Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord.

Vision zéro, un nom «brûlé», selon Éric Lord

TROIS-RIVIÈRES — Étant donné la division qui continue de régner dans la population au sujet de Vision zéro, le candidat à la mairie de Trois-Rivières Éric Lord est d’avis qu’il faut effectivement établir un plan d’action pour améliorer la sécurité routière, mais se questionner sur la pertinence de poursuivre cet exercice en regard de la philosophie Vision zéro. Selon le candidat, l’étiquette «Vision zéro» elle-même est désormais «brûlée» et devrait laisser sa place à un plan de sécurité rassembleur, établi en concertation avec les citoyens.

«Malheureusement et pour les bonnes ou les mauvaises raisons, ce nom-là, ce concept-là est brûlé et les gens se sont polarisés sur ce nom-là. Lorsqu’on enlève le nom et qu’on se préoccupe seulement de sécurité, tout le monde a des propositions intéressantes. C’est alors facile d’obtenir le consensus», constate M. Lord.

Ce dernier est par ailleurs d’avis que les élus ont une responsabilité d’agir dans un contexte de tensions sociales comme il dit en observer au sujet de Vision zéro. «Comme élu, il fat être responsable et regarder ce qui se passe dans notre communauté. Maintenir ce climat de tension sociale, moi je dis non! Il faut trouver des mesures pour l’atténuer», ajoute-t-il.

Éric Lord propose plutôt l’élaboration d’un plan d’action qui suivra une analyse réalisée par des experts pour identifier les secteurs les plus problématiques sur le territoire. Il propose également de tenir une seconde série de consultations publiques, afin que les citoyens puissent bonifier cette réflexion quant aux endroits pouvant être problématiques.

«La question de Vision zéro est un cadre de référence. On peut très bien puiser des mesures dans ce cadre-là, sans l’adopter à toutes fins pratiques», est-il d’avis, signifiant que la mesure d’abaissement de la limite de vitesse à 40 km/h devrait être une mesure ciblée sur certains secteurs plus problématiques mais ne devrait pas s’appliquer à l’ensemble de la Ville.

Pour Éric Lord, il est donc primordial de procéder à une analyse fine par des experts pour identifier les secteurs problématiques et proposer des mesures concrètes pour réduire au maximum les risques d’accident et les pertes de vies humaines. En outre, le candidat est d’avis que cette analyse devra identifier les zones sensibles comme les écoles, les parcs, les résidences pour personnes âgées pour lesquelles une intervention plus particulière est requise.

«Dès le début de ma démarche politique, j’ai annoncé que la question de la sécurité ferait partie de mes préoccupations et j’ai aussi annoncé que je le ferais de manière pragmatique. Pour ma part, ce qui me semble essentiel aujourd’hui, c’est de se doter d’un plan de sécurité qui nous ressemble et qui nous assemble, et qui respecte la
capacité de payer des citoyens», déclare-t-il.