Equifax n'a pas été à la hauteur, a déclaré le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, en conférence téléphonique avec les médias.

Vol de données chez Desjardins: rien pour calmer l’angoisse

Pas d’aide psychologique, pas de groupe d’entraide, pas de réunion d’information, ni même de mesures supplémentaires en cas de vol d’identité. À l’exception du programme de surveillance gratuit de cinq ans chez Equifax et du centre d’appel bonifié en personnel pour accompagner les victimes, Desjardins ne compte pas offrir de soutien additionnel aux 2,9 millions de membres touchés par la fuite de renseignements personnels.

«Si des membres ont des préoccupations, on les invite à communiquer par téléphone au 1-800-caisses», laisse tomber Jean-Benoît Turcotti, conseiller en communications chez Desjardins.

Le Mouvement se dit «sensible aux inquiétudes des membres», mais n’entend pas accorder un suivi psychologique à celles et ceux concernés par la fuite de renseignements personnels.

En conférence téléphonique vendredi, le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a annoncé une série de mesures visant à accélérer l’activation des forfaits de surveillance d’Equifax. Une solution permanente de protection de données et de renseignements personnels est également en construction (voir autre texte).

«Si des personnes sont victimes d’un vol d’identité avéré, elles pourront bénéficier d’un soutien psychologique», ajoute M. Turcotti. L’Assistance vol d’identité est un des avantages exclusifs aux membres. Mais ce «privilège» existait bien avant la fuite.

Aucun cas de vol d’identité

«L’identité n’est pas banale. Elle est ce qu’on a de plus individuel, de plus inébranlable», explique Christine Grou, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec. Desjardins ne dénombre aucun cas de vol d’identité depuis la brèche. Mais la simple possibilité de se faire usurper son identité peut devenir anxiogène pour certains.

Lise Lemieux* est «de la génération de la petite caisse scolaire». Elle a vieilli avec les valeurs du mouvement coopératif. Elle y croyait, dit-elle. Depuis que ses informations ont été volées, toutefois, elle vit dans l’angoisse. «Quand j’ai réalisé que j’étais touchée, j’étais toute seule sur le trottoir. Je savais que c’était gros. J’étais désemparée.»

Tous ses avoirs sont rangés chez Desjardins. Pour assurer sa retraite, Mme Lemieux n’a pris aucun risque dans ses placements. Malgré les cinq années de surveillance chez Equifax, les doutes persistent. «Je sais où l’histoire commence, mais je ne sais pas où ça va finir. C’est difficile de se faire rassurer.»

Colette Paré* a aussi été prudente avec ses finances. «Toutes mes affaires ont toujours été réglées au quart de tour.» Lorsqu’elle a appris que ses données étaient de la fuite, elle s’est sentie «violée financièrement et psychologiquement». La femme de 68 ans qui a travaillé toute sa vie au CHUL comme infirmière est seule pécuniairement. Méfiante, voire paranoïaque, elle est sur ses gardes. «Est-ce que le voleur sait que je suis une femme seule? Est-ce qu’il a ciblé des personnes vulnérables?»

«L’idée de se faire voler ses avoirs accumulés toute une vie est plus anxiogène pour les personnes qui ne peuvent plus se refaire, donc les gens à la retraite, prévient Christine Grou. Devant une fraude, on ne connaît pas trop les conséquences. Si une personne n’est pas à l’aise avec la technologie, ça la rend plus susceptible à l’anxiété.»

Mmes Lemieux et Paré souhaitent recevoir de l’aide, «pour se faire rassurer et enlever certaines inquiétudes».

Un contact rassurant

Depuis le 20 juin, la capacité de réponse téléphonique a augmenté de 50 % chez Desjardins, selon Jean-Benoît Turcotti. «On a un peu plus de 1000 personnes qui répondent au téléphone et un total de 3000 employés qui se relaient.» Dans les moments les plus achalandés de l’année, entre 600 et 650 sont affectés au centre d’appels. Le délai d’attente actuel serait d’une à trois minutes.

