Yves-François Blanchet

Yves-François Blanchet songe à la chefferie du Bloc

L’ex-péquiste et analyste politique Yves-François Blanchet prend une pause de toutes ses collaborations avec les médias pour réfléchir à l’idée de briguer la chefferie du Bloc québécois.

Sollicité à de nombreuses reprises par le Bloc, M. Blanchet a cette fois décidé de réfléchir sérieusement. Il se retire donc temporairement de l’émission Les Ex, à Radio-Canada, de ses collaborations à la radio et suspend sa chronique du samedi publiée dans tous les quotidiens du Groupe Capitales Médias, dont Le Soleil

Comme sa décision de retourner ou non en politique n’est pas prise, M. Blanchet n’a pas voulu accorder d’entrevue au Soleil mardi. Il précise toutefois que sa réflexion sera rapide, soit quelques jours seulement. 

Le Bloc québécois se réjouit d’apprendre que M. Blanchet pourrait être sur les rangs. «C’est une candidature très appréciable», indique l’attaché de presse du Bloc Antoni Gilbert. 

Originaire de Drummondville, M. Blanchet a eu une carrière dans le milieu de la musique et des communications avant de faire de la politique. Il a notamment été président de l’Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) de 2003 à 2006.

Militant de la première heure au Parti québécois, il a été élu député en 2008 et est devenu ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs en 2012 dans le gouvernement de Pauline Marois. Il a toutefois perdu ses élections en 2014. 

La course à la chefferie du Bloc québécois commence le 14 décembre prochain pour se terminer en février, lors du grand congrès de refondation du Bloc. 

Pour l’heure, l’ex-candidat péquiste dans Portneuf Christian Hébert est sur les rangs, tandis que le député bloquiste de Terrebonne Michel Boudrias songe lui aussi à briguer la chefferie afin de succéder à Martine Ouellet. 

+

DE L'ESPOIR CHEZ LE BLOC

OTTAWA - Une possible candidature de l'ex-député du Parti québécois suscite de grands espoirs au Bloc québécois après des mois de déchirements. Le chef intérimaire Mario Beaulieu y voit le signe que le parti a réussi à tourner la page depuis sa réunification en septembre.

Selon une source proche du parti, M. Blanchet aurait déjà des appuis au sein du caucus bloquiste. Il en sera d'ailleurs question lors de la réunion hebdomadaire des députés mercredi. Plusieurs bloquistes tenteraient de le convaincre de faire le saut.

Questionné à sa sortie de la période des questions, le député Rhéal Fortin n'a pas voulu révéler s'il était l'un des députés qui l'appuient. «On va le laisser réfléchir et une fois qu'il aura complété sa réflexion, on verra», a-t-il affirmé en souriant.

M. Blanchet n'avait pas ménagé ses critiques envers l'ex-chef du Bloc québécois Martine Ouellet, lors de la crise qui a secoué le parti, ce qui pourrait déplaire aux militants qui appuyaient Mme Ouellet. Le chef intérimaire a tenté depuis de rapprocher les deux camps qui se sont opposés durant près de huit mois.

Yves-François Blanchet est devenu commentateur après sa carrière en politique québécoise. Il a été député du Parti québécois de 2008 à 2014 et a été ministre de l'Environnement au sein du gouvernement minoritaire de Pauline Marois.

D'autres candidats se sont montrés intéressés à devenir chef du Bloc québécois. C'est le cas de Christian Hébert, un agriculteur de la région de Portneuf. Le député Michel Boudrias, quant à lui, n'a pas fermé la porte. La Presse canadienne