Le Zoo fait l’objet d’une perquisition par la SPCA depuis le 21 mai dernier suite au dépôt d’accusations criminelles de cruauté et de négligence envers les animaux à l’égard de son propriétaire, Normand Trahan.

Zoo de Saint-Édouard: la perquisition est terminée

TROIS-RIVIÈRES — La perquisition au Zoo de Saint-Édouard est officiellement terminée. Les derniers animaux qui se trouvaient encore sur place ont été évacués, mercredi, par les agents de protection animale de la SPCA de Montréal, en collaboration avec des experts de Humane Society International (HSI). Depuis le 21 mai, environ 240 animaux ont été évacués et relocalisés sous l’étroite supervision des vétérinaires.

Le Zoo fait l’objet d’une perquisition par la SPCA depuis le 21 mai dernier suite au dépôt d’accusations criminelles de cruauté et de négligence envers les animaux à l’égard de son propriétaire, Normand Trahan.

Les déplacements d’animaux avaient été suspendus peu après le début de la perquisition. Plus précisément, Normand Trahan avait déposé une requête visant l’annulation des mandats de perquisition, le 24 mai. La SPCA de Montréal a pu reprendre son travail le 19 juin lorsqu’une décision favorable a été rendue.

Jusqu’à ce que tous les animaux soient évacués, l’équipe de l’HSI était présente quotidiennement afin de prodiguer des soins aux animaux qui étaient encore sur les lieux. Deux vétérinaires spécialisés étaient notamment sur place. Ils possédaient une expérience combinée de plus de 55 ans en médecine zoologique.

Maintenant, les animaux qui ont été relocalisés logent dans de nouveaux lieux de garde qualifiés, où ils reçoivent tous les soins spécialisés dont ils ont besoin.

Quant au propriétaire du Zoo, celui-ci sera de retour à la Cour le 16 août pour la suite des procédures judiciaires.

Rappelons que l’arrestation du Normand Trahan est le fruit d’une enquête criminelle menée par la SPCA de Montréal après la réception d’une plainte d’un visiteur du zoo. D’ailleurs, le Zoo de Saint-Édouard a aussi été l’objet de plaintes déposées au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation au fil des dernières années et aurait été visé par des condamnations de la part du ministère de la Faune.

Dernièrement, l’enquête menée par la SPCA de Montréal avance non seulement que des bêtes ont été négligées, mais que des visiteurs de l’établissement ont été attaqués par des animaux, notamment de jeunes enfants qui ont été mordus et griffés. Ce sont les informations que révèle la levée de scellés sur les mandats de perquisition, le 10 juin dernier.

De plus, la vétérinaire Marion Desmarchelier a déposé un rapport concernant l’état du Zoo de Saint-Édouard, le 5 juin. Elle a affirmé que les lieux étaient dans un mauvais état, ce qui justifie la relocalisation des bêtes. Mme Desmarchelier était présente lors de la perquisition des lieux et de l’arrestation du propriétaire. Les observations qui se trouvent dans son rapport sont en lien avec cette journée et les précédentes.

Entre autres, 170 animaux n’avaient pas accès à de l’eau non contaminée. L’eau était majoritairement contaminée par leurs selles, les selles d’autres animaux ou de carcasses en décomposition. Quelque 150 animaux n’avaient pas accès à de la nourriture de qualité minimale standard. Aussi, 158 bêtes étaient gardées dans des enclos qui n’assuraient pas leur sécurité physique. La vermine a entre autres infesté la plupart des installations, selon la vétérinaire.

Le 4 juin dernier, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail a d’ailleurs ordonné la fermeture du Zoo à cause de la défaillance des installations, ce qui mettait à risque la sécurité des gens qui s’occupaient des animaux saisis depuis le 21 mai.

En somme, il s’agirait de la première fois au Canada qu’un propriétaire de zoo soit accusé de cruauté animale criminelle et de la première fois au Québec que la poursuite pour cruauté animale soit intentée par acte criminel, selon la SPCA de Montréal.