Deux consultations publiques sur le projet «Vision zéro» ont eu lieu les 16 et 23 février dernier.

Vision zéro: «Les citoyens désirent être consultés»

Trois-Rivières — La Ville de Trois-Rivières a rendu public jeudi le bilan des échanges survenus lors des consultations sur le projet «Vision zéro». Réalisé par l’organisme la Démarche des premiers quartiers, ce document de 47 pages relate les points de vue, les préoccupations ou encore les inquiétudes des citoyens qui ont pris part à cette consultation publique. Il en ressort que sur les 220 commentaires et mémoires déposés, 99 étaient «clairement contre Vision zéro», principalement en raison de la diminution de la vitesse à 40 km/h dans certaines rues, alors que seulement 23 étaient «clairement en faveur du projet».

Le reste des commentaires et mémoires déposés à la Ville, soit 98, sont qualifiés de neutres par la Démarche des premiers quartiers «puisque ces contributions proposaient des idées et/ou suggestions pour améliorer la sécurité en ville».

La Démarche des premiers quartiers a livré une analyse des discussions qui ont eu lieu les 16 et 23 février dernier. Rappelons que les médias ne pouvaient y assister.

L’organisme affirme d’emblée qu’elle note une tendance générale à vouloir limiter les dépenses municipales, tandis qu’une majorité de solutions proposées relève de l’aménagement.

«Cela traduit que les gens ne sont pas fermés à réaliser des dépenses qu’ils jugent utiles pour la sécurité routière même s’ils se positionnent contre le projet ‘‘Vision zéro’’. Cela signifie également que le rejet du projet n’est pas dû uniquement à des considérations pécuniaires, même si l’argument le plus relayé dans les médias est le refus de voir augmenter le compte de taxes municipales pour l’implantation de nouveaux panneaux de signalisation de vitesse», peut-on lire dans le bilan réalisé par la Démarche des premiers quartiers.

«Nous constatons que la majorité des citoyens qui se sont prononcés lors des consultations ne sont pas favorables à l’implantation du projet ‘‘Vision Zéro’’ tel que présenter. Plus exactement, c’est un rejet massif de la mesure visant à limiter la vitesse à 40 km/h dans certains secteurs qui induit, dans la plupart des interventions, l’opinion négative à propos de ‘‘Vision zéro’’.»

Lors de ces consultations, 528 personnes s’y sont présentées, parmi lesquels 315 ont participé aux tables de discussion. La répartition des hommes et des femmes observées par la Démarche des premiers quartiers indique que 68 % des participants étaient des hommes, alors que 32 % étaient des femmes.

Les échanges entre les citoyens portaient sur plusieurs thèmes, dont la sécurité, le rôle de la Ville, le transport, l’impact financier, l’aménagement urbain, la qualité de vie, l’acceptation sociale et le civisme.

À la suite de ses analyses, la Démarche des premiers quartiers affirme que l’adhésion de la population à «Vision zéro» «est une condition essentielle de sa mise en œuvre».

«Les consultations ont permis de démontrer que les citoyens désirent être consultés, mais aussi faire partie prenante des décisions et actions. Pour ce faire, la mise en place de comités ou de consultations par district pourrait être une avenue à privilégier», peut-on également lire dans le bilan des consultations publiques.

Le conseil municipal de Trois-Rivières a pris connaissance des préoccupations des citoyens exprimées lors des consultations. Les élus proposeront «une approche articulée autour des besoins et des préoccupations citoyennes». Cette réflexion des élus sera rendue publique et déposée le 16 avril prochain lors de la prochaine séance du conseil municipal.