Actualités

Sismic, incubateur d’entreprises collectives

TROIS-RIVIÈRES — Épaulé par plusieurs partenaires de l’écosystème de développement économique de la région, le Pôle d’économie sociale de la Mauricie, en collaboration avec le Chantier de l’économie sociale, vient de lancer son nouvel incubateur d’entreprises collectives destiné aux étudiants de niveau postsecondaire.

Cet incubateur fait partie du réseau des 19 incubateurs actifs sur l’ensemble du territoire québécois, tous regroupés sous le nom Sismic. Soutenu financièrement par le Secrétariat à la jeunesse, Sismic est le premier parcours d’idéation et d’incubation d’entreprises d’économie sociale offert partout au Québec.

Affaires

Une nouvelle étape marquante pour AddÉnergie

SHAWINIGAN — L’incursion des bornes de recharge pour véhicules électriques AddÉnergie à New York constituera une nouvelle étape marquante de l’histoire de cette jeune entreprise, dont l’atelier de fabrication est situé dans le Technoparc de Shawinigan.

En visite dans la mégapole américaine lundi, le premier ministre du Québec, François Legault, a dévoilé les grandes lignes de ce contrat. Une centaine de bornes seront installées dans les rues de New York, dans un horizon plus ou moins défini pour le moment.

Affaires

Un «excellent moment» pour reprendre les négociations à l’ABI

TROIS-RIVIÈRES — La levée des tarifs douaniers imposés par les États-Unis sur les importations d’aluminium canadien pourrait être l’occasion pour les dirigeants de l’Aluminerie de Bécancour de retourner à la table de négociations, croit le professeur en relations de travail à l’UQTR, Jean-Claude Bernatchez.

«Ça devrait mobiliser l’employeur à négocier de manière raisonnée, estime-t-il. Ce serait le bon moment pour cogner à la porte du syndicat et dire: on va négocier.»

Affaires

Le meilleur résultat depuis 2011 pour Louiseville

LOUISEVILLE — Avec un surplus budgétaire de 949 268 $ enregistré en 2018, Louiseville affiche sa meilleure performance en la matière depuis 2011. Mais ce confortable coussin financier n’incitera pas l’administration municipalité à diminuer la charge fiscale de ses contribuables.

Le surplus de l’exercice financier de 2018 est supérieur de 33,6 % à celui de 2017. Depuis les 15 dernières années, seul le rapport financier de 2011 a affiché un meilleur excédent, soit 1 021 265 $. L’état du surplus de 2018 est impressionnant, mais l’argent ne devrait pas traîner longtemps dans les coffres de la Ville, assure Yvon Deshaies.

Affaires

Nemaska Lithium veut se donner du temps

Shawinigan — Nemaska Lithium a effectué une nouvelle mise à jour de son projet d’extraction minière de spodumène à Whabouchi et de construction de son usine de production commerciale à Shawinigan, jeudi matin lors d’une conférence téléphonique. Le président et chef de la direction, Guy Bourassa, ne pouvait toutefois donner aucun horizon sur le résultat des négociations en cours pour permettre à la jeune société d’obtenir les 375 millions $ nécessaires à la poursuite de son plan d’investissement.

«C’est peut-être un petit peu plus long que ce que j’avais anticipé», confie le dirigeant. «Mais c’est surtout parce que tout le monde s’était attaché au rapport de BBA.»

Affaires

Des jeunes en vedette

Shawinigan — Plus de 40 jeunes entrepreneurs de 5 à 12 ans de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont déjà inscrits à la 6e édition de La grande journée des petits entrepreneurs, qui aura lieu le 15 juin prochain à travers la province.

Lors de cette journée, des milliers de jeunes présenteront leurs produits à un kiosque, soit dans un rassemblement public ou encore devant leur résidence afin de vivre une première expérience d’entrepreneuriat. En 2018, plus de 5555 jeunes ont participé à cette journée.

Actualités

Le Marché Godefroy a 25 ans

Bécancour — Débutant samedi prochain, la nouvelle saison du Marché Godefroy, à Bécancour, aura une connotation particulière puisque l’année 2019 marque son 25e anniversaire d’existence. «Le marché n’a pas vieilli», a d’ailleurs témoigné l’un de ses fondateurs, Alain Roy, lors du dévoilement de la programmation qui comprend 50 jours d’animation.

D’ailleurs, Jean-Guy Dubois était maire de Bécancour à l’époque. «J’ai vu naître le Marché qui est un produit d’appel depuis 25 ans. Il a grandi et s’est adapté aux réalités», a-t-il confié.

Affaires

Réinventer le boulevard Sainte-Madeleine

TROIS-RIVIÈRES — Le projet de revitalisation du boulevard Sainte-Madeleine est bel et bien démarré. Mardi soir, une soixantaine de citoyens et commerçants du secteur du bas du Cap ont pris part à une assemblée d’urbanisme participatif pour établir les bases de ce vaste projet de revitalisation qui s’échelonnera jusqu’en 2023-24.

Les citoyens, qui représentaient toutes les générations, étaient invités à former des petits groupes pour repenser entièrement le boulevard Sainte-Madeleine. Attablés autour d’un très grand plan d’un tronçon du boulevard, les citoyens pouvaient l’aménager comme ils le souhaitaient. Ils choisissaient le mobilier urbain, le type de marquage dans la rue, les espaces de stationnement, les espaces verts ou encore les aménagements pour rendre la cohabitation entre les cyclistes, piétons et automobilistes plus sécuritaires. Les participants sont devenus des urbanistes l’instant d’une soirée.

Actualités

Mieux soutenir les femmes entrepreneures à temps partiel

Trois-Rivières — Malgré le fait que plus de quatre entrepreneures émergentes sur cinq travaillent sur leur entreprise à temps partiel au Québec, les services offerts dans le milieu des affaires sont souvent peu adaptés à ce type d’entrepreneuriat. C’est ce que révèle une recherche menée par la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) Centre-de-la-Mauricie dans le cadre du projet Entreprendre au féminin autrement.

«L’entrepreneuriat à temps partiel, c’est un phénomène qui est très répandu au Québec et les femmes sont particulièrement bien engagées dans cette forme d’entrepreneuriat», indique Véronique Perron, chargée de projet à la SADC Centre-de-la-Mauricie.

Affaires

ABI: quand le dégel se fait attendre...

ANALYSE — Voilà, c’est fait. Le lock-out à l’Aluminerie de Bécancour a franchi les 16 mois vendredi dernier. Non pas 16 jours, ni même 16 semaines, mais 16 mois! C’est effectivement le 11 janvier 2018 que la direction a mis ses 1030 travailleurs en lock-out après le rejet de l’offre patronale. Et on connaît la suite.

En principe, l’hypothèse de règlement du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, Jean Boulet, aurait pu permettre de régler le conflit. Mais déjà, la perception positive de l’employeur, qui profite de l’appui sans équivoque du premier ministre François Legault, en disait long sur le contenu. Et le syndicat a vite fait de qualifier le tout de copier-coller à une proposition déjà rejetée. D’où ce refus de soumettre le document au vote des salariés. Bref, c’est l’impasse.