De gauche à droite: la ministre Julie Boulet, Antoine Langlois, copropriétaire de Xylo-Carbone et Simon Langlois, président.

2,4 millions $ à Xylo-Carbone

Saint-Tite — L’entreprise Xylo-Carbone de Saint-Tite vient de recevoir une aide financière de près de 2,4 millions $ du gouvernement du Québec, un vent de fraîcheur qui lui permettra d’accélérer son développement.

C’est la ministre Julie Boulet qui est venue annoncer, mardi, cette bonne nouvelle aux propriétaires, Simon Langlois et Antoine Langlois, qui possèdent aussi l’entreprise de charbon de bois Feuille d’érable inc. de Sainte-Christine-d’Auvergne.

«Le fait qu’on ait cette aide gouvernementale nous permet d’aller plus vite, plus loin et on avait vraiment besoin de cette bouffée d’oxygène», se réjouit le président, Simon Langlois. «On a fait tout le montage financier de cette usine sans considérer l’aide gouvernementale. Au lieu d’attendre la deuxième année pour faire certains projets, on peut se permettre d’aller plus vite.»

L’usine construite l’été dernier dans le parc industriel de Saint-Tite produit 6000 tonnes métriques de biocharbon par pyrolyse du bois, une nouvelle technologie de décomposition chimique par chauffage. Elle génère du charbon de bois brut pour la cuisson sur BBQ ainsi que du charbon composé de fines particules remplaçant le noir de carbone qui est utilisé dans la fabrication de pneus et de certains produits en matière plastique.

Ces avancées technologiques génèrent 20 nouveaux emplois dans la région et viennent consolider 65 emplois déjà existants dans l’industrie forestière régionale.

«Pourquoi les bois de faible qualité doivent-ils servir à de la combustion ou à des applications telles que le papier journal ou le papier en général?», demande Antoine Langlois qui voit son entreprise «comme un intégrateur de tous les partenaires qui sont dans le secteur forestier» et qui ont besoin de catégories de bois en particulier. «Le projet est parti de là», dit-il.

Xylo-Carbone a d’autres idées en tête, notamment la fabrication de charbon activé et de granules de bois de charbon. À plus long terme, l’usine de Saint-Tite pourrait servir de modèle pour l’implantation de deux autres usines similaires au Québec.

«Xylo-Carbone pourrait devenir le plus grand fournisseur canadien de produits à base de carbone renouvelable d’ici 2025», indique la ministre Boulet.

«Ce sont de nouvelles applications du biocharbon et de nouveaux marchés qui sont développés», dit-elle. Quand, avec la ressource forestière québécoise, «on réussit à faire autre chose que des 2 par 4, je pense qu’on doit dire bravo», fait-elle valoir.

L’usine utilise de surcroît des billes de bois dur qui ne trouvent pas preneur actuellement dans l’industrie. Son impact est donc très positif.

«Depuis que nous misons sur l’innovation, dans la foulée du Forum Innovation Bois, le secteur forestier prend de nouveaux chemins et trouve de nouveaux débouchés très prometteurs» dit-elle.

L’usine de Saint-Tite consommera quelque 30 000 mètres cubes de bois rond de faible qualité.

«Pour réaliser cette vision-là, ça prenait des technologies», fait valoir Simon Langlois «ainsi que des compétences en ressources humaines et des moyens financiers.»

Ces nouvelles technologies ont été développées avec des partenaires québécois. À ce chapitre, le président de l’entreprise a tenu à souligner l’appui technique du Centre d’innovation des produits cellulosiques Innofibre du Cégep de Trois-Rivières.

Bernard Thompson, préfet de la MRC de Mékinac, indique que la MRC n’a jamais hésité, de son côté, à soutenir ce projet. «C’est un gros morceau pour la MRC de Mékinac parce que vous créez de l’emploi. Vous assurez surtout la pérennité d’autres emplois dans le milieu forestier, ce qui est important pour nous», a souligné le préfet.