Le palais de justice de Trois-Rivières.

Voies de fait sur son père: liberté refusée pour Michaël Brunner

Michaël Brunner a échoué dans sa tentative de reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires intentées contre lui pour avoir poignardé son père.
Au terme d'une enquête sur caution qui s'est tenue au palais de justice de Trois-Rivières, le juge Jacques Trudel a en effet ordonné sa détention en raison, notamment, de son état de santé mentale et de l'absence de garanties suffisantes pour assurer la sécurité d'autrui.
Il s'agissait d'ailleurs des principaux arguments soulevés en plaidoiries par la procureure de la Couronne, Me Catherine Lacoursière. S'il avait été remis en liberté, Brunner n'avait aucune place sécuritaire où résider.
À la demande de son avocat Me David Boudreau, l'individu de 32 ans de Sainte-Monique-de-Nicolet devra par ailleurs se soumettre à une évaluation psychiatrique sur sa responsabilité criminelle au moment des faits qui lui sont reprochés. 
Les événements seraient survenus le 14 septembre dernier à la résidence familiale où il demeure avec ses parents. Le suspect aurait soudainement perdu les pédales dans un moment de contrariété et poignardé son père à trois reprises avec un couteau de cuisine.
Il l'aurait notamment atteint à l'abdomen, dans la région de l'épaule et à la main. La victime, âgée de 65 ans, a subi des blessures sérieuses et a dû être transportée à l'hôpital. On ne craint toutefois pas pour sa vie. 
Le suspect a pour sa part été arrêté et formellement accusé de voies de fait graves contre son père. Il fait également face à des accusations de voies de fait contre deux autres membres de sa famille.
Michaël Brunner sera ramené devant le tribunal le 27 octobre. Les résultats de son évaluation psychiatrique devraient alors être connus.