence d’aide financière pour son projet de fibre optique de 15,9 millions de dollars qui est en pleine réalisation.

Car, le même jour, les élus de la rive sud avaient pourtant reçu la confirmation ministérielle d’une enveloppe provinciale de 5,2 millions de dollars et d’un soutien fédéral de 1,7 million de dollars. Des sommes confirmées au Nouvelliste par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, qui comprenaient mal la réaction de la MRC de Bécancour.

«Je ne sais pas pourquoi ils se mordaient les lèvres. Moi, honnêtement, je pensais que c’était même un autre projet qu’ils avaient lancé dont ils parlaient. Ils ont reçu une lettre de confirmation comme quoi Bécancour fait partie des projets qui sont retenus et nous allons l’annoncer officiellement très bientôt, à l’intérieur des deux prochaines semaines. J’imagine qu’ils vont dire qu’ils sont contents», a-t-elle indiqué.

Mardi, le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, se contentait de dire qu’il restait positif. «On a officiellement appliqué, mais on n’a pas encore de réponse officiellement», disait le maire de Sainte-Françoise alors qu’il avait pourtant l’information entre ses mains. En entrevue, il a justifié ses propos par le fait que le contenu de la correspondance reçue devait rester confidentiel jusqu’à l’annonce publique ministérielle.


« Ils (la MRC) ont reçu une lettre de confirmation comme quoi Bécancour fait partie des projets qui sont retenus et nous allons l’annoncer officiellement très bientôt »
Dominique Anglade

Lundi soir, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, s’indignait de la situation au terme de la séance du conseil, n’ayant pris connaissance de la lettre ministérielle que mardi matin, selon ses dires. «C’est plus brillant de ne pas avoir de commentaires. J’attends de voir ce qui se passe. Il y a deux ans, on demandait à ne pas être pénalisé pour être un modèle et un exemple, mais on n’a pas eu de réponse», affirmait-il.

Maintenant que les montants ont été divulgués, le premier magistrat ne cache pas son bonheur. «Je suis bien content quand il nous arrive un cadeau. C’est ce qu’on souhaitait. Comment le calcul a été fait, c’est ce que je veux savoir. Je suis très heureux qu’on ait pensé à notre projet, ça va servir à d’autres. Je souhaitais d’être entendu. Il s’agit de voir les détails. On sait qu’on a un héritage, mais on ne sait pas exactement de quelle façon on va le toucher. C’est un baume sur cette attente-là», a confié
M. Dubois.

Pour le préfet de la MRC, la confirmation de l’aide gouvernementale est une «très bonne nouvelle». «C’est un bon appui de la part du gouvernement. On s’attendait autour de 50 %. On ne sera pas loin de la moitié. On a travaillé fort, on avait déposé les documents, on a montré l’exemple un peu partout au niveau du Québec là-dessus», a fait savoir Mario Lyonnais, tout en rendant hommage à l’équipe de la MRC, au chargé de projet et aux maires qui ont appuyé le projet.

Pour le député de Nicolet-Bécancour, c’est «tant mieux» si l’État accorde un tel soutien au projet de fibre optique. «C’est l’un des modèles au Québec. Je vais m’assurer que ce n’est pas juste des mots», a indiqué le représentant caquiste.

«Au 21e siècle, l’accès à des services d’Internet haute vitesse n’est plus un luxe, c’est essentiel. Notre gouvernement reconnaît que l’innovation se produit autant dans nos régions que dans nos grandes villes. Cet investissement dans la MRC de Bécancour permettra à nos entrepreneurs locaux de saisir les opportunités associées à l’économie numérique mondiale et de bâtir une communauté plus forte, au bénéfice de toute la région», a commenté Navdeep Bains, ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

Déjà, en septembre dernier, la MRC de Bécancour tapait du pied après avoir déposé une demande d’aide financière cinq mois plus tôt dans le cadre du programme provincial Québec branché et Brancher pour innover au fédéral. Pour le préfet, l’accès à l’Internet haute vitesse est «une source de services essentiels et d’information pour le développement personnel, professionnel et économique de nos communautés». 

«Avec la fermeture de la centrale nucléaire de Gentilly-2, en 2012, des conséquences socio-économiques significatives se sont fait ressentir dans notre région. Nous avons grandement besoin de cette nouvelle ère technologique pour attirer et maintenir les entreprises et les familles, contrer l’exode des jeunes et les travailleurs autonomes. Ce nouveau service permettra d’assurer un avenir prospère pour nos municipalités», renchérissait le directeur général de la MRC, Daniel Béliveau.

Pour les 12 municipalités de la MRC de Bécancour, le déploiement d’un réseau de fibres optiques sur tout le territoire est un projet ambitieux, structurant et mobilisateur pour lequel il prévoit équiper plus de 7800 foyers et entreprises d’un réseau 100 % fibre optique jusqu’à l’abonné. Jusqu’à présent, la moitié du chantier est réalisée.

«Nos citoyens et nos entrepreneurs pourront bénéficier d’une connectivité haute vitesse, et ce, à des prix concurrentiels. Le projet constitue également une avancée considérable pour la population jusqu’à maintenant mal desservie par l’Internet haut débit», rappelait-on.

Et c’est en juin 2016 que certains membres du comité consultatif de la MRC de Bécancour avaient rencontré l’équipe du bureau de la ministre Dominique Anglade pour la sensibiliser à l’importance de la viabilité d’un tel projet pour cette communauté rurale. «L’aide gouvernementale est nécessaire pour doter le Québec d’une telle technologie. Il est essentiel que nos municipalités puissent avoir accès à des infrastructures numériques qui sont aussi importantes que les routes et l’électricité», concluait-on.