Le nouveau député de Berthier-Maskinongé, Yves Perron, et l’ancienne députée Ruth-Ellen Brosseau se sont rencontrés mercredi dans les bureaux de Louiseville, pour la passation des dossiers.

Yves Perron et Ruth Ellen Brosseau font la passation des dossiers dans la collaboration

Louiseville — La passation des dossiers entre l’ancienne députée néodémocrate de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, et le nouveau député bloquiste Yves Perron est maintenant chose faite. Les deux adversaires politiques se sont rencontrés mercredi dans les bureaux de Louiseville afin de s’assurer d’un transfert efficace des informations. Une rencontre qui, malgré la défaite électorale, était importante pour Ruth Ellen Brosseau.

«C’était important pour moi de le faire. J’ai pris le temps avec M. Perron et son équipe de transmettre les dossiers citoyens et également les dossiers de comté, de bien transmettre l’information. J’ai également manifesté mon ouverture et ma disponibilité pour le futur s’il devait avoir besoin d’information ou de précisions dans certains dossiers», mentionne Mme Brosseau.

Bien que légalement, la députée défaite n’était pas obligée de procéder de la sorte, elle a tenu à le faire par respect pour les citoyens de Berthier-Maskinongé. «C’est certain que sur le coup, la défaite peut être intense. Mais en politique, nous sommes au service des citoyens. C’est important de les respecter, on le doit bien aux citoyens. Le comté de Berthier-Maskinongé est vaste et il y a de beaux projets qui s’en viennent et je souhaite que M. Perron puisse partir avec une bonne fondation. Je lui souhaite beaucoup de succès», a-t-elle déclaré en entrevue téléphonique au Nouvelliste.

Le nouveau député a lui-même qualifié cette rencontre de cordiale, et dit avoir apprécié l’ouverture de Ruth Ellen Brosseau dans les circonstances.

«On a toujours fait de la politique sur le contenu, et la relation était déjà cordiale», constate celui qui dit avoir apprécié qu’elle remette également certains contacts afin de poursuivre le développement des dossiers en cours, comme le déploiement du réseau Internet et cellulaire, le dossier des berges, certains dossiers d’infrastructures de même que les quelques dossiers citoyens toujours en cours au moment des élections.

Yves Perron entend reprendre les locaux de l’avenue Saint-Laurent à Louiseville comme bureaux de circonscription. Le bureau satellite de Lavaltrie sera quant à lui fermé pour laisser place à un nouveau concept de bureaux rotatifs. «Nous avons un très vaste comté et autant les gens de Lanaudière veulent nous voir que les gens de Saint-Mathieu-du-Parc, par exemple. On souhaiterait donc louer des locaux quelques jours à l’intérieur d’organismes communautaires de chaque municipalité et assurer une présence rotative dans les différentes localités. Ça devient du même coup une façon pour nous de financer les organismes communautaires, et nous ferons savoir à l’avance notre présence dans les municipalités aux citoyens qui souhaitent nous rencontrer sans avoir à se déplacer à Louiseville», explique M. Perron, qui s’est récemment fait attribuer les responsabilités pour les dossiers d’agriculture, d’agroalimentaire et de gestion de l’offre au sein du Bloc québécois.

Louise Charbonneau au CECI

La députée de Trois-Rivières, Louise Charbonneau a quant à elle décidé d’établir ses quartiers généraux au Centre d’événements et de congrès interactifs (CECI), de l’hôtel Delta à Trois-Rivières. La députée et son équipe ont d’ailleurs signé un bail jeudi après-midi pour des locaux à l’intérieur de cet établissement.

Louise Charbonneau a donc choisi de ne pas reprendre le bail des locaux de l’ancien député néodémocrate Robert Aubin sur la rue Bonaventure, bureaux qui étaient également occupés par l’ancienne députée Paule Brunelle avant lui. «On souhaitait assurer le plus d’accessibilité possible à nos bureaux, et avec la présence du terminus de la STTR, les gens auront tout le loisir de venir en transport en commun vers nos locaux qui sont également accessibles pour les personnes à mobilité réduite. On se retrouve au cœur du centre-ville et près de toutes les activités», est d’avis Mme Charbonneau.

Cette dernière admet ne pas avoir encore procédé à la passation des dossiers avec Robert Aubin, justifiant avoir été très occupée depuis l’élection, notamment avec plusieurs formations à Ottawa, des présences dans de nombreuses activités et l’embauche de son personnel de bureau. «Mais ça va se faire au cours des prochains jours», assure-t-elle.

Joint à son domicile, Robert Aubin dit être toujours ouvert à collaborer avec la nouvelle députée.

«Toutes les portes lui ont été ouvertes depuis l’élection afin de pouvoir se rencontrer et faire la passation des dossiers. Ma porte demeure ouverte, mais mes employés politiques ont terminé leur lien d’emploi le 4 novembre. S’il doit y avoir un contact avec eux, je ne pourrai pas l’imposer parce que tout va devoir se faire sur une base bénévole pour eux», précise-t-il.