Yves Perron est le nouveau président du Bloc québécois.

Yves Perron élu président du Bloc

TROIS-RIVIÈRES — La lourde tâche de présider le Bloc québécois après la crise qui l’a lourdement ébranlé a été confiée à Yves Perron, actuel président de la formation politique indépendantiste dans Berthier-Maskinongé.

Celui qui avait représenté le Bloc dans cette circonscription lors des élections fédérales en 2015 a été élu président national du parti au terme du congrès qui s’est déroulé le week-end dernier. Il succède donc à Mario Beaulieu à titre de président. Ce dernier demeurera chef intérimaire jusqu’au terme de la prochaine course à la chefferie qui débutera en janvier.

Très heureux d’avoir été choisi par les membres de son parti, M. Perron affirme que son élection ainsi que le dernier congrès constituent le début d’une nouvelle ère de collaboration au Bloc québécois. Il espère donc que le passage de Martine Ouellet à la chefferie sera rapidement oublié.

«Je suis de ceux qui ont travaillé tout au long de la dernière année afin que l’unité soit préservée. Dans les circonstances, je suis celui qui rassemblait le plus», mentionne-t-il.

Il se dit cependant conscient que les crises qui ont ponctué le règne de Martine Ouellet ont laissé des séquelles qui ne sont pas encore disparues.

«Il nous faudra du temps pour nous remettre, mais nous allons y arriver. Tous ensemble, en se centrant sur ce qui nous unit plutôt qu’en mettant l’accent sur les choses qui nous ont divisés. L’heure est au rassemblement. L’objectif étant de faire élire une large députation en 2019, il faut réunifier les troupes et rétablir cette institution qui sert les Québécoises et les Québécois depuis 1991. [...] Nos adversaires sont les autres partis», indique M. Perron.

Refondation du parti
Les militants ont pris un pari risqué lors du congrès en décidant de se lancer dans un processus de refondation du Parti québécois.

«Nous allons, à travers la refondation, nous redéfinir, nous renouveler, remettre nos finances à flot, élargir la base de nos membres et restaurer notre image publique. C’est très novateur comme démarche. On remet tout en question. On va revoir tous nos statuts et notre programme. On part avec une déclaration de principes de quatre points et on va bâtir là-dessus», poursuit M. Perron.

Québec Debout de retour?
En tournant la page sur l’ère Ouellet, le nouveau président espère que les cinq députés qui ont claqué la porte et qui ont fondé le parti Québec debout regagneront les rangs du Bloc québécois. Il confie d’ailleurs que des communications ont eu lieu entre les deux parties depuis son élection.

«La balle est dans leur camp», mentionne-t-il.

Faisant partie des démissionnaires, le député de Bécancour–Nicolet–Saurel, Louis Plamondon, soutient que ce changement à la tête du Bloc québécois est une bonne chose. Il n’est cependant pas en mesure de dire s’il va réintégrer les rangs du parti qu’il a fondé au tournant des années 1980. Les cinq députés démissionnaires se rencontreront pour discuter de cette question ce jeudi.

«C’est un pas dans la bonne direction. Yves est un type que j’admire pour son travail et sa façon de travailler», confie M. Plamondon.