Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, est le sacristain de l’église paroissiale.

Yvon Deshaies invite Tom Harding à Louiseville

Louiseville — «Ce monsieur, je peux le prendre sous mon aile. Je lève le flag pour l’aider.»

Se disant touché par la cause de Thomas Harding, Yvon Deshaies se dit prêt à soutenir le conducteur du train impliqué dans l’explosion de Lac-Mégantic, lui qui vient d’être condamné à purger six mois de prison dans la collectivité relativement à la loi sur la sécurité ferroviaire. Le maire de Louiseville affirme avoir pris des ententes avec un hôtelier et des restaurateurs locaux pour loger et nourrir gratuitement Thomas Harding durant cette période de six mois et il veut l’aider à réaliser les 240 heures de travaux communautaires, une condition faisant partie de la peine qui lui a été infligée lundi au palais de justice de Lac-Mégantic.

«J’ai trouvé mon monde, on est capable de faire quelque chose. Je suis paré à l’aider. Quand j’ai vu des migrants illégaux arriver au Canada, on s’en est occupé. Le maire Coderre (Denis, l’ex-maire de Montréal) les a reçus, on les a embarqués dans des autobus, on les a logés, et ils arrivaient des États-Unis. Si je peux l’aider, ça va me faire plaisir. Montréal s’est occupée de centaines de personnes, je peux bien en prendre un», raconte M. Deshaies, qui ne connaît pas Thomas Harding, mais qui veut le retracer, avec l’aide d’employés municipaux, pour le contacter personnellement.

Yvon Deshaies n’en est pas à ses premières sorties publiques sur différents sujets d’actualités, comme son appui au président américain Donald Trump, au rétablissement de la peine de mort pour certains crimes précis et à la légalisation du cannabis. Il s’est senti concerné par le procès en cour criminelle de M. Harding à la suite duquel le chauffeur de train a été acquitté. «J’ai suivi la cause. Il y a goûté. Ce gars a été malmené par la justice. Mais la population de Lac-Mégantic ne le reconnaît pas coupable.»

Le maire de Louiseville est aussi le sacristain de l’église paroissiale. C’est à cet endroit que Thomas Harding pourrait faire ses heures de travaux communautaires, soutient M. Deshaies. «J’en ai des gens à l’église avec des travaux communautaires à faire. Il pourrait faire des travaux de ménage, d’entretien», ajoute M. Deshaies, qui affirme que cette aide à offrir à M. Harding n’entraînera pas de frais publics.

Pas inquiété par le chemin de fer
La tragédie de Lac-Mégantic a évidemment suscité de nombreuses réactions de la part de maires dont la municipalité est traversée par un chemin de fer. Comme c’est le cas pour plusieurs municipalités de la région, un chemin de fer passe sur le territoire de Louiseville, une situation qui n’inquiète pas le maire Deshaies.

«Le convoi n’est pas dangereux ici. C’est rare qu’il passe du pétrole. Et s’il en passe, ce n’est pas un wagon derrière l’autre. Ici, le train modère sa vitesse, la ligne est droite, ça ne descend pas une côte. S’il y avait un déraillement, ce serait moins dur», croit-il.