Le vent dans les voiles pour Entreprise Prémon

Affaires

Le vent dans les voiles pour Entreprise Prémon

Louiseville — Après s’être lancée dans la production de masques chirurgicaux il y a de cela trois mois, Entreprise Prémont de Louiseville multiplie les annonces d’embauche de personnel et d’agrandissement des installations, signe que la compagnie a le vent dans les voiles.

L’entreprise, qui vient tout juste d’annoncer un agrandissement de son usine lui permettant de passer de 75 à 130 employés, possède un quasi-monopole à l’échelle provinciale en ce qui a trait à la fabrication d’équipement facial de protection.

Nouvelle offre immobilière 3.0

Affaires

Nouvelle offre immobilière 3.0

Trois-Rivières — « L’innovation technologique, c’est l’avenir de l’immobilier et c’est la raison pour laquelle l’agence vient de signer une entente exclusive avec l’entreprise trifluvienne VERSOM VR, spécialisée en réalité virtuelle et en réalité augmentée, afin d’offrir à sa clientèle une panoplie de services pouvant aider à la vente de leur propriété ».

Voilà ce qu’avait à annoncer vendredi la présidente du Groupe Sutton Alliance, Julie Boulianne, lors de son événement organisé pour souligner son deuxième anniversaire.

IDE Trois-Rivières accélère le virage numérique des entreprises

Affaires

IDE Trois-Rivières accélère le virage numérique des entreprises

Trois-Rivières — Pour accélérer le déploiement de projets numériques dans les entreprises trifluviennes en ce temps de crise, Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières lance la plateforme Mon virage numérique.

Celle-ci regroupe sous une même page des conseils d’experts sous forme d’articles de blogue, la formation offerte en région et l’accompagnement et le financement pour concrétiser les projets. Également, les fournisseurs de Trois-Rivières pouvant aider les entreprises à entreprendre leur virage y sont répertoriés.

«Il ne faut pas tenir l’industrie de l’aluminium pour acquise»

Actualité

«Il ne faut pas tenir l’industrie de l’aluminium pour acquise»

Bécancour — Selon le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, le règlement du conflit à l’Aluminerie de Bécancour avait beau être une bonne nouvelle, «il ne faut pas tenir l’industrie de l’aluminium pour acquise».

«Ça reste difficile. Au lendemain du lock-out, j’ai dit que j’avais hâte qu’ABI fasse des investissements pour moderniser l’usine. Je pense qu’il va falloir arriver à ça le plus rapidement possible parce que ça demeure un marché qui, sans être inquiétant, est fragile», a-t-il laissé savoir.

Un an après le lock-out à l'ABI: le syndicat «veut que ça fonctionne»

Actualités

Un an après le lock-out à l'ABI: le syndicat «veut que ça fonctionne»

Bécancour — Le 2 juillet 2019, les quelque 900 syndiqués à l’Aluminerie de Bécancour acceptaient les offres patronales dans une proportion de près de 80 %, malgré une recommandation contraire de la part de leur exécutif syndical. Un an plus tard, retour sur le résultat de ce vote qui aura mis fin à 18 mois de lock-out.

«Dans l’ensemble, on était conscient que c’était pour être des défis pas évidents. On les prend un à la fois et on essaie de faire évoluer l’employeur là-dedans et nos membres. Dans le fond, on le fait au bénéfice de notre usine. Je dis souvent à l’employeur que c’est notre usine avant tout parce que nous autres, on sait qu’on va travailler là 25, 30 années de notre vie, peut-être même plus. On veut que ça fonctionne».

Un été intéressant, un automne sombre

Actualités

Un été intéressant, un automne sombre

Saint-Paulin — À l’instar des prévisions météo, l’été s’annonce intéressant pour les centres de villégiature du nord de la MRC de Maskinongé qui s’attendent toutefois à faire face à un automne des plus tristes.

