Yvon Deshaies

«Yvon, c'est Yvon»

Pour la majorité des conseillers louisevillois, les commentaires d'Yvon Deshaies sur le cannabis sont attribuables à une maladresse.
Charles Fréchette
Murielle Bergeron Milette
Le maire de Louiseville commence à être connu pour ses sorties à l'emporte-pièce sur certains sujets comme son appui au rétablissement de la peine de mort et son soutien au président américain Donald Trump.
Le conseiller Charles Fréchette dit ne pas partager les récents propos de M. Deshaies captés par une vidéo concernant la légalisation du cannabis.
«En lisant l'article ce matin (jeudi), je pense que le commentaire que je peux faire est que Yvon, c'est Yvon. Il a son franc-parler. Là, c'est une maladresse. Il devra être plus vigilant à l'avenir. Quand on est une personne publique, il faut faire attention à la façon dont on s'exprime.»
Murielle Bergeron Milette estime elle aussi qu'Yvon Deshaies a été maladroit de s'exprimer de la sorte. La conseillère rappelle avoir transmis un petit conseil au maire il y a quelques jours à peine.
«Je lui ai dit de faire attention à ce qu'il dit. Je lui ai dit la semaine dernière. Mais Yvon, c'est un livre ouvert», raconte Mme Bergeron Milette, qui partage le point de vue de Charles Fréchette à propos de l'opinion de Michel Nadeau, le directeur général de l'Institut sur la gouvernance.
«M. Nadeau fait une très bonne analyse de la situation, croit M. Fréchette. Il ne le louange pas, mais il reconnaît que c'est une maladresse.»
Françoise Hogue Plante
Gilles A. Lessard
Françoise Hogue Plante se dissocie des récents propos émis par Yvon Deshaies. Du même souffle, la conseillère croit que le maire de Louiseville a été victime de sa naïveté.
«Je suis certaine qu'il le regrette énormément. Ce sont des paroles irréfléchies. Il va en tirer une leçon. Mais ça m'a fait de la peine de voir qu'il a dit ça, que ça lui arrive et que ça sort en public. Il a dit ça pour faire son drôle. Des fois, ce n'est pas toujours drôle. Mais ce n'est pas malin. Yvon veut toujours servir les gens, sans jamais déplaire.»
Gilles A. Lessard a avoué sa surprise de lire les récentes déclarations du maire Deshaies. Tout en ne les partageant pas, il ne les juge pas. Mais pour avoir rencontré plusieurs personnes jeudi matin, il sait que les propos ont suscité beaucoup de réactions.
«Je n'ai pas entendu de propos favorables au maire. Les réactions n'étaient pas positives, les gens ne partagent pas l'idée du maire. Mais ils ne lui jettent pas la pierre plus que ça non plus.»
Si quelques conseillers pensent qu'Yvon Deshaies a été piégé en étant filmé ainsi, Françoise Hogue Plante et Murielle Bergeron Milette ne croient pas qu'Yvon Deshaies doit remettre sa démission. Charles Fréchette et Gilles A. Lessard n'ont pas l'intention de demander au maire de quitter son siège.
Le principal intéressé rejette l'idée de démissionner pour cette histoire. Le maire de Louiseville assure qu'il a été filmé à son insu, même si les images de la vidéo peuvent laisser croire le contraire.
«Je n'étais pas au courant que j'étais filmé, dit Yvon Deshaies. Aujourd'hui, il y a des téléphones intelligents partout, mais je ne suis pas habitué à ça. Si, quand j'ai lâché ça (ses commentaires sur le cannabis), j'avais su que le gars me filmait, je n'aurais peut-être pas dit ça. J'aurais fait attention.»
André Lamy préfère ne pas commenter ce dossier. Pour sa part, le conseiller Jean-Pierre Gélinas est en convalescence. Le Nouvelliste n'a pu obtenir sa réaction.
Si deux conseillers n'ont pas livré leur opinion sur le sujet, les citoyens ont été nombreux à réagir sur les réseaux sociaux. Les commentaires étaient partagés entre ceux qui dénoncent les propos d'Yvon Deshaies et ceux qui mettent l'accent sur sa sincérité.