Le secteur des centres de conditionnement physique est bien encadré par la loi, notamment sur le plan des exigences relatives aux contrats d'abonnement et des modalités de paiement.

Abonnement au gym : quelques éléments à surveiller

CHRONIQUE - Dans les centres de conditionnement physique en tous genres, la gamme des formules offertes aux consommateurs est étendue à souhait, allant du libre-service aux tarifs avantageux à l'accompagnement personnalisé avec tarifs à l'avenant.
La variété des méthodes est également notable alors qu'on peut opter tant pour les poids libres et exerciseurs classiques que pour de nouvelles disciplines plus actuelles ou adaptées aux besoins d'une clientèle ciblée.
Le secteur des centres de conditionnement physique est bien encadré par la loi, notamment sur le plan des exigences relatives aux contrats d'abonnement et des modalités de paiement.
La Loi sur la protection du consommateur (LPC) désigne ces centres sous le vocable de studio de santé, soit «un établissement qui fournit des biens ou des services destinés à aider une personne à améliorer sa condition physique par un changement dans son poids, le contrôle de son poids, un traitement, une diète ou de l'exercice».
En ce qui a trait aux obligations qui leur sont imposées par la LPC, les entreprises qui exploitent ce type d'établissement doivent notamment être titulaires d'un permis délivré par l'Office de la protection du consommateur (OPC). Un permis est délivré à certaines conditions, dont celle de déposer à l'OPC une caution qui assure aux abonnées qui fréquentent l'établissement visé une protection financière en cas de cessation des activités du centre.
Certaines pratiques à surveiller
Clauses de renouvellement automatique: assurez-vous que le contrat d'abonnement ne renferme pas de clause en vertu de laquelle votre abonnement serait, en l'absence d'un avis contraire de votre part, automatiquement renouvelé sans préavis.
Paiement en un seul versement: malgré que cela puisse être plus pratique aux yeux de certains, le paiement de l'abonnement en un seul versement constitue une pratique qui est interdite aux commerçants qui oeuvrent dans ce secteur d'activité. En outre, une telle pratique vous expose à un plus grand risque de perte en cas de fermeture.
Abonnements de plus d'un an: il arrive que des centres de conditionnement physique offrent à leur clientèle de conclure des contrats d'abonnement de longue durée, parfois cinq ans, en contrepartie d'un tarif avantageux. En plus de contrevenir à la LPC, cette pratique alourdirait d'autant les pertes financières qui découleraient d'une cessation des activités du centre.
Droit d'annuler
Il faut savoir également que, selon certaines modalités, la loi confère au consommateur le droit d'annuler son abonnement en cours de terme sans égard aux motifs. Que ce soit parce que la détermination et la motivation de vos glorieux débuts vacillent ou pour tout autre motif, les règles sont les mêmes.
En cas de faillite
Enfin, en cas de cessation des activités de votre gym, vous pourriez obtenir un remboursement à même la caution que le commerçant a déposée à l'OPC pour obtenir un permis d'exploitation.
Il arrive parfois que le commerçant qui ferme ses portes offre à sa clientèle de poursuivre leur abonnement chez un concurrent avec lequel il a conclu une entente permettant à ses membres de fréquenter cet autre établissement sans avoir à débourser de suppléments. En de telles circonstances, rien ne vous empêche de pencher pour cette avenue dans la mesure où cela vous convient. Rien ne vous y oblige cependant dans le cas contraire.
Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur.