La Ville de Trois-Rivières pourrait finalement être admissible à une subvention lui permettant de rembourser une partie de ses dépenses inhérentes aux inondations du printemps 2019, principalement l’achat de sacs de sable pour les résidences touchées par la crue des eaux.

ZIS: deux résidences sur trois veulent être exclues à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — Ce sont finalement près de 1000 demandes de révisions qui ont été présentées par des citoyens de Trois-Rivières afin d’être exclus de la nouvelle Zone d’intervention spéciale (ZIS) mise en place par décret par le gouvernement Legault à la suite des inondations du printemps 2019. En tout, 996 des 1500 résidences qui pourraient être incluses dans cette nouvelle cartographie ont présenté une demande à la Ville de Trois-Rivières, afin que cette dernière fasse part au gouvernement de leurs doléances.

Rappelons qu’au départ, pas moins de 2300 résidences trifluviennes avaient été incluses dans la ZIS, se retrouvant du même coup, aux yeux du gouvernement, en zone inondable. Or, une révision de cette carte a fait passer ce nombre de résidences à 1500 au cours de l’été, excluant un peu plus de 800 résidences d’un seul coup.

Ainsi, les deux tiers de ces 1500 résidences et institutions demandent aujourd’hui d’être exclues de la ZIS. Pour les résidents, une inclusion dans la ZIS pourrait vouloir dire des conséquences tant sur la valeur des propriétés que sur les autorisations nécessaires pour pouvoir effectuer, à l’avenir, des travaux ou des améliorations sur les propriétés et les terrains.

La Ville de Trois-Rivières a transmis, lundi soir, son mémoire au ministère de l’Environnement afin de présenter ces demandes d’exclusions, mais également une position un peu plus tranchante, réclamant du gouvernement que la Ville soit tout simplement exclue de cette nouvelle cartographie et qu’elle puisse continuer d’opérer la gestion de son territoire selon les zones déjà existantes et reconnues au schéma d’aménagement en 2017 par le gouvernement. Une demande qui avait au préalable été formulée directement à la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest.

«Lorsque nous avions présenté cette demande, nous avions senti une bonne écoute et beaucoup de respect», note le maire Jean Lamarche, soulignant se montrer positif à ce que cette demande puisse éventuellement être acceptée, alors que des précédents existent déjà notamment sur la rive sud de Montréal, ajoute-t-il.

Pyrrhotite

Le mémoire déposé lundi soir par la Ville de Trois-Rivières comprenait de nombreux documents permettant de soutenir la position de la Ville, mais également des informations au sujet du questionnement soulevé par les résidences touchées par la pyrrhotite et qui se retrouvent présentement dans les zones visées par la ZIS.

«Il y a un enjeu de ce côté-là, car certaines résidences avaient déjà donné des contrats pour soulever les maisons. Mais si la maison se retrouve dans la ZIS, ça change la nature des travaux à réaliser. Alors ce qu’on dit à ces gens présentement, c’est d’attendre de voir ce qui va survenir avec la ZIS», précise le maire Lamarche, qui ajoute que les coûts des travaux nécessaires pour remettre aux normes les maisons affectées par la pyrrhotite et comprises dans cette zone pourraient passer du simple au double, en raison de la nature des travaux exigés.

Subvention

Par ailleurs, la Ville de Trois-Rivières pourrait finalement être admissible à une subvention lui permettant de rembourser une partie de ses dépenses inhérentes aux inondations du printemps 2019, principalement l’achat de sacs de sable pour les résidences touchées par la crue des eaux. La haute direction de la Ville a reçu de nouvelles informations lundi en ce sens, alors que ces dépenses n’étaient auparavant pas admissibles. Le tout sera étudié au cours des prochains jours pour évaluer ce à quoi la Ville aura réellement droit.

Rappelons que l’achat de sacs de sable a représenté des dépenses frôlant les 400 000$ au printemps dernier.

Le conseil municipal, par la voix de la conseillère Maryse Bellemare, a souligné mardi soir, en séance publique, l’excellent travail des équipes de la Ville qui ont contribué à l’organisation de la soirée de consultation tenue le 13 août dernier et qui a rassemblé plusieurs centaines de citoyens au CECI de l’hôtel Delta de Trois-Rivières.