«Il n’y a rien qu’on puisse faire à part s’enregistrer chez Equifax pour cinq ans», fait valoir Mme Paré. Pour travailler avec le bureau de crédit, toutefois, il est préférable d’être branché à Internet.

Lise Lemieux et Colette Paré n’ont pas Internet à la maison. Lorsque Mme Paré s’est présentée au point de service pour recevoir de l’aide entourant Equifax la semaine dernière, «personne n’a été capable de les rejoindre par téléphone ou courriel», dit-elle.

Jean-Benoît Turcotti conseille de demander l’appui d’un proche ou d’un membre de sa famille. «Au comptoir, il n’est pas forcément possible de s’inscrire à Equifax.» Desjardins affirme privilégier l’accompagnement par téléphone.

«Pouvoir parler à quelqu’un est beaucoup plus rassurant que de rester seul face à une tablette ou un ordinateur», précise Christine Grou. Groupes d’information dans les caisses, lignes d’écoute téléphonique pour les gens en détresse, groupes de soutien : elle propose plusieurs procédures pour apaiser l’angoisse de la population. «En cas de crise, on donne de l’information, on écoute et éventuellement, on conseille.»

Une conférence sur la protection des renseignements personnels pourrait éventuellement être organisée dans les points de service, a sous-entendu Guy Cormier.

*Les noms ont été modifiés à la demande des personnes qui souhaitaient rester anonymes.

+

DESJARDINS ANNONCE DES MESURES POUR SOUTENIR EQUIFAX

Conscient des «ratés» dans le processus d’activation des forfaits de surveillance d’Equifax, le Mouvement Desjardins entend appuyer le bureau de crédit par une série de mesures facilitant et accélérant l’inscription au programme.

Site Web parfois inaccessible, délai de réponse monstre, difficulté à se faire servir en français : Guy Cormier a jugé «inacceptable» ces difficultés auxquels se sont heurtés les membres. La firme de surveillance de crédit ne rencontre pas «les standards de service à la clientèle exigés chez Desjardins», a-t-il martelé en conférence téléphonique, vendredi.

Quelque 68 % des victimes avaient reçu leur code permettant d’activer le service de surveillance du bureau de crédit, vendredi. Mais seuls 100 000 membres ont réussi à s’y inscrire.

Lundi, les membres bénéficieront d’un accompagnement téléphonique (1-800-caisses) pour adhérer au programme, puis d’un formulaire d’inscription à même les plateformes de Desjardins, vers le milieu de semaine prochaine. «Dès les premiers signes de faiblesse des services Equifax, Desjardins s’est mis à chercher des solutions complémentaires», a-t-il assuré.

L’institution financière se dit prête à prendre le risque d’un ras de marée téléphonique.

Bien que la cible demeure l’activation des codes par l’entremise d’Equifax, Desjardins ouvre une deuxième porte d’accès au programme de surveillance. «Le volume d’appel dépasse la capacité d’Equifax. C’est comme si 50 000 personnes tentaient d’entrer en même temps par une seule porte», a imagé Guy Cormier.

Equifax détient 70 % de son marché au Canada. Desjardins soutient collaborer étroitement avec la firme pour ajuster la robustesse de son site Web. Dans les 24 dernières heures, le nombre de membres inscrits en ligne a augmenté, mais demeure toutefois insuffisant, selon le pdg. Le processus d’identification sur le site Web sera également simplifié.

Les équipes du mouvement travaillent à développer un service d’alerte, de surveillance de crédit et d’assistance avec TransUnion, également de cinq ans, comme indiqué dans les derniers jours. 

Une solution permanente de protection de données et de renseignements personnels est également en construction. Les détails devraient être dévoilés au plus tard cet automne. Anne-Sophie Poiré

Actualités

Saint-Élie de Crampons de retour pour une troisième année

TROIS-RIVIÈRES — La course à pied sera à l’honneur ce samedi à Saint-Élie-de-Caxton alors que se tiendra l’événement Saint-Élie de Crampons.

