Certaines précautions vont considérablement mitiger les risques inhérents à l'achat d'une automobile d'occasion et permettre de payer le juste prix. Le jeu en vaut indéniablement la chandelle.

Achat d'une automobile d'occasion: transaction en trois temps

CHRONIQUE / Hormis l'acquisition d'une propriété, l'achat d'une automobile est, à juste titre et toute proportion gardée, considéré comme l'un des plus importants que peut faire un consommateur.
Pourtant, à la lecture des milliers de plaintes logées annuellement à l'Office dans ce domaine d'activité, plus de 4000 pour la dernière année, force est d'observer que tous n'y consacrent pas le même niveau de préparation. 
Bien sûr, les bonnes histoires ne faisant généralement pas la manchette, le portrait que l'on peut esquisser du marché de l'automobile d'occasion de la seule perspective des plaintes des consommateurs n'est forcément pas le reflet du grand ensemble. 
Il demeure que les conclusions que l'on peut tirer de l'analyse de ces plaintes sont riches d'enseignement et mettent en lumière les pièges à éviter ainsi que les gestes à poser pour les mieux prévenir.
Prendre le temps
En raison du rythme de vie trépidant de l'époque et des exigences qu'il entraîne, le temps nous est souvent compté. Ce contexte en pousse plusieurs à agir rapidement et pour une bonne part des acheteurs, l'affaire se conclut dans une seule et même visite.
L'expérience dicte un tout autre scénario, un scénario qui idéalement devrait se dérouler en trois actes distincts afin de favoriser une prise de décision éclairée et de prévenir les déconvenues.
Acte 1: enquête préachat
Ce sont les premiers pas d'une démarche d'achat prudente. Il est facile pour l'acheteur d'obtenir des informations relatives à l'historique de propriété du véhicule, le fait qu'il ait ou non été accidenté et le fait qu'il soit libéré de tout lien d'un créancier. Une requête dans un moteur de recherche sur Internet vous fournira plusieurs pistes à explorer à cet égard.
Il est ensuite fortement indiqué de procéder à un essai routier judicieux et de faire examiner l'état général de l'automobile dans un atelier de réparation indépendant de votre choix. Notez que le commerçant est tenu par la Loi d'acquiescer à cette demande de l'acheteur.
Ces précautions peuvent parfois sembler futiles compte tenu des représentations du vendeur et des garanties offertes, mais il s'agit d'une précaution élémentaire. Cette démarche entraîne peu de frais, peut vous procurer des informations utiles en regard de la négociation à venir sur le prix demandé ou même vous éviter de regretter un achat mal avis.
Acte 2: négociation et offre formelle
Une fois bien informé et conforté sur l'état général de l'automobile, l'acheteur est bien préparé à entreprendre les négociations relativement au prix demandé pour l'automobile ainsi que son financement.
C'est à cette étape que les choses vont parfois un peu vite pour le néophyte. Souvent, alors que pleuvent les chiffres relatifs au taux d'intérêt, au terme de remboursement, aux paiements mensuels ou autres paiements périodiques, taxes, assurances, frais, etc., les acheteurs perdent le fil et leur attention est portée sur le paiement périodique comme unique point de repère pour conclure la transaction en paraphant le contrat qui leur est présenté.
Conseil éclairé : demandez que toutes ces informations ainsi que les engagements particuliers du vendeur soient scrupuleusement consignés dans une OFFRE de contrat en bonne et due forme.
Acte 3: analyse et conclusion
L'emploi des majuscules vise ici à attirer l'attention sur un élément crucial de la transaction qui consiste à prendre le temps de bien considérer les divers éléments d'un éventuel contrat à tête reposée à la maison ou ailleurs et non dans un contexte contraignant ou le vendeur vous tend la plume pour signer, ici, là, ici et ici... 
Certes, cette démarche en trois temps nécessitera quelques déplacements et du temps, une denrée rare reconnaissons-le. Mais en revanche, ces précautions vont considérablement mitiger les risques inhérents à l'achat d'une automobile d'occasion et permettre de payer le juste prix. Le jeu en vaut indéniablement la chandelle. 
Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur