La quatrième saison du Whomboozle s’est conclue avec la présentation d’un épilogue.

Whomboozle: un don de 1000 $ pour la SPA Mauricie

TROIS-RIVIÈRES (PP) — Le dernier match officiel de la saison 2019 du Whomboozle: Improvisation divine s’est tenu le 8 août dernier et a connu une fin des plus heureuses. À l’issue de ce quatrième été, le regroupement d’improvisateurs a remis un montant de 1000 $ à la Société protectrice des animaux (SPA) de la Mauricie.

Cette année, comme l’an dernier, c’est le thème de la saison du Whomboozle qui a inspiré l’organisme choisi pour offrir le don. L’an dernier, le thème des fruits avait conduit à un octroi de 700 $ à Moisson Mauricie, alors que cette année, c’est le thème insolite des chats qui a mené l’organisation à offrir 1000 $ à la SPA Mauricie. Le Whomboozle a cependant effectué son premier don lors de sa deuxième édition lorsque 300 $ ont été remis à la Société de prévention du suicide. Pour les deux cofondateurs du Whomboozle, Louis-Étienne Villeneuve et Alexandre Laramée Zouéki, il est capital de se servir d’un tel rassemblement pour redonner à des fondations qui en ont besoin.

C’est lors du dernier match officiel de la saison 2019 du Whomboozle que le don à la SPA Mauricie a été annoncé.

Le Whomboozle: Improvisation divine regroupe un grand nombre d’improvisateurs provenant d’une panoplie de ligues en Mauricie et a pour mission de présenter une forme d’improvisation différente de tout ce qui se fait ailleurs dans le monde. Ainsi, les joueurs sont appelés à présenter des scènes les sortant de leur zone de confort grâce à des défis inusités lancés par le dieu de l’improvisation, Whomboozle. «La prémisse de ce spectacle d’improvisation est de ne jamais se sentir confortable. Quand on acquiert une certaine expérience en improvisation, on intègre des réflexes et des mécanismes qui font en sorte qu’on n’improvise plus réellement. Nous avons donc voulu démontrer qu’il existe des situations où même des improvisateurs d’expérience peuvent se sentir intimidés par la contrainte», explique Louis-Étienne Villeneuve. C’est le café ludique Les mauvais perdants de Trois-Rivières qui a été le théâtre de ces matchs d’improvisation bien particuliers cet été.

Depuis quatre ans, ce concept connaît d’ailleurs une croissance constante et attire des foules de plus en plus imposantes. «J’ai l’impression que ce qui permet le développement du Whomboozle, c’est la grande implication de notre public dans le jeu. Ici, on demande aux spectateurs de crier, de danser et d’être complices des contraintes imposées aux joueurs. Le public se sent donc une partie du spectacle et est séduit par la prémisse un peu ridicule de ce dieu de l’impro.»

Par ailleurs, cette création exclusive à Trois-Rivières est là pour y rester. Toutefois, les membres de la troupe seraient intéressés à effectuer une tournée dans les prochaines années afin de surprendre d’autres communautés. Chose certaine, cette improvisation divine sera de retour l’an prochain avec un concept encore plus éclaté qu’avant. Entre autres, certains invités spéciaux qui ont fait fureur dans les dernières saisons devraient revenir faire face au Whomboozle à l’occasion du cinquième anniversaire.