En plus de permettre à la population de se dégourdir les jambes dans le cadre des courses de 1 km, 3 km, 5 km et 10 km ainsi que la marche de 3 km, ce rassemblement qui aura lieu au pays de Fred Pellerin a comme objectif d’amasser des fonds destinés au projet d’aménagement du parc de planche à roulettes dans le village, qui a d’ailleurs été inauguré en début de semaine. C’est un jeune coureur âgé de 16 ans, Késy Gélinas, qui chapeaute cet événement. Également adepte de planche à roulettes, d’où la décision de verser l’argent amassé au projet de parc destiné à ce sport, ce jeune athlète participe à des compétitions d’athlétisme sur la scène provinciale.

Actualités

Vandalisme à La Tuque: «c’est vraiment choquant»

LA TUQUE — Du beurre d’arachide, des pâtes, des petits cornets sucrés, croustilles, biscuits, guimauves… la liste peut paraître intéressante lorsqu’il est question d’un buffet, mais c’est plutôt sur leur maison louée que des propriétaires de La Tuque ont retrouvé cette liste d’ingrédients. Ils ont voulu mettre en garde les autres propriétaires.

«C’est vraiment choquant. On ne voudrait pas que ça arrive à quelqu’un d’autre», explique la propriétaire qui préfère ne pas être identifiée.

Actualités

«On roule pour toi Mégane» à école les Seigneuries

Saint-Pierre-les-Becquets — Finissante à l’école les Seigneuries de Saint-Pierre-Les-Becquets, Mégane Soumis n’a pu commencer sa dernière année au secondaire. Atteinte de leucémie, son état de santé a poussé 24 membres du personnel à organiser une randonnée en vélo de 100 kilomètres qui a eu lieu vendredi avec, pour résultat, plus de 1000 dollars en dons.

«On l’a appris à la veille de la rentrée des élèves. Elle ne se sentait pas bien et après quelques examens, on lui a dit: tu t’en vas au CHUL à Québec, tu as une leucémie. Elle a des traitements de chimio pendant dix jours, et après ça, on attend que son système se refasse. Elle va être de 20 à 30 jours en arrêt de traitement et elle va reprendre un autre traitement de dix jours. Elle en a cinq comme ça à faire», explique l’instigatrice d’On roule pour toi Mégane, Carole Baril. «C’est une élève qui est impliquée dans mon Lab Finance à l’école, à qui j’ai enseigné dans les années passées, appréciée de tout le monde. C’était clair qu’on ne pouvait pas rester insensible à ça», renchérit-elle.

Actualités

Une 205e promotion pour les 50 ans de l'École de police de à Nicolet

Nicolet — La remise des attestations à l’École nationale de police du Québec à Nicolet revêtait vendredi un caractère spécial. En effet, pour cette cérémonie de la 205e promotion, on a souligné les 50 ans d’existence de cette institution d’enseignement.

Le tout a eu lieu sous la présidence d’honneur du député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, en présence de la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois. Et la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s’est jointe à l’événement.

Actualités

Le CIUSSS garde le cap: la clinique prête en octobre à Cloutier-du Rivage

TROIS-RIVIÈRES — Malgré les protestations de certains intervenants du domaine de la santé qui critiquent la transformation de l’urgence du centre Cloutier-du Rivage en clinique interdisciplinaire, le CIUSSS garde le cap et assure que les mesures sont prises pour que le tout soit en marche en octobre.

Depuis le début de la semaine, des médecins et les représentants syndicaux des préposés aux bénéficiaires décrient la décision de fermer l’urgence, tandis que le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec recommande le report de la mise en service de la clinique. Des cinq superinfirmières recherchées pour cette clinique, seulement deux ont été repérées jusqu’à maintenant.

Actualités

Reconnaissance aux Ursulines

Alors que le Collège Marie-de-l’Incarnation fête ses 322 ans d’histoire, le jour de la reconnaissance est l’occasion pour les élèves, les éducateurs, les anciens et anciennes de reconnaître l’apport de l’œuvre éducative des Ursulines à Trois-Rivières. La levée du drapeau, un témoignage d’une ancienne ainsi que des prestations artistiques ont marqué la récente cérémonie qui se déroule depuis une dizaine d’années.