L’auberge Le Baluchon de Saint-Paulin, l’Auberge du lac-à-l’eau-claire et la Pourvoirie du lac Blanc de Saint-Alexis-des-Monts sont des destinations généralement prisées des touristes européens. La fermeture des frontières canadiennes fait en sorte que les Québécois seront la principale, sinon l’unique clientèle de ces établissements au cours des prochaines semaines. Heureusement pour eux, le téléphone se fait aller ces jours-ci.

Quand le gin mène au désinfectant à mains

Zone affaires

Quand le gin mène au désinfectant à mains

Être en affaires est déjà synonyme de défis à relever, à plus forte raison quand l’environnement subit de grands bouleversements comme c’est le cas actuellement avec la crise pandémique. Selon un sondage réalisé par IDE Trois-Rivières, qui multiplie les stratégies pour soutenir les entrepreneurs, une majorité d’entreprises ont déjà initié différentes actions pour pallier leur baisse de revenus, comme la mise en marché de nouveaux produits et l’adaptation de leur modèle d’affaires. Au cours des prochains samedis, Zone Affaires mettra en évidence certains exemples.

Trois-Rivières — Tout en continuant à produire son gin réputé, la Distillerie Wabasso contribue à sa façon à la lutte contre la pandémie en produisant du désinfectant à mains.

«C’était essentiel qu’on fasse notre part dans cette situation de crise-là. Ça fait quelques jours qu’on y pensait, mais on ne voulait pas annoncer quelque chose qui n’était pas encore approuvé par Santé Canada. Pour nous, c’était hyper important de mettre un produit à la disponibilité des organismes d’ici qui était conforme à tous les critères», explique Guyaume Parenteau, cofondateur de la Distillerie Wabasso.

Immobilier : les villes du Québec reprennent vie

Actualités

Immobilier : les villes du Québec reprennent vie

Après des mois de mars et avril plutôt difficiles, le marché immobilier reprend de la vigueur à Sherbrooke, à Québec, à Saguenay, à Gatineau et à Trois-Rivières.

La hausse est particulièrement spectaculaire à Saguenay et Québec où les ventes de propriétés ont bondi de près de 600 % et 300 % respectivement, selon une étude publiée par Desjardins et l’Association canadienne de l’immeuble. Les données compilées montrent que Saguenay et Québec ont même surpassé le marché de Montréal en mai.

Dans les autres grandes villes du Québec, la hausse des ventes de propriétés avoisine les 100 %, tant à Sherbrooke, Gatineau qu’à Trois-Rivières.

«Les chiffres de mai sont encourageants, mais ils reflètent à la fois la demande des acheteurs qui ont reporté leur démarche pendant le confinement et ceux qui ont mis leur projet en branle par la suite. Les ventes continueront à se redresser pendant la période estivale, mais les augmentations seront moins spectaculaires qu’en avril», indique Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins et auteure de l’étude.

Selon Mme Bégin, le niveau d’activité qui existait avant la COVID-19 ne sera pas atteint d’ici la fin de l’an prochain au Québec et en Ontario. Les difficultés du marché du travail qui tarderont à s’estomper complètement, la confiance chancelante des ménages et les difficultés financières de certains d’entre eux empêcheront un retour à la normale.

«Le taux de chômage, qui redescendra peu à peu, devrait avoisiner les 8 % au Québec et en Ontario d’ici la fin de 2020, alors qu’il se situait autour de 5 % en début d’année. Inévitablement, cela limitera le nombre d’acheteurs.»

Et les prix?

Même si la pandémie a eu pour effet de faire chuter l’offre et la demande au cours du printemps, cette «mise sur pause» du marché ne devrait pas avoir d’impact majeur sur le prix des propriétés,

«Le marché résidentiel était extrêmement serré avant la pandémie puisque l’offre de propriétés à vendre s’avérait insuffisante pour combler la demande, rappelle Mme Bégin. Même si les ventes commencent à se redresser depuis le mois de mai, le bassin de maisons et de condos disponibles a aussi augmenté depuis le début du déconfinement. Le ratio ventes/nouvelles inscriptions s’approche ainsi de l’état d’équilibre. Pour l’instant, la situation de pénurie est encore présente au Québec, ce qui permet aux prix moyens de se maintenir.»

