Sacki Carignan-Deschamps alors qu’elle était candidate pour le Bloc québécois dans la circonscription Saint-Maurice-Champlain en 2015.

Yves-François Blanchet: «Un bouffon de Radio Cadenas»

Trois-Rivières — L’ancienne candidate pour le Bloc québécois dans Saint-Maurice-Champlain, Sacki Carignan-Deschamps, ne s’est pas gênée pour critiquer Yves-François Blanchet sur Facebook. Elle l’a qualifié notamment de «bouffon».

«Pour un Roi, il n’a pas tant de neurones ce bouffon de Radio Cadenas. Son plus grand exploit: gérant d’Éric Lapointe. Wow! Toute une candidature. A contrario, M. Jean-Jacques Nantel est un ingénieur géologue qui a eu une brillante carrière internationale. Preuve que nos bourgeois ont bien mauvais goût», a-t-elle écrit, mercredi, tout en invitant les internautes à partager.

Elle critique d’ailleurs le passé académique du nouveau chef. «M. Yves-François Blanchet, candidat à la chefferie du Bloc québécois, n’a même pas fait un BACC disciplinaire complet, contrairement à ce qu’il laisse entendre, il n’a obtenu qu’un bacc par cumul de crédits de l’Université de Montréal, et ce, de peine et de misère», a-t-elle écrit. Elle en a rajouté dans une autre publication Facebook.

Mme Carignan-Deschamps s’est impliquée dans la campagne de Jean-Jacques Nantel qui n’a finalement pas rempli toutes les exigences pour être candidat à la direction du Bloc. Jointe au téléphone, elle n’a pas renié ses écrits. À la question si elle était déçue du couronnement de M. Blanchet, elle a répondu qu’elle trouve le mot déçu un peu faible. Et pour quelles raisons? «Les raisons sont tellement vastes. Premièrement, parce que je trouve que c’est quelqu’un qui, même dans sa chronique aux Ex ou dans d’autres parutions, n’a jamais hésité à faire du millage sur le dos de la souveraineté quand ça pouvait le servir. Je n’ai jamais senti dans son discours qu’il était un véritable indépendantiste. J’ai plutôt trouvé qu’il savait se placer au bon moment, au bon endroit pour obtenir ce qu’il avait envie, c’est-à-dire de l’argent, du succès, de la lumière, des caméras. Donc, je ne le perçois pas du tout comme un patriote», a-t-elle expliqué.

Mme Carignan-Deschamps se décrivait en mars comme conseillère au sein du comité exécutif de l’association bloquiste de la circonscription de Saint-Maurice–Champlain. C’est elle qui commentait dans les médias la position de l’exécutif de cette circonscription lors de toute la controverse entourant le leadership de Martine Ouellet. Elle affirme toutefois ne plus s’impliquer au sein de l’exécutif depuis plus d’un an. Elle est toujours membre du parti. Sa carte de membre vient à échéance en 2020, et elle ne sait pas encore si elle va la renouveler.

Mme Carignan-Deschamps, qui avait terminé troisième lors des élections fédérales de 2015 avec 19,2 % des votes, n’en est pas à ses premières frasques sur Facebook. À la suite de l’élection, elle avait qualifié un citoyen de Shawinigan de «poor fucking dick» et de «asshole».

Invité à commenter, M. Blanchet a déclaré: «L’insulte est l’argument de ceux qui n’en ont pas». Le Nouvelliste a par ailleurs appris au président du parti, Yves Perron, les commentaires de l’ancienne candidate. «Je ne veux pas donner d’importance à une personne qui tient de tels propos, mais je trouve ça tout de même déplorable.»

Avec la collaboration de Mathieu Lamothe