Actualités

Mario Pelchat à l’Amphithéâtre Cogeco: belle et joyeuse tristesse

CRITIQUE / La tristesse peut parfois être belle et joyeuse. La soirée de jeudi à l’Amphithéâtre Cogeco en fut un bel exemple.

C’est un Mario Pelchat qui a passé les derniers jours au chevet de sa mère, qui vit présentement ses ultimes moments de vie, qui y a interprété des grands bouts du répertoire de Charles Aznavour. Il avait accepté d’offrir ce spectacle inspiré de son album hommage au célèbre chanteur français, paru en avril dernier, au profit de la Fondation de la Maison Albatros, qui accueille des personnes en fin de vie. Triste hasard pour le populaire chanteur de devoir monter sur scène afin d’aider la fondation ayant comme mission de trouver du financement pour la maison trifluvienne, alors que celle qui lui a donné la vie séjourne présentement dans une maison similaire dans son Lac-Saint-Jean natal...

Actualités

Joindre l’utile à l’agréable: du vélo pour une bonne cause

Trois-Rivières — Quatre policières de la Direction de la police de Trois-Rivières ont décidé de se lancer un défi à la mesure de leur passion pour le sport. Elles ont choisi de parcourir la distance de Repentigny à Saint-Augustin-de-Desmaures à vélo en deux jours, mais pas uniquement pour le plaisir de se dépasser. Elles souhaitent aussi que leurs coups de pédale servent une cause qui leur tient à cœur. Elles ont opté pour le Fonds Jean-Pierre-Petit, un policier de la DPTR qui était aussi un sportif émérite, et qui est décédé des suites d’un cancer du cerveau à seulement 43 ans.

Mélissa Généreux, Kristina Bouchard, Geneviève St-Yves et Lucy Mercier se lanceront donc sur la route dès lundi. Une cinquième cycliste se joint à elles, soit Pascale Frigon.

Actualités

Des nouvelles de Shawinigan

Rencontre d’information

Malgré la réponse plutôt mitigée de la population lors d’un rendez-vous semblable convoqué en novembre 2015, le conseil municipal de Shawinigan rapplique avec une nouvelle assemblée d’information sur les finances municipales. Cette rencontre citoyenne se déroulera le 30 octobre en début de soirée, à l’Auberge Gouverneur.

Actualités

Grande foire au centre Les Rivières

La première édition de la Grande foire de Trois-Rivières se tient dans le stationnement du centre commercial Les Rivières depuis jeudi et se poursuivra jusqu’à dimanche.

L’événement est organisé par le jeune Anthony Lafrenière Gélinas, âgé de 17 ans seulement. Malgré son jeune âge, la tête dirigeante de cet événement s’implique dans la coordination et la gestion d’événements depuis déjà plusieurs années. Il a notamment participé à l’organisation du parcours de peur implanté au centre-ville de Shawinigan durant la période de l’Halloween. 

Parmi les manèges de l’entreprise Fun show amusement qui se trouvent sur le site, notons le Graviton, un manège aux allures d’une navette spatiale dans lequel on ne sent pas la gravité, ainsi qu’une grande roue nouveau genre dont les sièges sont remplacés par des bancs pouvant accueillir trois personnes. 

L’accès au site est gratuit, mais les visiteurs doivent payer s’ils souhaitent profiter des manèges. Le coût pour le bracelet pour deux jours et plus est de 34,79 $ et des coupons sont également vendus sur place. 

Actualités

Cruauté animale à La Tuque: l’accusé ne se présente pas

La Tuque — Le procès d’André Fraser pour cruauté animale qui devait s’ouvrir jeudi n’a pas eu lieu. L’accusé ne s’est pas présenté au palais de justice de La Tuque. Il a fait savoir à son avocat, par le biais d’un membre de sa famille, qu’il était à l’hôpital pour une blessure à l’épaule.

«Il m’a dit que c’était un accident et que ce n’était pas prémédité», a indiqué son avocat.

Faits divers

Environ 15 000 cigarettes illégales saisies à Saint-Tite

La Sûreté du Québec a saisi près de 15 000 cigarettes illégales ainsi que 930 $, mercredi, dans deux résidences situées sur les rues du Moulin et Marchildon à Saint-Tite.

Lors de ces perquisitions, les policiers ont interpellé deux hommes âgés de 54 et 63 ans qui seraient impliqués dans la contrebande et la vente de tabac illégale. Ils pourraient faire face à des accusations en vertu de la Loi concernant l’impôt sur le tabac.

Toute information sur la contrebande de tabac peut être communiquée en tout temps et de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle au 1 800 659-4264.

Faits divers

Environ 2500 plants saisis en une journée sur la rive sud

Trois-Rivières — La Sûreté du Québec a dévoilé, jeudi matin, le bilan de son opération d’éradication de cannabis menée, mercredi, avec les Forces armées canadiennes et la Gendarmerie royale du Canada.

Près de 2500 plants ont été saisis au cours de cette seule journée à Nicolet, Pierreville et Saint-Célestin.

Pour la région, le bilan provisoire des opérations de démantèlement des sites de production extérieure de plants de cannabis, qui ont débuté à la fin du mois d’août, s’élève à 8500 plants et à cinq arrestations. 

«Nous pouvons aussi y ajouter 3 000 boutures saisies en début de saison qui étaient destinées à une plantation extérieure», précise la sergente Hélène Nepton, porte-parole de la Sûreté du Québec. 

Rappelons qu’une vingtaine de membres de la Sûreté du Québec, des Forces armées canadiennes et de la Gendarmerie royale du Canada ont pris part à ces saisies mercredi.  Elle se sont tenues dans le cadre du programme ACCES-Cannabis (action concertée contre les économies souterraines). 

Malgré l’entrée en vigueur de la Loi sur le cannabis, certaines activités en dehors du cadre légal demeurent des infractions inscrites dans le Code criminel, comme la production, la possession dans un but de trafic, la vente sur le marché noir, l’importation et l’exportation, précise la Sûreté du Québec. 

Toute information pertinente concernant la production de cannabis peut être communiquée à la Centrale d’information criminelle de la Sûreté du Québec, au 1 800 659-4264.

Actualités

Sacs et pellicules de plastique jetés par la Régie: un problème de contamination

Trois-Rivières — À la mi-juillet, la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie et Récupération Mauricie annonçaient conjointement aux citoyens qu’il ne fallait plus mettre les sacs et autres pellicules de plastique dans notre bac bleu. La raison évoquée est qu’il n’y a plus de débouchés.

Ce n’est pas sans une certaine frustration que Marc Francoeur, un citoyen de Shawinigan et directeur général de l’entreprise Produits Re Plast (autrefois Cascades Re Plast) de Notre-Dame-du-Bon-Conseil, au Centre-du-Québec, a pris connaissance de cette information.

Actualités

Une première pour le professeur Bernatchez: un jugement cassé par la cour fédérale

Trois-Rivières — Bien connu pour ses analyses, dans les médias, en matière de relations de travail lorsqu’il y a des conflits, le professeur Jean-Claude Bernatchez de l’UQTR vient de voir, pour la première fois de sa carrière d’arbitre de grief, une de ses décisions être cassée par le tribunal fédéral.

Le professeur Bernatchez indique avoir rendu 30 jugements en arbitrage depuis sa nomination à titre d’arbitre de grief pour les entreprises fédérales, fonction qu’il exerce depuis 2012 «car mon contrat de professeur à l’UQTR me permet de le faire un jour par semaine», dit-il. «Ça fait partie de mon service à la collectivité», une tâche que doivent accomplir tous les professeurs de l’UQTR. «Et ça me permet de faire du terrain. Ça m’aide dans mon enseignement», dit-il.

Actualités

«Flusher» ses mauvaises habitudes: Trois-Rivières sensibilise ses citoyens à la gestion des eaux usées

Trois-Rivières — Condoms, brosses à dent, seringues, stylos, jouets, soie dentaire, applicateurs de tampons hygiéniques, mégots de cigarettes, médicaments, tubes de Polysporin... En marchant sur le bord des étangs d’aération des eaux usées de la Ville de Trois-Rivières, la vue est surprenante. Ces étangs d’aération, les plus grands au Québec et les troisièmes au Canada, sont bordés de toutes sortes de détritus qu’on ne pourrait même pas soupçonner. Des déchets qui, aussi étonnant que cela puisse paraître, sont jetés quotidiennement dans les toilettes par les Trifluviens, un geste banal pour le citoyen qui ne peut concevoir qu’au bout de cette chaîne de traitement, son petit geste pourrait coûter cher à l’ensemble de ses concitoyens.

C’est pour informer la population, mais surtout pour les sensibiliser aux impacts de leurs petits gestes quotidiens, que la Ville de Trois-Rivières ouvre ces jours-ci aux citoyens les portes de ses étangs d’aération de la route Bradley, de même que de sa station de pompage de la rue des Érables. Dimanche dernier, plus de 500 citoyens se sont déplacés pour venir en apprendre davantage. L’expérience sera répétée ce dimanche.

Actualités

Le bloquiste Yves Perron lance sa campagne dans Berthier-Maskinongé: «le bon député avec le bon chef»

Yamachiche — «Le bon député avec le bon chef». Voilà comment le candidat du Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé, Yves Perron, a lancé sa campagne électorale, mercredi, à Yamachiche.

Celui-ci entend bien démontrer que sa formation politique est la seule qui incarne sans compromis les demandes du gouvernement du Québec. «Il n’y a aucun doute que seul le Bloc québécois est porteur des consensus québécois et des priorités de notre gouvernement à l’Assemblée nationale du Québec», a-t-il affirmé, donnant l’exemple de la loi sur la laïcité.

Actualités

13 000 $ pour la Fondation du Cégep de Shawinigan

Shawinigan — Le Cocktail-bénéfice annuel de la Fondation du Cégep de Shawinigan, qui s’est récemment déroulé sous la présidence d’honneur de Fred Pellerin, a permis d’amasser 13 000 $. À cette occasion, le Cégep a remis un diplôme honorifique à M. Pellerin pour ses réalisations exceptionnelles. Une toile de l’artiste peintre Lynn Garceau a été offerte au célèbre conteur par la Fondation et l’artiste elle-même.

En après-midi, Fred Pellerin a participé à un entretien avec les étudiants, enseignants et le personnel du Cégep ainsi qu’avec les partenaires de la Fondation avant de partager également plusieurs anecdotes avec les quelque 150 convives du cocktail.

Actualités

Première borne de recharge aux Résidences du Manoir

Trois-Rivières — Une première borne de recharge vient d’être installée aux Résidences du Manoir, sur le boulevard Rigaud, à Trois-Rivières, sous la supervision de la firme Konnecta.

Cette borne servira principalement à la recharge d’un tout nouveau véhicule 100 % électrique dédié au transport des résidents.

Actualités

Parc à Carignan: «on a très bien compris le message»

La Tuque — Le cri du cœur des citoyens du secteur Carignan a finalement été entendu. La Ville de La Tuque a annoncé lors de l’assemblée publique qu’elle déplacerait le parc qui a été démantelé à la suite de la vente de l’ancienne école à Carignan.

«On a très bien compris le message […] Il y a des gens qui ont vraiment fait le reflet du besoin des jeunes familles et de la nécessité. Le travail n’avait peut-être pas été fait quant à l’affluence et la nécessité», a lancé le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Actualités

Protocole d’entente entre les Loups de La Tuque et la Ville: un contrat qui divise

La Tuque — Le maire de La Tuque a dû trancher une fois de plus dans le dossier entourant le protocole d’entente entre le club de hockey senior de La Tuque et la Municipalité alors que, pour une deuxième fois, trois conseillers demandaient le retrait d’une partie du contrat.