Un kiosque libre-service pour l’entreprise Safrana

Affaires

Un kiosque libre-service pour l’entreprise Safrana

SHAWINIGAN — Acheter des produits du terroir à quelques pas de chez soi n’aura jamais été aussi facile pour les résidents du secteur Sainte-Flore de Shawinigan cet été. En effet, à compter du samedi 4 juillet, un tout premier kiosque libre-service ouvrira ses portes en bordure du chemin Sainte-Flore, directement sur le terrain de l’entreprise Safrana.

Tout au long de la saison estivale, l’entreprise locale mettra ainsi à la disposition des visiteurs différents produits du terroir. «Dans ce kiosque, les gens vont pouvoir se procurer de nombreux produits, dont les nôtres qui sont faits à base de roses sauvages et de safran, en plus de nos bouquets et de nos surplus de légumes du jardin. D’ailleurs, parmi les découvertes qui s’offriront aux visiteurs, on y retrouvera la seule eau de rose sauvage certifiée biologique produite au Canada. De plus, des artisans du coin vont également faire des produits spécialement pour nous et on va les intégrer dans le kiosque», mentionne Isabelle Forgues, copropriétaire de l’entreprise Safrana.

Le Cirque du Soleil était déjà «vulnérable» avant la pandémie

Affaires

Le Cirque du Soleil était déjà «vulnérable» avant la pandémie

MONTRÉAL — Avant l’éclosion de la crise sanitaire qui a paralysé ses activités, le Cirque du Soleil se trouvait déjà dans une position «vulnérable», selon le rapport du contrôleur qui supervise la restructuration de l’entreprise de divertissement actuellement à l’abri de ses créanciers.

De 2017 à 2019, la compagnie a affiché des pertes nettes respectives de 10 millions $US (13,6 millions $), 71 millions $US (97 millions $) et 80 millions $US (109 millions $), souligne le document — uniquement disponible en anglais — de la firme Ernst&Young, qui a été mandatée dans le cadre du processus qui se déroule en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

Musk célèbre l’envolée de Tesla à Wall Street en insultant les autorités boursières

Affaires

Musk célèbre l’envolée de Tesla à Wall Street en insultant les autorités boursières

NEW YORK — Elon Musk a célébré l’envolée à Wall Street de son entreprise Tesla, devenue mercredi la société automobile la plus chère au monde en Bourse, par un tweet insultant grossièrement le gendarme américain des marchés financiers avec qui il est de longue date en bisbilles.

La valeur de Tesla s’établissait jeudi à plus de 224 milliards $US (305 milliards $), après avoir dépassé la veille celle de la société japonaise Toyota qui vend pourtant bien plus de voitures.

Boycottage de Facebook: des entreprises au Québec emboîtent le pas

Affaires

Boycottage de Facebook: des entreprises au Québec emboîtent le pas

MONTRÉAL — L’élan international de boycottage contre Facebook, à qui l’on reproche de propager le racisme, la violence et la désinformation, trouve un certain écho au Québec, où quelques entreprises ont suspendu leurs achats de publicités auprès du réseau social.

À l’instar de leurs grandes sœurs canadiennes, la Banque Nationale, le Mouvement Desjardins et la Banque Laurentienne n’effectueront pas de placement publicitaire sur Facebook et Instagram en juillet. Les deux banques ainsi que le groupe coopératif n’ont toutefois pas précisé, jeudi, l’ampleur des sommes en jeu. La Laurentienne s’est limitée à dire que les montants étaient «minimes».

Projet de mine Matawinie: les Atikamekw mettent en demeure Nouveau Monde Graphite

Actualités

Projet de mine Matawinie: les Atikamekw mettent en demeure Nouveau Monde Graphite

TROIS-RIVIÈRES — Le Conseil de la nation atikamekw et le Conseil des Atikamekw de Manawan mettent en demeure la minière Nouveau Monde Graphite. L’entreprise derrière le projet de mine de graphite à Saint-Michel-des-Saints, dans Lanaudière, n’aurait pas versé les sommes dues dans le cadre des négociations d’une entente avec les Atikamekw de Manawan.

