La microbrasserie À la Fût investit de nouveau du côté de Saint-Tite, mais ferme sa franchise de Montréal.

À la Fût mise sur Saint-Tite

SAINT-TITE — La microbrasserie À la Fût de Saint-Tite réalisera d’importants investissements en Mauricie ce printemps, augmentant sa production et nécessitant un effort supplémentaire pour la mise en marché de ses produits. Du coup, l’entreprise a annoncé cette semaine la fermeture de sa franchise montréalaise, ouverte il y a tout juste un an, et vise maintenant à concentrer ses efforts sur les activités déployées à Saint-Tite et chez ses différents détaillants.

Pour Philippe Dumais, membre fondateur de la coopérative brassicole À la Fût, la fermeture de la franchise montréalaise s’explique à la fois par la volonté d’investir les énergies sur les activités brassicoles que par un moins grand succès que ce qui avait été anticipé auprès de la clientèle montréalaise. «C’est un peu tout ça. Les franchisés l’ont essayé, maintenant ils vont se concentrer sur d’autres activités. Quant à nous, on a eu une très grosse année en 2018 et nous avions moins de temps à donner là-dessus. Nous avons de beaux projets qui s’en viennent, qui vont aussi exiger qu’on travaille très fort sur notre réseau de distribution», constate M. Dumais.

L’an dernier, À la Fût avait considérablement agrandi sa brasserie, passant à 512 barils en fût de chêne, ce qui en fait encore aujourd’hui l’un des plus grands chais du Québec. Ce printemps, À la Fût investira de nouveau 70 000 $ pour ajouter deux nouvelles cuves à la brasserie pour répondre adéquatement aux demandes estivales, étant donné que les quelque 400 points de vente augmentent considérablement la demande pendant ces quatre mois de l’année.

«Est-ce que ces deux cuves vont devenir saisonnière? On verra. Mais il est clair que la demande augmente toujours en saison estivale et il n’est pas question pour nous de manquer le bateau», considère Philippe Dumais.

Il faut dire que depuis un an, la production annuelle d’À la Fût est passée de 150 000 litres de bière à 280 000 litres. Avec l’ajout de ces deux cuves, À la Fût augmentera à nouveau sa capacité de production de 48 000 litres de bière par année. «On a doublé notre production, ce qui implique aussi qu’on a deux fois plus de bière à vendre. Présentement, on réussit à vendre ce qu’on produit», note M. Dumais, précisant toutefois que des efforts ont été déployés pour augmenter le nombre de points de vente et améliorer la mise en marché des produits de Saint-Tite. Un effort nécessaire, quand on sait que les microbrasseries poussent de façon considérable au Québec. Seulement l’an dernier, 28 nouveaux permis ont été délivrés à autant de microbrasseries. Présentement, 36 autres attendent d’obtenir leur permis cette année.

Pour ces raisons, Philippe Dumais confirme que le développement d’autres franchises au Québec n’est pas nécessairement dans leur vision à court ou moyen terme, mais que les activités du resto-pub de Saint-Tite, elles, se poursuivent à plein régime. «Notre premier effort, il est ultra régional. On vise d’abord à développer une clientèle de proximité, et on sent qu’ici on a une clientèle très fidèle et très fière de son produit local. Pour nous, l’aspect local a toujours été important. Maintenant, on veut aussi continuer de développer le marché du Québec et on met beaucoup d’efforts là-dessus», mentionne celui qui reconnaît que leurs bières vieillies en fût de chêne, leur spécialité, constituent encore leur marque de commerce.

Les produits d’À la Fût ont, rappelons-le, remporté pas moins de trente prix depuis 2010 à Londres, aux États-Unis et au Canada. Juste à elle, la Rouge de Mékinac s’est mérité 13 prix et a été nommée la «Bière de l’année» au Canada en 2012, de même que la meilleure bière de style Kriek au monde en 2014 et 2015.