C’est la clause 3.7 du contrat, qui stipule que les Loups s’engagent «à prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter tout geste de violence sous toutes ses formes ou leur promotion», qui pose problème.

Arts et spectacles

Mario Pelchat sur scène pour la Fondation Albatros

Trois-Rivières — Le spectacle-bénéfice de Mario Pelchat présenté jeudi soir à l’Amphithéâtre Cogeco au profit de la Fondation Albatros sera assurément teinté par l’épreuve personnelle que traverse l’artiste. Mario Pelchat a révélé il y a quelques jours dans un vibrant témoignage publié sur les réseaux sociaux que sa mère vivait ses derniers moments.

«Ce soir mon âme tout entière souffre, ma tendre maman s’est installée dans ce qui vraisemblablement sera... sa dernière demeure ici bas», a écrit l’artiste le 14 septembre, une publication qui a été partagée plus de 1200 fois.

Actualités

Que faire avec les plastiques à usage unique?

Trois-Rivières — Une quarantaine de Trifluviens ont pris part mercredi soir à la première consultation publique sur les plastiques à usage unique. La Commission du développement durable et de l’environnement de la Ville de Trois-Rivières tenait cette rencontre afin de connaître l’opinion de la population sur cet enjeu environnemental.

Les participants à cette consultation ont été appelés à répondre à quelques questions sur l’usage des plastiques uniques. Par exemple, ils ont été invités à se prononcer sur ce qu’on devrait faire avec les sacs de plastique, la vaisselle à usage unique ainsi que le styromousse. Les participants ont aussi été incités à identifier les moyens qui peuvent être pris pour la gestion de ces matières, ainsi que les organismes qui devraient être responsables de l’application des mesures à prendre. De plus, les citoyens devaient donner leur point de vue sur les échéances de mise en place des moyens proposés.

Actualités

La fermeture de l'urgence du Centre Cloutier–du Rivage décriée par des médecins

Trois-Rivières — La fermeture prochaine de l’urgence du Centre Cloutier–du Rivage et son remplacement par un nouveau modèle de clinique interdisciplinaire est décrié par des médecins.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la décision annoncée il y a quelques semaines par la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux Mauricie – Centre-du-Québec (CIUSSS – MCQ) ne passe pas comme une lettre à la poste. Jugeant que la transformation qui s’opérera le 10 octobre entraînera une diminution des services dans le bas du secteur Cap-de-la-Madeleine, ces professionnels de la santé ne voient pas comment le CIUSSS MCQ peut la qualifier de positive. Pour eux, il s’agit clairement d’une coupe de services.

Actualités

Des nouvelles de Maskinongé

Le dossier du boulodrome n’est pas mort à Louiseville. Le conseil a toujours maintenu qu’un tel projet doit profiter de subventions majeures pour être réalisé. Des démarches seront entreprises au début de 2020 afin de trouver des programmes d’aide financière de la part des gouvernements. La Ville va aussi approcher des commanditaires locaux afin d’amasser l’argent requis pour un tel projet, comme l’a spécifié la conseillère Françoise Hogue Plante lors de la dernière séance du conseil. Selon Mme Hogue Plante, différents plans seront faits pour cette bâtisse.

Égout avenue Royale

Le dossier du prolongement du réseau d’égout sur l’avenue Royale progresse. Selon le conseiller louisevillois Gilles Pagé, une rencontre a eu lieu récemment entre des représentants du comité de citoyens et des élus afin de discuter de ce projet. La Ville souhaite obtenir un octroi du gouvernement du Québec de l’ordre de deux millions de dollars. Louiseville prévoit investir 500 000 $ dans ce prolongement. La même somme est prévue pour le prolongement souhaité du réseau d’égout vers le boulevard Saint-Laurent Est ainsi que pour le prolongement vers Saint-Laurent Ouest. Le dossier avance également pour ces deux secteurs, d’après la conseillère Sylvie Noël.

