Le Centre de métallurgie du Québec du Cégep de Trois-Rivières
Le Centre de métallurgie du Québec du Cégep de Trois-Rivières

1,35 M$ pour le Centre de métallurgie du Québec

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les gouvernements du Québec et du Canada ont annoncé, vendredi, l’octroi de subventions totalisant 1,35 M$ au Centre de métallurgie du Québec, un centre collégial de transfert technologique du Cégep de Trois-Rivières, pour l’acquisition d’une imprimante 3D.

Ce nouvel équipement de pointe, qui sera mis en fonction vers la fin de l’année 2021, servira à la fabrication de moules de fonderie en sable.

«Dans une fonderie, pour réaliser les pièces nécessaires à toutes nos activités industrielles, il faut qu’on fasse des moules métalliques ou en sable pour déverser le métal fondu dans un four de fusion et lui donner une forme. Réaliser ces moules demande beaucoup d’efforts physiques afin de remplir une cavité avec du sable mélangé à des résines. Avec la technologie 3D, tout ce travail est remplacé par une machine», explique le directeur du CMQ, Gheorghe Marin.

«On peut réaliser des pièces prototypes sans dépenser beaucoup d’argent», explique-t-il, tout en sauvant de longues semaines de préparation. «Ça permet à une entreprise d’aller voir un client et de montrer qu’elle est capable de réaliser telle pièce», ajoute le directeur du CMQ qui fête ses 35 ans d’existence.

Le gouvernement du Canada octroie donc 750 000 $ à ce projet à l’aide de son programme Croissance économique régionale par l’innovation de Développement économique Canada tandis que Québec accorde 600 000 $ du Programme de soutien aux organismes de recherche et d’innovation.

Gheorghe Marin, directeur général du CMQ.

Le ministre fédéral Pablo Rodriguez, leader du gouvernement à la Chambre des Communes, indique que beaucoup de bons emplois sont reliés au secteur de la métallurgie dans la région. Grâce à cet investissement, trois nouveaux emplois seront créés.

De son côté, le ministre québécois du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, Jean Boulet, rappelle que le CMQ apporte son aide à quelque 150 entreprises chaque année. «L’imprimante 3D est une nouvelle technologie qui va contribuer à faire en sorte que notre centre se distingue, non seulement à Trois-Rivières et dans la région, mais au Québec et à l’échelle internationale», dit-il.

Le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron, souligne qu’à l’aide de ce nouvel équipement, les étudiants pourront faire leur formation dans un contexte de technologie de pointe.

Le directeur général du CMQ indique que le projet «vise la performance, car l’impression 3D représente un grand changement par rapport à l’industrie traditionnelle.»

Les principaux avantages de cette technologie sont la grande liberté de design et la rapidité de production. Elle permet de créer rapidement des modèles très détaillés. Les partenaires desservis oeuvrent dans l’industrie automobile, la pétrochimie, l’aéronautique et le transport. L’accès à une telle infrastructure permettra aux compagnies de se valider sur des pièces réelles tout en diminuant leur temps de développement.

Le CMQ travaille avec plusieurs clients internationaux en plus de ses clients du Québec et du Canada. «On permet à nos entreprises de mieux se positionner dans le marché intégré de l’Amérique du Nord», dit-il.

M. Marin ajoute que le projet a aussi des retombées environnementales significatives. «On utilise beaucoup de résine dans les fonderies. Ici, nous allons tester des résines écologiques», dit-il.