Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Yves Lévesque
Yves Lévesque

Yves Lévesque dit «non» aux conservateurs provinciaux

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — L’ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque maintient qu’il sera candidat conservateur au fédéral aux prochaines élections et non au provincial, comme une rumeur le laisse entendre depuis quelques jours. Le principal intéressé souligne qu’il n’a qu’une parole et qu’il s’est déjà engagé avec la formation dirigée par Erin O’Toole.

M. Lévesque a toutefois confirmé, comme il l’avait fait dans une intervention sur la station CHOI FM, qu’il avait discuté avec le candidat à la direction du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime.

«Il aimerait ça que je saute dans l’arène. Il a de bonnes idées, il est dynamique. C’est intéressant. Il m’a posé des questions. C’est flatteur, c’est signe qu’on s’est sûrement démarqué en quelque part. Mais mon cœur est au fédéral», laisse-t-il entendre.

«Les dossiers que je voulais faire avancer comme maire et que je veux encore faire avancer, la seule façon de les faire avancer, c’est par le fédéral. La santé, l’éducation, alléger la bureaucratie...», énumère-t-il.

Ce respect envers l’homme, on le sent également quand on interroge Éric Duhaime au sujet de l’ex-élu trifluvien.

«Je le connaissais un peu de mon passé de radio. C’est prématuré de dire qu’il aurait pu être un candidat, mais c’est assurément quelqu’un qui a de la vision, qui ajouterait de la crédibilité, de la notoriété, qui connaît les gens et la politique. J’ai intérêt à profiter de son expérience et de ses conseils», précise l’ancien animateur, qui souligne n’avoir entretenu qu’«une discussion philosophique» avec Yves Lévesque, il y a quelques semaines.

Éric Duhaime ne perçoit pas de problématique à voir Yves Lévesque être intéressé par le fédéral tout en pouvant contribuer au parti provincial qu’il souhaite diriger.

«Il n’y a pas de lien organique entre le Parti conservateur fédéral et provincial, mais c’est sûr qu’il y a beaucoup d’affinités idéologiques des deux côtés. Je comprends que, pour un candidat, de choisir entre le provincial et le fédéral, c’est difficile. Je vois ça positif qu’il ait suffisamment d’intérêt pour discuter», explique-t-il.

Ce dernier prévoit d’ailleurs profiter des connaissances de la Mauricie de M. Lévesque au cours des prochaines semaines.

«Que ce soit comme candidat ou pas, ses conseils seront précieux», laisse tomber celui qui a déjà été stratège pour l’Action démocratique du Québec au temps de Mario Dumont.

Critique envers la gestion de crise de la CAQ

Yves Lévesque estime que le gouvernement provincial manque de cohérence dans sa gestion de la COVID-19.

«Tu es en zone rouge, mais tu peux faire des choses quand même. Ça ne fait pas de sens. Si tu es d’une certaine couleur, sois-le. Tu dois être cohérent parce que les citoyens ne comprennent plus.»

L’ancien maire de Trois-Rivières assure toutefois qu’il critique davantage le système.

«Si la recette qui est en place depuis des années ne fonctionne pas, il faut la changer! C’est la structure, le problème, pas les gens. Il semble y avoir plus de chefs qu’il n’y a d’indiens.»