Actualités

Place au festival Bière et Poutine

Trois-Rivières — Pour une troisième année, le festival Bière et Poutine se tiendra, du 20 au 22 septembre, au parc portuaire de Trois-Rivières.

Tout au long de la fin de semaine, les festivaliers pourront déguster les produits d’une dizaine de microbrasseries et d’autant de poutiniers. Plusieurs établissements de la région dont Mr. Méchoui, Archibald, le Trou du diable, Le Temps d’une Pinte, À la fût, Broadway et Ô Quai des Brasseurs, seront notamment présents.

Actualités

Coupe de pins rouges centenaires: «une question de sécurité»

Saint-Élie-de-Caxton — Au lendemain d’un rassemblement, devant ses installations, de citoyens opposés à la coupe de pins rouges centenaires, la direction de la Ferme forestière Winchester de Saint-Élie-de-Caxton évoque des questions de sécurité pour justifier ces coupes et se défend bien de les faire par pure recherche de profits.

«Le conseil d’administration et les membres de la ferme sont tout aussi attristés de la coupe des pins rouges que les autres intervenants. Les familles, enfants et amis des membres sont tous affectés par ces opérations nécessaires», a écrit la direction de la Ferme forestière dans les premières lignes d’un communiqué de presse.

Actualités

Marche mondiale pour le climat: deux collèges et l’UQTR lèveront les cours

Trois-Rivières — Les établissements d’enseignement supérieur de la région se préparent à la Manifestation mondiale pour le climat qui se déroulera le 27 septembre. À cette occasion, l’Université du Québec à Trois-Rivières accepte de faire une levée de cours de midi à 15 h. Professeurs, chargés de cours et employés sont également invités à aller marcher pour la cause, indique le prote-parole, Jean-François Hinse. Deux des trois collèges de la région, le Laflèche et le Cégep de Trois-Rivières, lèveront également leurs cours.

Ce ne sera pas le cas toutefois au Cégep de Shawinigan. Le directeur, Éric Milette, indique que l’établissement s’en est remis à un exercice démocratique avant de prendre une décision. Un référendum a en effet été organisé par l’Association générale des étudiants, du 10 au 12 septembre. Le taux de participation a été de 72,4 % et il y a eu 855 répondants. Il en ressort que 426 répondants ont voté en faveur de la levée de cours et 429 ont voté contre. C’est donc 50,2 % des répondants qui se sont prononcés contre la levée de cours. Malgré cela, quelques activités portant sur la question environnementale marqueront la journée du 27, assure le directeur, dont un grand rassemblement à 8 h.

Actualités

Une marche des parapluies en guise de lancement pour Centraide Mauricie

Trois-Rivières — Une marche des parapluies s’est déroulée, mercredi avant-midi, dans les rues du centre-ville de Trois-Rivières afin de donner le coup d’envoi de la campagne 2019 de l’organisme Centraide Mauricie.

«C’est en guise de symbole de leur appui à un grand réseau de soutien pour des milliers de jeunes, de familles et d’aînés en difficultés que les donateurs et les partenaires communautaires ont marché, parapluie à la main, dans les rues de Trois-Rivières», souligne Donald Olivier, nouveau président du cabinet de campagne, qui sera épaulé par les autres membres du cabinet afin de mener à bien la campagne 2019.

Actualités

Nicolet recrute

NICOLET — La Ville de Nicolet a besoin de combler trois postes au sein du comité consultatif citoyen. Les personnes peuvent faire connaître leur intérêt pour le comité en question, par courriel, au communication@nicolet.ca. Les gens prêts à s’impliquer doivent être âgés de 18 ans et plus. La Ville espère recruter deux hommes et une femme pour assurer une certaine parité autour de la table.

Renseigner le conseil municipal sur certaines préoccupations citoyennes, donner des avis, suggérer des orientations et des pistes de solution en lien avec certains dossiers ou enjeux qui pourraient être soumis au conseil municipal, proposer de nouveaux projets dans le cadre du développement de la Ville: voilà le mandat du comité consultatif citoyen.