Paul Carbonneau, maire de Yamachiche.
Paul Carbonneau, maire de Yamachiche.

Yamachiche et l'eau de la Régie de Grand Pré: la Commission municipale dans le dossier

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Yamachiche — Yamachiche fait appel à la Commission municipale du Québec afin de régler la question du volume supplémentaire d’eau qu’elle veut obtenir de la Régie d’aqueduc de Grand Pré.

Avec l’agrandissement de l’usine Olymel, Yamachiche a besoin de plus d’eau. La Régie accepte de fournir non plus 500 000 gallons d’eau par jour, mais 800 000 gallons par jour.

La mésentente repose sur le fait que la Régie limite la fourniture quotidienne à 800 000 gallons. Yamachiche voudrait que ce volume quotidien soit calculé sur une moyenne mensuelle ou annuelle. Cela lui permettrait de consommer davantage d’eau durant certains jours et moins d’autres jours pour en arriver à une moyenne de consommation de 800 000 gallons par jour.

C’est cet aspect que Yamachiche veut faire valoir. Un conciliateur du gouvernement vient d’être nommé pour s’occuper de ce dossier.

«Avec 800 000 gallons d’eau, la Régie a fait un calcul qui donne 42 litres d’eau par seconde. On n’est pas satisfait de ça. Ça ne nous laisse aucune marge de manœuvre. S’il arrive un incendie, ce sont des délais supplémentaires pour aviser la Régie afin de débloquer plus d’eau. De plus, il y a moins de demandes la nuit, on perd ce volume d’eau. On ne peut pas en prendre plus le jour et moins la nuit. C’est 42 litres par seconde, point final», déplore le maire de Yamachiche, Paul Carbonneau.

Barbara Paillé, présidente de la Régie.

Le développement d’ATrahan et celui de l’ensemble de la localité justifient cette requête, selon lui.

«On demande 800 000 gallons par jour calculés sur une base mensuelle ou annuelle, c’est comme la Régie le veut. On a proposé à la Régie d’essayer le réseau durant six mois, ne pas le bloquer du tout, pour voir comment ça se comporte. Il n’y a pas d’ouverture de la Régie.»

Selon M. Carbonneau, l’argent des contribuables qui sert à couvrir les frais associés aux recours juridiques, aux experts et aux avocats pourrait être utilisé à d’autres fins.

«La Régie aurait pu trouver un puits ou deux de plus avec cet argent dépensé.»

La présidente de la Régie, Barbara Paillé, refuse de commenter ce dossier étant donné qu’il est entre les mains d’un conciliateur. Mme Paillé a déclaré lors d’entrevues précédentes que la Régie est prête à fournir un maximum de 800 000 gallons par jour à Yamachiche. En imposant cette limite, la Régie dit agir en respect de sa capacité à fournir de l’eau et en respect de ses obligations en fourniture d’eau à ses six autres membres.

Yamachiche demande le concours de la Commission municipale pour une deuxième fois en moins d’un an à propos d’un litige avec la Régie d’aqueduc de Grand Pré. Durant l’automne 2018, les deux parties ne s’entendaient pas sur le mécanisme de pénalité relié au dépassement du volume de consommation d’eau par une municipalité membre. Cet aspect est réglé depuis quelques semaines avec la signature d’une nouvelle entente pour le maintien des opérations.