La mise en demeure a été envoyée au dirigeant de Nouveau Monde Graphite, car les deux conseils estiment que l’entreprise ne se conforme pas aux engagements pris dans une entente de prédéveloppement en mars 2019 dans le cadre du projet de mine de graphite Matawinie. Les deux conseils mentionnent que Nouveau Monde Graphite s’était engagé à payer les frais de négociations. Or, l’engagement n’a pas été respecté entièrement.

Après le Panier Bleu, voici le Panier UQTR

Affaires

Après le Panier Bleu, voici le Panier UQTR

TROIS-RIVIÈRES — Les entrepreneurs locaux, on le sait, écopent des suites du confinement imposé par la COVID-19 et des mesures de distanciation sociale. Dans le but de donner un coup de main aux entrepreneurs qu’elle a diplômés, l’UQTR vient de lancer le Panier UQTR.

Il s’agit en fait d’une vitrine accessible à l’adresse www.uqtr.ca/panieruqtr. Elle est offerte gratuitement aux diplômés de l’UQTR qui dirigent une entreprise offrant des biens ou services, peu importe l’année d’obtention de leur diplôme.

C’est parti pour le marché virtuel dans Maskinongé

Affaires

C’est parti pour le marché virtuel dans Maskinongé

LOUISEVILLE — Les activités du marché public virtuel de la Coopérative des marchés publics de la MRC de Maskinongé sont lancées. Depuis une semaine, les citoyens peuvent commander différentes denrées provenant de producteurs de cette partie de la Mauricie et les faire livrer à leur domicile.

La boutique du Panier local Maski représente une nouvelle façon pour les producteurs de commercialiser leurs produits, étant donné l’abandon des marchés publics de Yamachiche et de Saint-Élie-de-Caxton en 2020. L’organisation de tels marchés est trop complexe en raison des nombreuses règles gouvernementales à respecter en cette pandémie de COVID-19.

Changements à la Corporation de développement communautaire de la MRC de Bécancour

Affaires

Changements à la Corporation de développement communautaire de la MRC de Bécancour

BÉCANCOUR — La Corporation de développement communautaire (CDC) de la MRC de Bécancour vient de déménager au 74 Place des Coquelicots, quittant ainsi le presbytère de Sainte-Angèle-de-Laval.

Prêtés par le Centre du Plateau Laval et par le fait même, l’OMH de Bécancour, les locaux permettront à la CDC d’installer deux bureaux et une salle de réunion nécessaires à la réalisation de sa mission et de ses diverses actions en développement social.

Marché public au Musée Pop: «ça aurait été triste de perdre cette vitrine»

Affaires

Marché public au Musée Pop: «ça aurait été triste de perdre cette vitrine»

TROIS-RIVIÈRES — Malgré les restrictions relatives à la distanciation et la salubrité imposées par la Santé publique, les préaux du Musée Pop avaient les allures d’un marché public qui se respecte, jeudi après-midi.

Pour la première fois de la saison estivale, il était en effet possible de se procurer des légumes et fruits frais ainsi que divers produits locaux qu’offraient les six producteurs présents en avant du musée situé à l’intersection des rues Hart et Laviolette à Trois-Rivières. En raison des règles qui régissent pratiquement toutes les interactions des Québécois en ce moment, il n’avait cependant pas été possible d’y aménager autant de kiosques que l’an dernier.

Un marché à la sauce 2020 à Saint-Narcisse

Actualités

Un marché à la sauce 2020 à Saint-Narcisse

TROIS-RIVIÈRES — C’est ce dimanche 5 juillet qu’une quinzaine d’exposants envahiront la place de l’agora à Saint-Narcisse dans le cadre de la cinquième édition du marché champêtre de l’endroit.

Pour les sept prochaines semaines, ce rendez-vous dominical animera le lieu de rassemblement de la petite localité. Mais comme c’est le cas dans les autres marchés de la région et dans pratiquement toutes les sphères d’activités, les responsables ont dû passablement revoir leur offre et leur fonctionnement en raison des mesures de distanciation sociale et sanitaires découlant la pandémie de COVID-19.

