La ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna et son collègue du Commerce international, François-Philippe Champagne, ont profité de l'annonce chez AddÉnergie, lundi matin, pour visiter les installations de Shawinigan. Ils étaient notamment accompagnés, à gauche, du président et chef de la direction de l'entreprise, Louis Tremblay.

AddÉnergie reçoit près de 7 M$

Le gouvernement du Canada souhaite que les consommateurs finissent par choisir les véhicules électriques pour leurs déplacements, en raison des gains environnementaux et des économies en carburant à long terme.
Dans cette perspective, deux ministres se sont déplacés à Shawinigan, lundi matin, pour annoncer une contribution de 6,7 millions $ à AddÉnergie, une entreprise spécialisée dans la conception et le développement de bornes de recharge.
L'aide financière a été confirmée par la ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna et le ministre du Commerce international et député de Saint-Maurice - Champlain, François-Philippe Champagne.
Le soutien fédéral provient de Ressources naturelles Canada, à partir d'une enveloppe de 62,5 millions $ annoncée dans le budget 2016 pour les infrastructures destinées aux carburants de remplacement. 
Cette somme de près de sept millions de dollars aidera à installer un millier de nouvelles bornes de recharge d'ici 2019 dans les maisons, les entreprises ou le long des routes. Elles contribueront à l'expansion du réseau pancanadien FLO, une signature d'AddÉnergie.
À elle seule, cette subvention permettra de créer 86 emplois chez cette entreprise, dont environ la moitié d'entre eux dans le Technoparc de Shawinigan. Le gouvernement du Canada prévoit éliminer 880 000 tonnes de gaz à effet de serre avec l'expansion du réseau.
«C'est une annonce régionale de portée nationale», résume M. Champagne, visiblement très fier de confirmer un autre investissement dans son comté avec une collègue du cabinet. 
L'entreprise estime l'ensemble du projet à 16,9 millions de dollars. Elle prévoit y investir elle-même 7,3 millions $, tandis que le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec avancera 748 000 $. Des partenaires privés doivent compléter ce montage financier, avec une contribution de près de deux millions de dollars.
«C'est une très bonne aide», confie le président et directeur général d'AddÉnergie, Louis Tremblay.
«En ce moment, nous sommes les leaders avec 3000 bornes installées. Par contre, si on veut aller sur le marché américain, si on veut garder notre compétitivité et servir les Canadiens, on se doit de réinvestir dans l'innovation technologique. On veut des coûts de véhicules moins chers et des coûts d'infrastructures de recharge moins chers. Ça passe par l'innovation!»
En terme de recharge rapide, AddÉnergie travaille sur le développement de bornes de 100 kilowatts, deux fois plus puissantes par rapport à «l'ancienne» génération.
Croissance
Dans son allocution, Mme McKenna a souligné que les consommateurs s'intéressent de plus en plus aux véhicules électriques. L'an dernier, 11 000 de ces modèles ont été vendus à travers le pays, soit 4000 de plus qu'en 2015. La députée d'Ottawa-Centre ajoute qu'on dénombre actuellement près de 30 000 véhicules électriques en circulation au Canada. «Il y a dix ans, on en comptait 21!», fait-elle remarquer.
En termes de bornes de recharge publiques, la ministre précise qu'elles sont passées de 744 en 2013 à 3900 l'an dernier. Pour les appareils à débit rapide, leur nombre a bondi de 2 à 135 au cours de la même période.
Cette croissance ne rencontre toutefois pas encore les projections. Au Québec, on compte actuellement 13 500 véhicules électriques en circulation. Le gouvernement en vise 100 000 en 2020, un objectif irréaliste au rythme actuel.
«Au Canada, nous devons accélérer l'adoption de ces véhicules en investissant dans les technologies novatrices, comme un réseau de bornes à recharge permettant de simplifier, autant que possible, la recharge des batteries électriques», convient Mme McKenna.
«Les bornes, autour du pays, vont faire une grande différence, car nous saurons que nous pourrons aller de place en place sans problème. On doit convaincre les Canadiens que c'est possible. On est dans une transition, mais on a des technologies vraiment avancées, qui viennent du Canada et du Québec. Nous avons la chance d'accroître notre économie et d'être certains que nous aurons une planète plus propre pour nos enfants.»
Mme McKenna a laissé entendre que le prochain budget fédéral pourrait contenir d'autres mesures pour stimuler l'intérêt envers les véhicules électriques à travers le pays.
«Moi, je crois que ça va aller beaucoup plus vite», avance-t-elle.
«Les projections vont changer. Quand on voit que c'est plus facile, qu'on sauve de l'argent, c'est vraiment important. C'est beaucoup moins cher d'avoir un véhicule électrique, mais on doit faire en sorte que ce soit facile. On va regarder d'autres mesures et on va travailler avec le gouvernement du Québec, le leader au pays dans les véhicules électriques.»
AddÉnergie compte actuellement 70 employés. À Shawinigan seulement, M. Tremblay s'attend à ce que son équipe passe de 22 à une centaine de travailleurs d'ici 2020.