Une présentation en direct sur les réseaux sociaux a été faite en atikamekw et en français pour rassurer la population de Wemotaci.
Une présentation en direct sur les réseaux sociaux a été faite en atikamekw et en français pour rassurer la population de Wemotaci.

Wemotaci rouvre ses écoles et prend des mesures de confinement plus strictes

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Wemotaci — Une semaine et demie après avoir vu leur école fermée de façon préventive, les enfants de la communauté atikamekw de Wemotaci pourront à nouveau se rendre en classe, jeudi matin.

La communauté avait en effet pris cette décision après que des cas de COVID-19 se soient déclarés, même si ceux-ci n’avaient aucun lien avec le milieu scolaire.

Les maisons abritant souvent plus d’une famille, ce qui fait en sorte que des aînés peuvent côtoyer des jeunes d’âge scolaire, le comité des mesures d’urgence de Wemotaci avait recommandé cette mesure.

Ainsi, une nouvelle mesure d’isolement pour l’ensemble de la maisonnée, advenant qu’un membre ait reçu un test positif d’infection de la COVID-19, a été adoptée par le conseil de bande, mardi soir, afin de limiter les risques de transmission communautaires.

«Il y avait des questionnements. Parce que des gens se promenaient alors qu’un membre de leur maisonnée se trouvait en isolement», précise le chef de mission des communications du comité des mesures d’urgence, Yvon Dubé.

Maintenant que la situation s’est stabilisée et qu’un dépistage massif a été fait auprès de 80 membres du personnel des deux écoles de la communauté, il a été décidé de retourner les élèves en classe alors qu’ils faisaient leur apprentissage à distance depuis le 16 novembre.


« Il y en avait beaucoup qui hésitait à envoyer leurs enfants à l’école. C’est pour ça que nous avons voulu les rassurer et sensibiliser les parents à l’absentéisme »
Yvon Dubé

Une présentation en direct sur Facebook s’est d’ailleurs tenue en atikamekw et en français, mercredi, en fin de journée, de concert avec le centre de santé. Celle-ci avait pour objectif de présenter les mesures sanitaires dans les écoles afin de rassurer la population à l’effet que les enfants sont en sécurité.

«Il y en avait beaucoup qui hésitait à envoyer leurs enfants à l’école. C’est pour ça que nous avons voulu les rassurer et sensibiliser les parents à l’absentéisme», a ajouté Yvon Dubé.

Les classes devaient reprendre lundi, à l’école primaire Seskitin et l’école secondaire Nikanik, mais leur réouverture a été retardée à jeudi puisque des cas de coronavirus se sont déclarés auprès de membres du personnel du centre administratif.