Marché Godefroy: un impact moins grand qu’anticipé

Actualités

Marché Godefroy: un impact moins grand qu’anticipé

TROIS-RIVIÈRES — Ouvert depuis maintenant sept semaines, le Marché Godefroy s’en tire plutôt bien en ces temps de déconfinement post-COVID-19.

C’est le constat que fait sa directrice générale, Marie-Claude Camirand. Malgré la suspension du volet animation, autant les prestations musicales que les ateliers culinaires, et l’impossibilité de casser la croûte sur place, cette dernière indique que les pertes moyennes des commerçants sont moindres que ce à quoi elle s’attendait. La fidélité des clients acheteurs ainsi que le fait que l’interdiction d’ouvrir le dimanche n’a été en vigueur que lors de la première semaine ont notamment pesé dans la balance.

Internet haute vitesse désormais accessible à Wemotaci

Actualités

Internet haute vitesse désormais accessible à Wemotaci

La Tuque — C’est le chef de Wemotaci, François Néashit, qui a eu l’honneur de brancher officiellement la communauté atikamekw à Internet haute vitesse lors d’une cérémonie restreinte en milieu de semaine.

Dans cette première phase, l’ensemble des institutions de la communauté seront branchées par fibre optique. On parle entre autres des secteurs de la santé, de l’éducation, de la sécurité publique et du bâtiment administratif du conseil de Wemotaci.

En+reprendre MRC Bécancour lance une campagne de financement participatif

Affaires

En+reprendre MRC Bécancour lance une campagne de financement participatif

BÉCANCOUR — En+reprendre MRC Bécancour vient de procéder au lancement d’une campagne de financement participatif qui vise à soutenir les commerces et les organismes de première ligne les plus touchés par la COVID-19 sur son territoire.

On souhaite ainsi susciter un élan de solidarité en vue de soutenir l’économie locale et la communauté, particulièrement les gens les plus fragilisés par la situation. Avec un objectif de 25 000 $, la campagne se déploiera sur le site de La Ruche jusqu’au 29 juillet.

Une année de turbulences à la SADC de Maskinongé

Affaires

Une année de turbulences à la SADC de Maskinongé

LOUISEVILLE — La Société d’aide au développement des collectivités de la MRC de Maskinongé a été confrontée aux secousses de la pandémie de COVID-19, mais cette turbulence n’est pas la seule à avoir été vécue par l’organisme au cours des derniers mois.

La SADC a dévoilé mardi le bilan de ses activités de 2019-2020. L’année a été chargée en interventions et en accompagnements auprès des entreprises du milieu, mais a aussi été marquée par un jeu de chaise musicale à la direction générale.

Entrée en vigueur de l’accord commercial nord-américain sous haute tension

Affaires

Entrée en vigueur de l’accord commercial nord-américain sous haute tension

WASHINGTON — C’était une promesse électorale de Donald Trump, le nouvel accord de libre-échange liant les États-Unis, le Canada et le Mexique est entré en vigueur mercredi au moment où les frontières entre les trois pays sont partiellement fermées pour cause de pandémie de COVID-19.

«L'AEUMC est l'accord commercial le plus important, le plus équitable et le plus équilibré jamais négocié», s'est félicité le président républicain, estimant qu'il soutiendra l'économie et les emplois américains.

Selon lui, c'est aussi une «énorme victoire» pour les industriels et les travailleurs du secteur automobile et une «percée historique pour l'agriculture américaine».

L'AEUMC, obtenu après un bras de fer diplomatique et ratifié après de nombreux amendements, remplace l'ALÉNA (accord de libre-échange nord américain) qui datait de 1994 et qui était unanimement jugé obsolète.

La renégociation de l'ALÉNA, qualifié par Donald Trump de pire accord de l'histoire américaine, avait commencé quelques mois après son arrivée à la Maison-Blanche.

