De gauche à droite: Marianne Mathis, chargée de projet, Yves Lacroix, président d’IDÉ Trois-Rivières et p.d.g. de Fab 3R, et Alexandre Ollive, directeur général de GROUPÉ.

2e rendez-vous des technologies vertes

TROIS-RIVIÈRES — Innofibre, le CNETE, l’UQTR, Bioénergie de La Tuque, Soleno Recyclage, Andromedia Technologies, Combustion Expert, Trigo Énergies, Waste Robotics, PureSphera et Bionest. Voilà une bien belle brochette de participants, parmi d’autres à venir, au Rendez-vous des technologies vertes Mauricie + Rive-Sud.

L’événement sera propulsé pour une deuxième année par GROUPÉ Mauricie + Rive-Sud et se déroulera le 4 février au Musée POP de Trois-Rivières, de 8 h 30 à 17 h. Il sera animé par Martin Francoeur, éditorialiste au Nouvelliste.

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoît Charette, sera présent et prononcera une brève allocution.

Un dîner-conférence sur l’état de l’énergie au Québec en 2020 sera également animé par Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie aux HEC.

La journée sera agrémentée d’une période de maillage avec le Centre de transfert technologique en écologie industrielle, un partenaire de Sorel-Tracy spécialisé dans l’économie circulaire, pour permettre aux entreprises de trouver des moyens de maximiser leurs équipements, leurs ressources humaines et de diminuer les rebus qu’elles génèrent. Il s’agit d’une formule testée en décembre dernier qui avait généré plus de 40 maillages en direct. «C’est vraiment une formule qu’on pense très porteuse pour notre région», indique la chargée de projet, Marianne Mathis.

Un atelier a aussi été prévu pour les municipalités désireuses d’intégrer des technologies propres. L’organisation sera assumée par Écotech Québec avec un consultant invité qui démystifiera l’adoption de technologies propres pour les municipalités.

L’après-midi se terminera par une activité de 15 h à 17 h au cours de laquelle les participants et visiteurs seront conviés à visiter les stands animés par des entreprises de la région et de l’extérieur.

Une délégation composée d’une vingtaine de jeunes diplômés des quatre coins du Québec sera présente afin de rencontrer de futurs employeurs. Ce partenariat, réalisé avec l’organisme Place aux jeunes, est le premier du genre au Québec en lien avec les technologies vertes, indique Mme Mathis. «On pense que c’est porteur parce que ça répond aux aspirations des jeunes et ce sont des gens qui sont qualifiés pour travailler dans nos entreprises. Pendant trois jours, du 2 au 4 (février) on fera une grande séduction sur la Mauricie et la Rive-Sud», dit-elle.

Cette vitrine de technologies vertes est ouverte à toutes les entreprises, précise Mme Mathis. «On pense autant aux commerces de détail, aux manufacturiers qu’au domaine de l’agriculture. Notre gros enjeu, c’est de faire venir ces entreprises-là pour leur faire comprendre que ce sont des technologies qu’elles peuvent adopter et qu’il existe du soutien financier aussi», souligne-t-elle.

Yves Lacroix, président d’IDÉ Trois-Rivières, mais aussi p.d.g de Fab 3R, raconte que les technologies vertes représentent de véritables occasions d’améliorer, par exemple, sa dépense énergétique. «Chez nous, on a installé des capteurs thermiques. Le fait d’installer tout ça a réduit de moitié notre facture d’électricité», illustre-t-il. «On a sauvé 300 tonnes de CO2 par année tout en réduisant nos coûts d’opération», se réjouit-il.

Les gens, dit-il, croient que les technologies vertes, ça coûte cher. Or, rappelle M. Lacroix, il existe de nombreux programmes pour en profiter. «Nous avons aussi changé toutes nos lumières pour des lumières DEL», dit-il, ce qui a permis de réduire par 5 le nombre de Watts utilisés en usine. Les grosses lumières à l’iode de 1000 W employées dans l’usine ont été remplacées par des lumières de 200 W et de 300 W «et nos gens voient encore mieux qu’avant», se réjouit cet homme d’affaires.

GROUPÉ célèbre, cette année son cinquième anniversaire et le secteur des technologies vertes «est le plus dynamique au sein de GROUPÉ», souligne le directeur général, Alexandre Ollive. «C’est la seule table régionale sur les technologies vertes qui mobilise les plus importants leaders d’affaires, les centres de recherche, l’UQTR et j’en passe», dit-il.

L’an dernier, l’événement, qui s’appelait Vitrine sur les technologies vertes, avait attiré 250 participants, dont la moitié étaient des entreprises. Une centaine d’entreprises de la région Mauricie et Centre-du-Québec œuvrent dans ce domaine émergent. «Elles sont plus qu’une mode dans le contexte des changements climatiques», souligne M. Ollive.