La directrice générale de l’Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan, Valérie Lalbin, expose l’inukshuk illustrant le prix Azimut du ministère du Tourisme. Elle est accompagnée d’une partie de son équipe, soit France St-Amant, Isabelle Pruneau, Marie Malherbe et Anthony Bruneau.

Accueil touristique: l’OTFCS remporte un prix Azimut

Shawinigan — L’audace de l’Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan dans le développement de ses produits d’accueil touristique vient d’être soulignée par le gouvernement du Québec. Lors d’un gala présenté la semaine dernière à Baie-Saint-Paul, l’organisme s’est mérité un prix spécial Azimut pour le volet «Accueil par la population».

Une reconnaissance qui réjouit particulièrement la directrice générale de l’OTFCS, Valérie Lalbin, puisqu’elle avait initié tout un virage pour impliquer davantage les gens de la communauté pour aborder les visiteurs en 2014. Dans le cadre de ce concours, elle a déposé le carnet «Bienvenue _à Shawi» comme résultat concret de cette mobilisation. Le jury et les congressistes, devant qui une présentation de l’initiative devait être effectuée, ont visiblement apprécié.

«Traditionnellement, les guides touristiques se résument à une liste de membres d’un office de tourisme ou d’une association touristique régionale», explique Mme Lalbin. «Ils sont présentés par ordre alphabétique, avec une description de l’entreprise et quelques photos.»

«Dans le cadre de notre stratégie d’accueil par la population, nous avons décidé de faire un anti-guide», poursuit-elle. «C’est un guide 100 % subjectif, 100 % authentique. On ne voulait pas d’objectivité là-dedans. Ça met de l’avant 99 coups de cœur de la population.»

Deux éditions de ce carnet ont été réalisées et une troisième sortira au printemps. À chaque fois, entre 100 et 125 personnes d’âges et de milieux divers sont consultées pour partager leurs coups de cœur à Shawinigan. L’OTFC se laisse guider par les impressions de ses ambassadeurs locaux pour réaliser son carnet annuel.

«Nous travaillons dans un esprit de partenariat», rappelle la porte-parole. «On ne paye plus pour être membre de l’office de tourisme, ce qui nous obligeait à ne parler que de nos membres. Nous voulions nous donner la liberté de parler de n’importe quel type de produit ou d’entreprise sur notre territoire.»

«Nous considérons que ce n’est pas forcément une entreprise touristique qui doit être un produit à consommer pour favoriser la destination», explique la directrice générale. «Il y a plein d’autres choses qu’un résident local va connaître mieux que quiconque et qui devient un élément attractif pour un visiteur.»

Mme Lalbin reconnaît qu’il existe une part de risque dans la démarche. Si une destination attrayante, à première vue, n’est pas citée par les citoyens, Shawinigan y perd un peu. Elle reconnaît qu’il s’est produit un cas un peu plus délicat lors des deux premières éditions du carnet.

En même temps, la directrice générale fait remarquer qu’il ne s’agit pas d’une condamnation. Le personnel de l’OTFC peut aussi attirer l’attention du visiteur sur cette destination moins connue. Mais la perception d’une centaine de résidents demeure tout de même révélatrice.

«On dit à l’entreprise que si elle n’est pas sortie auprès de tous ces gens, c’est qu’ils ne la connaissent pas!», fait remarquer Mme Lalbin. «Donc, nous pouvons l’accompagner.»

La dirigeante accorde beaucoup de crédibilité à ces résidents - ambassadeurs, des «experts en vie locale», sourit-elle.

«On ne fait pas une étude scientifique. Nous sommes vraiment davantage dans l’esprit participatif. Ce qu’on veut chercher, c’est l’engagement et la fierté locale. Nous voulons multiplier les porteurs de voix positifs sur le territoire. Notre vision, c’est d’avoir 50 000 accueillants à Shawinigan, rien de moins. On va se donner le temps!»

Rappelons qu’en 2014, Tourisme Shawinigan avait remporté un prix Azimut Argent pour ses bornes numériques et son équipe mobile. Le volet Accueil par la population était remis pour la première fois cette année. Mme Lalbin mentionne que les initiatives shawiniganaises inspirent déjà d’autres régions et pas seulement au Québec.

Cette année, Tourisme Gaspésie a remporté le prix Azimut Or, Tourisme Côte-Nord, le prix Azimut Argent et Tourisme Montréal, le bronze.