«Aujourd'hui marque le début d'un nouveau et bien meilleur chapitre du commerce entre les États-Unis, le Mexique et le Canada», avait commenté plus tôt le représentant au Commerce, Robert Lighthizer, le négociateur en chef.

Si c'est un succès politique qui a obtenu un consensus entre les deux partis aux États-Unis, l'accord est loin d'éliminer tous les sujets de friction entre les trois partenaires dont les économies sont devenues interdépendantes.

«Cela ressemble davantage à une trêve temporaire avec l'administration Trump qu'à un retour de la stabilité du commerce nord-américain», résume Edward Alden, expert en commerce international au Council on Foreign relations.

Et les tensions commerciales peuvent reprendre à tout moment avec un président américain reparti en campagne pour sa réélection en novembre.

Le 17 juin, Robert Lighthizer avait prévenu, devant le Congrès, que l'administration Trump était disposée à prendre des mesures aussi «souvent» que nécessaire pour contester les éventuelles violations du nouvel accord.

Ses équipes vont surveiller de près la question du commerce des produits laitiers, litige de longue date entre agriculteurs américains et canadiens.

Sur ce point, Donald Trump a estimé que «le Canada offrira un meilleur accès aux produits laitiers, à la volaille et aux oeufs américains et, enfin, accordera un traitement équitable au blé cultivé aux États-Unis».

Pour le Mexique, M. Lighthizer avait pris acte des différends existants, mentionnant le refus de Mexico d'approuver les nouvelles importations de produits OGM américains ces deux dernières années.

Aluminium canadien

Pour l'heure, les trois pays peuvent se réjouir du maintien du principe d'une vaste zone de libre-échange sans droit de douane.

Regroupant quelque 500 millions d'habitants, le traité est crucial pour les trois économies aujourd'hui durement frappées par la pandémie de COVID-19.

En 2019, le commerce entre elles avait représenté quelque 1 200 milliards de dollars. Et le produit intérieur brut de leurs économies combinées représente quelque 27% du PIB mondial.

«Avec le nouvel ALÉNA, on a su protéger nos industries culturelles dans l'ère numérique et pour l'avenir, on a pu assurer une meilleure protection pour notre industrie automobile», a déclaré lundi le premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Il s'est en outre réjoui du fait que son gouvernement ait «su protéger l'accès privilégié que des milliers et des milliers d'entreprises canadiennes et des millions de Canadiens ont au marché américain à un moment de protectionnisme et d'incertitude sur le commerce mondial».

Mais il a aussi évoqué les rumeurs selon lesquelles Donald Trump pourrait réimposer des droits de douane sur l'aluminium canadien, avant de faire valoir que les États-Unis n'avaient pas de capacités de production suffisantes et avaient donc besoin de l'aluminium canadien pour leurs industries automobile et de haute technologie.

En juin 2018, en pleine renégociation de l'ALÉNA, Donald Trump n'avait pourtant pas hésité à instaurer des droits de douane punitifs sur l'aluminium canadien, provoquant la stupéfaction de son allié historique.

Signe des tensions potentielles, Robert Lighthizer a estimé mercredi que «maintenant, plus que jamais, les États-Unis doivent arrêter la sous-traitance des emplois et augmenter leur capacité de production et leurs investissements ici chez nous».

Séance d’information du BAPE le 15 juillet

Affaires

Séance d’information du BAPE le 15 juillet

BÉCANCOUR — Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) annonce le début de la période d’information publique sur le projet d’agrandissement du parc de réservoirs de Cepsa Chimie à Bécancour.

Considérant les mesures de distanciation sociale en vigueur en raison de la COVID-19, la séance publique d’information se tiendra uniquement par des modes numériques. Les citoyens sont invités à participer à la rencontre par Internet pour obtenir des renseignements sur le projet, la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, le processus de consultation du public ainsi que le rôle du BAPE.

La Tuque en mode relance

Affaires

La Tuque en mode relance

LA TUQUE — Le Comité de relance économique de l’agglomération de La Tuque a dévoilé ses nombreuses initiatives mises en place pour soutenir l’économie locale en ce temps de pandémie. Au total, ce sont plus de 430 000 $ qui seront répartis dans le milieu latuquois dans quatre volets distincts.

«Ça va permettre à nos entreprises d’avoir un peu d’air, d’avoir un coup de main parce qu’on sait que cette période-là a été particulièrement difficile pour certains d’entre eux», lance Julie Boulet, coordonnatrice du comité de relance économique de l’agglomération de La Tuque.

Aide aux loyers: le domaine de la restauration réclame des changements

Affaires

Aide aux loyers: le domaine de la restauration réclame des changements

OTTAWA — La promesse de prolonger d’un mois l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) a été accueillie avec un haussement d’épaules par le milieu de la restauration qui n’y trouve pas son compte.

«Ce n’est pas parce que les gens ne veulent pas en profiter, c’est parce que le programme a plusieurs déficiences», laisse tomber David Lefebvre, porte-parole de Restaurants Canada, association qui représente 30 000 membres à travers le pays.

Aménagement du centre-ville de Trois-Rivières: des commerçants se sentent délaissés

Affaires

Aménagement du centre-ville de Trois-Rivières: des commerçants se sentent délaissés

TROIS-RIVIÈRES — Des commerçants du centre-ville de Trois-Rivières établis sur d’autres artères que la rue des Forges se sentent délaissés et aimeraient bien que la Ville et Trois-Rivières-Centre consacrent un peu plus d’énergie afin de les aider à s’adapter à la réalité post-COVID-19.

Par contre, l’ensemble des personnes sondées par Le Nouvelliste saluent la volonté des décideurs de mettre des mesures en place afin d’aider le centre-ville – notamment par la transformation de la rue des Forges en voie piétonnière – à revivre après plusieurs mois de confinement. Elles apprécieraient tout de même que des initiatives allant dans le même sens leur permettent à eux aussi de se relever de la crise.

Piratage informatique à la SAQ : les données personnelles d'employés consultées

Affaires

Piratage informatique à la SAQ : les données personnelles d'employés consultées

La Société des alcools du Québec (SAQ) annonce avoir été la cible d'une tentative de piratage informatique il y a un mois et demi.

Dans un communiqué transmis mardi, la SAQ précise qu'aucune donnée n'a fait l'objet d'une fuite, mais que les renseignements personnels de certains employés ont pu être consultés

Le ou les pirates proviendraient de l'extérieur de l'organisation, a-t-on indiqué, et ils n'ont pu mettre la main sur aucune donnée liée à ses clients, selon une analyse menée par Cytelligence, une firme d'experts en cybersécurité.

La direction de la société d'État dit avoir obtenu les résultats de cette analyse lundi, mais avoir été informée dès la semaine dernière que des documents contenant des informations sensibles pourraient avoir été consultés lors de l'intrusion survenue le 15 mai dernier.

Celle-ci avait rapidement été détectée et bloquée par les outils de surveillance informatique de la SAQ, et la brèche a depuis été colmatée, tient-on à souligner.

Parmi les 17 documents exposés, certains contiennent le numéro d'assurance sociale, le nom, l'adresse, la date de naissance, et le montant de paie hebdomadaire d'employés tant actifs qu'inactifs.
Ces derniers doivent être contactés par la SAQ et se verront offrir un service de surveillance du crédit et d'assurance contre le vol d'identité pour une période d'un an avec Equifax.

Route des fromages du Québec: création d’une application mobile

Affaires

Route des fromages du Québec: création d’une application mobile

BÉCANCOUR — Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, a annoncé lundi l’octroi d’une aide financière de 50 000 $ au Conseil des industriels laitiers du Québec pour concrétiser son projet de mise en place de l’application mobile La Route des fromages du Québec. L’aide est accordée en vertu du Programme d’appui aux fromageries.

L’application pour téléphone mobile permettra aux utilisateurs de visualiser, à l’aide d’une carte interactive, les fromageries participant à La Route des fromages. Un consommateur pourra ainsi créer des trajets personnalisés à l’occasion de ses déplacements ou utiliser les trajets proposés pour faire la «découverte gourmande» d’une région.